Exposition Par-delà le paysage Galerie le Réverbère, 20 septembre 2019 14:00-22 septembre 2019 18:00, Lyon.

20 – 22 septembre Entrée libre

Photographies de Frédéric Bellay, Arièle Bonzon, Pierre Canaguier, Beatrix von Conta, François Deladerrière, Yves Rozet

Cette exposition traite du paysage comme genre, par-delà les protocoles et dispositifs qui souvent, à notre avis, déplacent le sujet. En effet le paysage est une « Cosa mentale » c’est l’écran de projection d’un être au monde, c’est l’incarnation d’une pensée sous une forme qui s’empare des lieux. Chacun des 6 photographes impose son temps et son silence pour nous accompagner dans sa marche intérieure, son paysage mental. Ce n’est pas le sujet qui produit le paysage, c’est la manière de s’en emparer, de lui donner présence et cette présence est celle du photographe. A l’égale d’un bon acteur celui-ci prend la scène en main et kidnappe nos sens.

C’est pour cela qu’il n’y a pas d’au-delà du paysage mais bien un par-delà.

Galerie le Réverbère 38, rue Burdeau, 69001 Lyon, Métropole de Lyon, Auvergne-Rhône-Alpes 69001 Lyon Lyon 1er Arrondissement Métropole de Lyon

vendredi 20 septembre – 14h00 à 19h00
samedi 21 septembre – 14h00 à 19h00
dimanche 22 septembre – 15h00 à 18h00

04 72 00 06 72 http://www.galerielereverbere.com Une galerie en province. 300 m2 sur les pentes de la Croix-Rousse, à Lyon. Plutôt cosy, bien distribué, et tout entier dévolu à la photographie contemporaine et à ses écritures diverses. C’est le Réverbère, qu’anime un double regard aigu, exigeant et sans complaisance : celui de Catherine Dérioz et Jacques Damez, ses créateurs, dont, au fil des années, les qualités se sont faites vertus. Leur réputation depuis longtemps a gagné le territoire national. C’est justice. Et ce n’est pas rien dans un pays comme la France où il n’est bon bec que de Paris. Depuis 32 ans, Catherine Dérioz et Jacques Damez défendent avec ténacité photographie plasticienne ou photographie photographique. William Klein, Denis Roche ou Bernard Plossu figurent parmi les artistes de la galerie. C’est dire. Mais ici ce n’est pas le nom qui fait passeport : c’est la qualité d’un regard, la pertinence de l’image, la justesse du travail. Repérer les talents nouveaux est une des tâches que s’est fixée la galerie dès l’origine.

Journees europeennes Métropole de Lyon Lyon