En attendant les avions décollent – Mise en lecture des propos de personnes enfermées au Centre de Rétention Administrative de Sète, 27 mai 2019-28 mai 2019, .

Café librairie Michèle Firk le lundi 27 mai à 19:30 En attendant les avions décollent – Mise en lecture des propos de personnes enfermées au Centre de Rétention Administrative de Sète Représentation publique de Mathieu Gabard et Pierre Bertrand (Cactus Calamité team) ## En attendant les avions décollent – Mise en lecture des propos de personnes enfermées au Centre de Rétention Administrative de Sète **Représentation publique de Mathieu Gabard et Pierre Bertrand (Cactus Calamité team)** _ Ils me gardent illégalement ici pour gagner des sous car le France reçoit des sous pour investir dans des centres comme ça c’est un esclavage moderne. _ D’une activité l’autre d’une production poétique à la suivante et sous diverses formes nous sommes heureux de recevoir à nouveau l’École Internationale Supérieure de Poésie Intercontemporaine avec Mathieu Gabard de Cactus Calamité et Pierre Bertrand. En janvier 2016 Cactus Calamité présentait un fanzine à partir du CRA de Marseille. C’est à celui de Sète que cette soirée de représentation publique est consacrée le 27 mai. **Un extrait:** Enfermés inutilement Enfermés inutilement c’est tourner en rond c’est dépenser de l’argent pour rien c’est faire des quotas d’expulsés au lieu d’aider ça complique la vie ça angoisse ça pensées suicidaires ça taillade les veines ça souffrance beaucoup ça rage ça stresse ça je n’arrive pas à dormir la nuit allongé les yeux ouverts ça la douche brûlante ça marche pas la machine ça sert à rien tout ça c’est pas déjà assez compliqué comme ça pour que l’Etat vienne mettre des bâtons dans les pattes? ce centre de rétention administrative de Sète cage de désespoir où chacun attend la sentence administrative être libéré ou expulsé inutilité violence stress ça complique la vie de ceux qui l’ont déjà assez compliquée comme ça ça arrête ça stoppe ça fait rater la naissance de son fils ça fait perdre son boulot pour : l’administratif l’administratif et dehors c’est n’importe quoi on est payé 4 euros de l’heure que l’Etat y nous régularise pour qu’on soit payé comme tout l’monde au lieu de ça on bosse et avant d’nous payer sur l’chantier le chef passe un coup d’fil anonyme à la police qui vient nous arrêter qui nous met au CRA qui nous renvoie dans notre pays comme ça le chef y paye pas inutilité enfermés inutilement bêtement pour remplir des quotas pourquoi? pour rien à des gens qu’on pas besoin d’ça au lieu de les aider on leur met des bâtons dans les pattes centre de rétention administrative de Sète perte de temps perte d’argent perte d’emploi perte d’espoir lieu de perdition en plein coeur de la ville entourismée de soleil lieu de perdition où gambergent les idées noires contenues au bord de l’orage au bord du port à deux pas du soleil à deux pas des passants à deux pas de la poésie des espoirs torpillés des vies en pointillés prêtes à basculer à deux pas des transats à deux pas des hamacs des bâtons dans les pattes parasols révulsés parasols brisés trempant dans le silence Et on leur laisse la parole puisqu’ils nous feront tout entendre le 27 mai. En attendant les avions décollent est une présentation publique qui met en parole et en jeu des propos de personnes enfermées au Centre de Rétention Administrative de Sète. Nous menons des visites au CRA de Sète depuis juin 2017. Nous portons la parole de celles et ceux qu’on entend peu qu’on ignore qu’on rejette qu’on tait qu’on bâillonne qu’on rafle qu’on déporte. En attendant les avions décollent est une présentation évolutive que nous continuons de modeler au gré des nouvelles rencontres situations et témoignages provenant du CRA de Sète. En attendant les avions décollent rassemble des artistes autour de la transmission d’une parole renversée révoltée tabassée trouée meurtrie cernée. Nous transmettons directement leurs propos ou les réécrivons les réagençons. Nous partageons aussi nos vécus ressentis sensations et pensées à travers des poèmes et textes divers entremêlés aux propos des hommes enfermés. Ce corpus de textes est dit lu chanté joué. (…) Depuis le début de nos visites à l’été 2017 en marge du festival de poésie Voix Vives de Sète nous allons porter dans les rues les paroles des hommes enfermés au CRA quelques heures après notre sortie de visite dans le but d’établir un rapport direct entre l’intérieur du CRA et l’extérieur d’informer et de mobiliser les passants. Ainsi est arrivée la nécessité de construire une forme mouvante d’établir le socle d’une présentation publique un cadre pour mieux partager ces paroles nous sommes partis de ces questions : Comment faire pour que le pathétique le dramatique et le tragique de ces récits de traversants de la Méditerranée coulant de leur bouche aux nôtres n’aillent plus se fourrer seulement dans des recoins de la sidération et de l’accablement ? Comment se rendre sur les rives de la sensibilité sans sombrer dans le sensationnel ? Comment faire entendre ces voix toucher une part de chacun qui lui permettrait d’accéder à une prise de conscience une mise en mouvement en lutte en révolte? Le travail a commencé sur ces questions. Le processus de création ressemble à une tentative de décalage une tentative de dire autrement l’inique et la violence. Café librairie Michèle Firk Montreuil 9 rue françois debergue 93100 Montreuil Entrée libre