Désobéir, 7 février 2020-7 février 2020, Creil.

Désobéir 2020-02-07 – 2020-02-07 20:30:00
Creil OIse Creil

EUR   Sur scène, quatre jeunes « femmes puissantes », semblant former un seul corps, arpentent le plateau en tous sens : l’énergie communicative avec laquelle elles racontent leurs histoires personnelles, leurs rêves et leurs révoltes, mais aussi ceux de toutes les autres dont elles portent les voix, compose une polyphonie jubilatoire.

Désobéir est la réponse de Julie Berès à la commande « La vie des gens ici, qu’est-ce qu’elle inspire à votre art ? » passée par le Théâtre de la Commune d’Aubervilliers dans le cadre de ses « pièces d’actualités ».
Avec la complicité de Kevin Keiss et la participation de la romancière Alice Zeniter, lauréate en 2017 du Goncourt des lycéens, Julie Berès s’est intéressée aux femmes des différentes générations de l’immigration dont elle a collecté les témoignages par dizaines. Ces femmes dont la culture française se mêle à celles de Kabylie, du Maroc, de l’Iran, tiraillées entre fidélité et refus du poids de l’héritage, se montrent soucieuses de ne se laisser étouffer ni par les lois de la filiation, ni par les processus d’assignation – et surtout, d’avoir les mêmes chances que tout le monde de répondre à cette question universelle : comment s’inventer soi-même ?

accueil@faiencerie-theatre.com +33 3 44 24 01 01 http://www.faiencerie-theatre.com/

Sur scène, quatre jeunes « femmes puissantes », semblant former un seul corps, arpentent le plateau en tous sens : l’énergie communicative avec laquelle elles racontent leurs histoires personnelles, leurs rêves et leurs révoltes, mais aussi ceux de toutes les autres dont elles portent les voix, compose une polyphonie jubilatoire.

Désobéir est la réponse de Julie Berès à la commande « La vie des gens ici, qu’est-ce qu’elle inspire à votre art ? » passée par le Théâtre de la Commune d’Aubervilliers dans le cadre de ses « pièces d’actualités ».
Avec la complicité de Kevin Keiss et la participation de la romancière Alice Zeniter, lauréate en 2017 du Goncourt des lycéens, Julie Berès s’est intéressée aux femmes des différentes générations de l’immigration dont elle a collecté les témoignages par dizaines. Ces femmes dont la culture française se mêle à celles de Kabylie, du Maroc, de l’Iran, tiraillées entre fidélité et refus du poids de l’héritage, se montrent soucieuses de ne se laisser étouffer ni par les lois de la filiation, ni par les processus d’assignation – et surtout, d’avoir les mêmes chances que tout le monde de répondre à cette question universelle : comment s’inventer soi-même ?

Axelle de Russé