Bicentenaire du Tour du monde du Bordelais (1816-1819) Cour Mably, 18 février 2020-18 février 2020, Bordeaux.

Bicentenaire du Tour du monde du Bordelais (1816-1819) du mardi 18 février au mardi 3 mars à Cour Mably
**Comment est née l’idée de l’exposition :**
——————————————–

C’est en 2015, après la parution d’un second roman inspiré par

le voyage du Bordelais, que l’auteur **Serge Legrand-Vall** a l’idée

d’une exposition qui ferait découvrir au public ce tour du

monde tout à fait méconnu.

Sa rencontre avec le collectionneur **Olivier Nonès** en 2017 renforce ce projet.

Le duo décide alors de proposer cette idée **au Collectif**

**Bordeaux-Marinopole**, dont le Musée de l’Histoire Maritime de

Bordeaux vient juste d’ouvrir ses portes.

**Stéphane Binaud et Philippe Doutreloux, Président et Vice-**

**président du Collectif**, qui présentaient en bonne place de

l’exposition permanente cette première circumnavigation

effectuée depuis Bordeaux, accueillent avec beaucoup

d’enthousiasme l’idée de célébrer le bicentenaire du retour au

port du Bordelais.

L’équipe est dès lors constituée, qui va mener à bien ce projet

en trois ans, le même temps qui a été nécessaire au capitaine

Camille de Roquefeuil pour boucler son tour du monde.

La Mairie de Bordeaux, partenaire de cet événement, a mis à

disposition la salle capitulaire Mably, du 18 Février au 5 Mars

2020.

### **L’histoire**

**Le Bordelais est le seul navire à voiles à avoir fait le**

**tour du monde en partant de Bordeaux et en y revenant,**

**de 1816 à 1819.**

Son capitaine **Camille de Roquefeuil** est le troisième navigateur français à avoir réalisé cet exploit, après **Louis-Antoine de Bougainville (1766-1769)**

**et Étienne Marchand (1790-1792).**

À une époque catastrophique pour le commerce, où la France était

ruinée par les guerres napoléoniennes, l’armateur

bordelais Jean-Étienne Balguerie avait imaginé d’ouvrir

une nouvelle route commerciale entre la France,

l’Alaska et la Chine sur une base de troc de

marchandises.

Le projet sur le papier était simple et ingénieux :

Échanger des armes et des étoffes contre des fourrures

de loutres de mer en Alaska, puis contre du bois de

santal à Hawaï. Vendre ensuite ce fret recherché dans le port

chinois de Canton et y acheter, avec l’argent obtenu, thé et

produits chinois

**La réalité a été tout autre et le capitaine a dû faire face**

**à de nombreuses difficultés.**

Retardé par la révolution au Chili, des lenteurs administratives au

Pérou, les nécessités de ravitaillement à San Francisco, Le

Bordelais arrive en septembre 1817 sur les côtes du Nord-Ouest

américain, trop tard.

Les fourrures chassées par les Amérindiens ont déjà été achetées par les navires russes, états-uniens et anglais, présents en nombre. Le Bordelais part alors hiverner aux îles Marquises où il obtient, contre une cinquantaine de fusils, plus de vingt tonnes de bois de santal.

De retour en Alaska, nouveau coup du sort : l’expédition de

chasse à la loutre de mer, organisée avec l’appui des autorités

russes, est attaquée par des Amérindiens hostiles.

Pire, l’équipage se rebelle et refuse de reprendre cette activité

dangereuse. La cargaison se trouve en outre inadaptée au troc,

les tribus locales étant déjà largement armées.

C’est avec un maigre fret que le Bordelais arrive à Canton au

printemps 1819, devancé par ses concurrents étrangers, dans un

marché saturé. La vente est décevante et les denrées acquises –

Thé, sucre, cannelle et vermillon – ne suffiront pas à rembourser

les frais de cette circumnavigation de trois ans. Le Bordelais, parti

de très loin et disposant de trop peu d’informations, n’a pu que

profiter a minima de la fin d’une période de surexploitation des ressources naturelles du Pacifique. Les loutres de mer ont

échappé de peu à l’extinction et les arbres à santal à la

disparition.

**Si le tour du monde du Bordelais n’a pas été une bonne**

**affaire pour son armateur, il reste néanmoins un tour**

**de force de navigation – 37 mois de voyage dont 22**

**sous voile – et une exceptionnelle aventure humaine.**

Dans la lignée des découvreurs humanistes du XVIIIe siècle,

Camille de Roquefeuil et son officier de santé René Vimont ont

rapporté en France une riche moisson de relevés et

d’observations géopolitiques, géographiques, naturalistes et

ethnographiques.

Petit navire au grand destin, Le Bordelais a été le témoin

privilégié de la construction des nouvelles nations du continent

américain.

Il a ouvert la voie de l’Extrême-Orient aux négociants

bordelais et celle du Pacifique à la présence française.

**Aujourd’hui un “Détroit du Bordelais” entre deux îles des**

**Marquises, le Cap Balguerie et une “Baie de Roquefeuil” en**

**Colombie Britannique témoignent de cette aventure hors du**

**commun.**

**LE VOYAGE :**

**11 octobre 1816 – 21 novembre 1819**

**Bordeaux – cap Horn – Valparaiso, Chili – Callao, port de Lima au**

**Pérou – San Francisco, mission espagnole sur un territoire**

**amérindien – Nootka, sur l’île Vancouver dans l’actuelle Colombie**

**Britannique – Nuku Hiva et Hiva Oa aux îles Marquises – Sitka et**

**Kodiak en Alaska russe – Honolulu aux îles Sandwich (Hawaï) -**

**Canton en Chine – détroit de Malacca en Indonésie – îles de**

**France et Bourbon (Maurice et La Réunion) – cap de Bonne**

**Espérance – Bordeaux.** Entrée libre
Exposition consacrée au bicentenaire du tour du monde effectué par le navire le Bordelais, armé par Jean Etienne Balguerie et commandé par le capitaine de Roquefeuil.
Cour Mably 3, rue Mably Bordeaux Centre ville Gironde
Dates et horaires de début et de fin (année – mois – jour – heure) :
2020-02-18T10:00:00 2020-02-18T19:00:00;2020-02-25T10:00:00 2020-02-25T19:00:00;2020-03-03T10:00:00 2020-03-03T19:00:00

2020-02-18T10:00:00 2020-02-18T19:00:00;2020-02-25T10:00:00 2020-02-25T19:00:00;2020-03-03T10:00:00 2020-03-03T19:00:00