Archéologie du geste, stage avec Matthieu Gaudeau, 15 juin 2019 11:00-16 juin 2019 14:30, .

Bonjour à toutes et à tous
Je suis ravie de vous inviter à vivre le dernier stage de l’année avec Matthieu Gaudeau, qui revient pour la 3e ou 4e fois, je ne sais plus ! C’est toujours un bonheur de travailler avec lui. Ca va être bien, ça va être bien !!!!! J’ai hâte et j’espère vous voir nombreux pour partager ce grand moment.

Si vous avez besoin de plus de détails pour être convaincus… un peu de lecture qui devrait vous mettre l’eau à la bouche :
Archéologie du geste. Contact improvisation et technique Alexander.
« Depuis quelques années, je suis passionné par l’apprentissage du geste volontaire. En technique Alexander, certains avancent l’idée que les muscles ont pour fonction première de maintenir notre intégrité et notre sécurité de créatures debout contre toutes les instabilités et les forces qui tendent à perturber notre équilibre. La capacité des muscles à s’engager dans le mouvement est une fonction secondaire qui entre en jeu seulement quand nous avons réussi cette station debout. Sur ce fond d’équilibration ( l’ombre du geste ), va se tisser un répertoire de mouvements volontaires : le lever un bras, attraper, soulever, échanger, lancer, sauter… le tout sans tomber. Naturellement, ce processus n’est possible qu’en interaction avec l’autre et parce que nous faisons en permanence des prédictions sur l’effet de nos gestes. Cela nous permet de ne pas engager de la même façon notre équilibre quand nous soulevons une pomme ou une bouteille d’eau. Deux activités qui pourraient suffire à nous faire tomber sans cela.
Une des proposition de la Technique Alexander, est de se maintenir au plus proche de cette ajustement continuel, qui va permettre de développer un potentiel expressif du mouvement.
En contact improvisation, nous partageons avec nos partenaires la question de la chute, nous jouons manifestement avec. C’est même au sein de ce territoire partagé que nous suspendons la prédiction pour permettre peut-être quelques nouveaux gestes partagés.
Alors, ce que nous pourrions creuser ?
Comment suspendre l’effet du geste et comment restaurer cet espace de potentiel partagé, condition de l’apprentissage.
Comment la qualité de ma relation à l’environnement, influence et favorise l’adaptation nécessaire aux forces en présence. Ce que nous appelons en Technique Alexander le « laisser faire » mais qui implique bien néanmoins une activité dirigée.  »

Matthieu Gaudeau a travaillé comme interprète pendant une quinzaine d’années dans divers collectifs et compagnies de spectacles vivants. Sa vision et son enseignement du Contact Improvisation sont nourris par la Technique Alexander dont il est praticien. Les notions d’inhibition et d’attention dirigée sont au coeur de son travail. Depuis trois ans, il poursuit une approche somatique auprès de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer : « ce qui a profondément modifié ma vision du corps et l’apprentissage du mouvement volontaire. Comment passer de la notion de mouvement à celui de geste ? ».
il est co-fondateur du festival de CI à Paris ; il participe avec Asaf Bachrach à la création de F.A.R ( recherche autour des pratiques somatiques, Feldenkrais, Alexander, Rolfing ) et au projet I.C.I, de l’improvisation conjointe à l’interraction, recherche en danse et science cognitive.
Quelques repères : Gilles Estran, Urs Stauffer, Charlie Morrissey, Ray Chung, Tommy Thomson, David Gorman…