Talking around it, une conférence prometteuse > La blessure et la beauté dans Fiesta: The Sun Also Rises d’Ernest Hemingway. Institu franco-américaine. Jeudi 20 octobre – 18h30

Excentrée dans l’ordre du récit, la corrida occupe néanmoins une place centrale dans l’écriture de The Sun Also Rises.
Hantée par la conscience de la mort, l’écriture se mue en une danse qui, semblable à l’art du torero dans l’arène, recrée certes les tourbillons d’êtres désorientés, aux paroles lacérées, aux regards évidés, mais invente aussi un mode véritablement poétique de métamorphoser la blessure en beauté.
Dans sa “solitude partenaire” (Didi-Huberman), dans sa gestuelle à la fois vaine et extrêmement méticuleuse, la danse des mots retrace les contours d’une béance, mais donne aussi à toucher la valeur d’émotions indicibles, d’expériences partagées.

Nathalie Cochoy est professeur de littérature américaine à l’Université Toulouse II. Ses travaux portent sur l’écriture de l’espace dans la littérature américaine. Elle est l’auteur de Passante à New York [Presses Universitaires de Bordeaux, 2010].

Rennes > The Sun Also Rises d’Ernest Hemingway | 20/10 was last modified: octobre 11th, 2011 by Nicolas Roberti
Animula blandula vagula : Âme de diaphane intimité, hôtesse et compagne de mon corps, tu verses vers des lieux délavés, escarpés et dénudés, où ne résonnent tes jeux d'esprit…

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom