Rennes Spring Rec #2 : salon des labels indépendants

dans la rubrique Musique, Rennes, Rennes Bretagne.

Spring Rec

Publié le 24 Avr 2016

Pour la deuxième année consécutive, le Jardin Moderne organise Spring Rec, un événement hybride consacré aux labels indépendants. Entre bal du dimanche et salon, la rencontre a ensoleillé ce week-end du 23 et 24 avril. Outre la présence d’une vingtaine de labels, l’événement gratuit proposait des mini-concerts, des ventes, des ateliers et des conférences. Moderne, ce Jardin…

 

Spring Rec 2Pas de Spring Break pour la Spring Rec : sur un week-end, ça expose, ça explose, ça se concerte, et ça joue. La première édition 2015 avait permis d’inaugurer le nouveau studio d’enregistrement du Jardin Moderne. Cette année, l’événement commençait le samedi soir avec le vernissage de l’exposition collective « Derrière les pochettes » et les concerts de Dead, Hassan ou Kitchen Tool Set, invités par les labels KDB et Tandori Records. Le lendemain, on troque les puces pour les stands de musique. Professionnels ou profanes, rockeurs ou flâneurs, tous se sont réunis autour de la musique et de la diversité des labels indépendants. L’originalité de l’événement tient à ce partage entre le simple salon et l’organisation des mini-concerts et autres animations. Pour certains, c’était aussi l’occasion de découvrir un Jardin Moderne tout en couleur et des studios d’enregistrement richement décorés pour l’occasion.

Spring Rec 2Qui dit labels indépendants dit en dehors des sentiers battus et parfois hébétants des majors de l’industrie musicale. À Spring Rec, on trouve de tout qui vient de partout : de la techno avec Midi Deux au métal breton avec Finisterian Dead End, en passant par du garage, de l’indie pop, de la folk ou encore du rap. Les modèles économiques et éthiques des labels sont souvent similaires. A Night On Canopy ou Black Basset Records, pour ne citer qu’eux, se déclarent « DIY label » : entendez, Do It Yourself, ligne philosophique que l’on pourrait traduire par « fait maison » ou « faites-le par vous-même ». Le label Monopsone a même lancé une série appelée « microcircuit » : l’acheteur commande un disque sur le site mais en reçoit deux exemplaires ! Le label explique sa démarche : « L’intention du label est d’inviter l’acheteur à participer à la promotion de l’artiste en offrant ce second disque, à un proche, un média local (ou national), un programmateur de concert, ou à quelqu’un qui n’achète plus ou n’a jamais acheté de disques, en raison du changement de mode de consommation de la musique (téléchargement, streaming…) ». Le label résume ainsi le rôle des indépendants : « Jamais n’aura-t-on écouté autant de (bonne) musique. Si la crise du disque est clairement avérée, elle n’est heureusement pas artistique ». À écouter les groupes présentés, on acquiesce.

Spring Rec 2Dans les studios attenants à la salle d’exposition, des mini-concerts se sont succédé, la plupart issus de labels présents sur le site. Braham, par exemple, pour le label A Night on Canopy, ou Kalamar Superstar pour Les Disques Normal. D’autres s’autoproduisent encore, comme le superbe duo June Bug, un mélange fuzz et folk magnétique. D’ailleurs, Spring Rec permet aussi de créer un pont entre labels et musiciens. Au-delà de la rencontre, une table ronde proposait une réflexion autour du support. Vous êtes plutôt quoi ? K7, CD, vinyle ? Grâce à l’exposition, le graphisme était mis à l’honneur. Car, après tout, un album comme In the court of the Krimson King serait-il ce qu’il est sans l’artwork de Barry Godber ? Sur les stands, certaines pochettes ont à coup sûr tapé dans l’œil des collectionneurs. Alors, pour l’année prochaine, on enregistre l’information : pour la musique indé, c’est au Jardin Moderne !

Le site du Jardin Moderne

La page Facebook de l’événement

Rennes Spring Rec #2 : salon des labels indépendants was last modified: mai 6th, 2016 by Thibault Boixiere