L’année scolaire 2022-2023 rennaise sera une année charnière pour la politique éducative rennaise. Ambitieuse et engagée, la démarche rennaise vise une éducation pour tous, au service des enfants et de leurs familles, notamment des plus vulnérables, et dans le respect des équipes professionnelles. Communiqué.

La Ville affirme son statut de ville éducatrice et ville à taille d’enfants pour replacer les enfants et leurs familles au centre des politiques publiques, de leur quartier et de leur ville, que ce soit en termes d’aménagements, de déplacements, de sécurisation, ou encore de démocratie locale. Cette année encore, les enfants seront au cœur des démarches et en seront même de véritables acteurs. Cela s’illustre notamment à travers le développement des « rues aux écoles » et des aménagements des cours d’école végétalisées et favorisant la mixité, de la participation citoyenne des enfants, notamment avec le lancement, cette année, du budget participatif des enfants.

Cette rentrée sera également sous le signe de la déprécarisation des métiers de l’animation à Rennes (animateurs, surveillants de baignade, etc.), avec un engagement fort de la Ville pour une hausse de la rémunération et de meilleures conditions de travail. Dans un contexte national de crise des métiers de l’animation (difficultés de recrutements, important turn-over, absences…), renforcé par la crise sanitaire, Rennes prend des mesures volontaristes pour améliorer les conditions de travail de ses agents et garantir un accueil de qualité à tous les enfants.

Enfin, le début de l’année scolaire 2022-2023 va être marqué par l’ouverture du Pôle éducatif Simone Veil dans le quartier de la Courrouze.

Ouverture du pôle éducatif Simone Veil à la Courrouze

Situé au cœur de l’éco-quartier de La Courrouze, le Pôle éducatif Simone Veil ouvre ses portes et accueille ses premiers élèves à la rentrée, jeudi 1er septembre 2022. Le bâtiment comprend une école maternelle, une école élémentaire, un accueil de loisirs, une crèche et un centre sportif.

Le bâtiment, qui s’élève sur 3 niveaux, présente une surface utile globale de 6 300 m2 auxquels s’ajoutent 3 890 m2 d’aménagements extérieurs, comprenant les cours d’école avec leurs préaux, le jardin de la crèche et le plateau sportif.

Engagée sur les questions d’impact environnemental du patrimoine scolaire, le bâtiment a été conçu pour atteindre une bonne et sobre performance énergétique. Il est pourvu d’une installation de production photovoltaïque pour l’autoconsommation et de panneaux solaires thermiques pour l’eau chaude sanitaire.

Précédemment scolarisés dans les écoles Champion de Cicé ou Marie Pape-Carpantier, environ 180 enfants feront leur rentrée dans l’une des écoles du pôle éducatif Simone Veil, dont environ 15 enfants dans une classe d’enseignement bilingue breton.

Il est à noter que l’inauguration aura lieu le samedi 17 septembre et une visite de presse sera proposée aux journalistes en amont.

Alimentation

La Ville de Rennes poursuit ses efforts dans le cadre du Plan alimentaire durable (PAD).

Pour rappel, sur la période 2017-2020, les actions menées dans le cadre du PAD ont déjà permis d’atteindre les objectifs que la Ville s’était fixés, en arrivant à 40 % de produits durables, dont 33 % de produits bio, et en réduisant de moitié le gaspillage alimentaire.

En 2022-2023, l’accent va être mis sur l’autonomie de l’enfant, en tenant compte des consignes sanitaires : service en autonomie de l’entrée et du dessert, hygiène des mains, tables de tri, etc.

Par ailleurs, la distribution gratuite de goûters équilibrés élargie en 2022 aux écoles élémentaires est reconduite, sans surcoût pour les familles.

De plus, en partenariat avec l’Éducation nationale, la Ville de Rennes élargit à tous les groupes scolaires volontaires REP et REP+ le dispositif des « petits déjeuners gratuits », expérimenté depuis 2020 dans 4 écoles. Un volet éducatif accompagne cette distribution afin d’apporter aux élèves une éducation à l’alimentation. Chaque groupe scolaire concerné par ce dispositif organisera 2 petits déjeuners par semaine durant une période de 6 semaines, soit 12 petits déjeuners par école. La Ville prend en charge la fourniture et la préparation des petits-déjeuners.

En parallèle, un travail est mené pour la suppression des contenants plastiques en lien avec un réseau de 7 grandes cuisines centrales du Grand ouest. Des tests vont être lancés à Rennes dès le mois d’octobre.

La Ville souhaite également poursuivre et renforcer ses actions de sensibilisation à l’alimentation et l’agriculture durable à travers le lancement de plusieurs initiatives :

L’organisation de visites de fermes en partenariat avec le programme Terres de Sources pour le périscolaire ;
La proposition d’un cycle d’animations « Du producteur au mangeur » dans les écoles volontaires des quartiers prioritaires ;
La poursuite des animations autour des bacs potagers autonomes installés en expérimentation sur 7 écoles.

Pas d’augmentation du tarif des repas malgré l’inflation

L’augmentation du prix de certaines denrées alimentaires, liée à des problèmes d’approvisionnement dont les causes sont multiples (crise énergétique, augmentation du coûts des intrants, grippe aviaire, instabilité des cours liée à la crise ukrainienne, spéculation…), induit un surcoût pour la collectivité.

Les choix de la Ville de Rennes d’approvisionnements locaux (filières Terres de sources, SCIC Manger bio 35) et de modes de production en agroécologie, ont certainement moins impacté ces tarifs que pour d’autres types de restauration.

Dans ce contexte d’inflation, il n’est toutefois pas envisagé d’augmentation de la contribution des familles, afin de ne pas accroître les difficultés qu’elles rencontrent déjà avec l’inflation. Pour l’instant, la Ville absorbe le surcoût et négocie avec les filières pour en limiter l’impact.

Lancement du budget participatif des enfants

Le 1er octobre sera lancé la sixième édition du budget participatif. La grande nouveauté pour cette rentrée est la mise en place d’un budget participatif des enfants. Engagement de mandat, ce dispositif permettra à des enfants de 6 à 11 ans d’imaginer, de déposer et de voter eux-mêmes des projets.

Le dossier de presse revient sur le lancement du budget participatif des enfants plus bas.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici