Nuits de la lecture
Nuits de la lecture -Cambo-les-Bains-2024-01-18

À l’occasion des Nuits de la Lecture, Juliette Thomas, autrice et animatrice d’ateliers d’écriture, propose deux ateliers suivis d’une restitution collective intitulée « Où nos corps habitent ». La restitution aura lieu le vendredi 19 janvier 2024 à 13h à l’Université Rennes 2. Les ateliers chercheront à réfléchir aux textes qui peuvent émerger autour du corps. 

Dans la Bibliothèque Universitaire Centrale sur le campus de l’Université Rennes 2, ce vendredi 19 janvier 2024, un groupe de personnes prend la parole. Ensemble, ils avancent des réponses aux questionnements qui entourent le corps suite aux ateliers d’écriture menés avec Juliette Thomas plus tôt dans la semaine : que signifie être un corps qui habite un lieu ? Un corps en mouvement ? Un corps qui désire, qui rêve ou qui lutte ? Entre autres questionnements… Attention cependant à ne pas se méprendre, si l’événement se déroule dans le cadre des Nuits de la lecture, la restitution prend place à 13 h. 

Juliette Thomas héloise brezillon
Juliette Thomas © Héloïse Brézillon

Juliette Thomas est autrice et animatrice d’ateliers d’écriture. Après un Master recherche en Littérature Générale et Comparée, elle décide de poursuivre une activité qui lui permette de conjuguer son intérêt pour l’écriture et le travail collectif de réflexion et d’écriture.  « Pendant mes études, j’ai fait un peu de bénévolat avec des mineurs non accompagnés, parfois allophones, et des jeunes travailleurs dans un foyer. J’ai aussi expérimenté le travail et les processus de réflexion en collectif lors du festival Transversales organisé par le Master LGC », confie t-elle. « Quand je suis devenu professionnel, j’ai voulu continuer à mettre en œuvre la réflexion collective avec ce que j’appelais les laboratoires de l’écriture ». 

En décembre 2019, elle crée son auto-entreprise, « Les mots-dits », afin de continuer à animer des ateliers d’écriture et d’accompagner des personnes en cours d’écriture de romans, ce qu’elle fait notamment avec l’association Escalier. 

Ces laboratoires de l’écriture – ou ateliers d’écriture – que l’autrice anime permettent aux participants de s’emparer d’un sujet. « Je prépare le thème en amont, j’arrive avec beaucoup de questions, mais la direction que prend l’atelier est très liée aux problématiques que les gens ont envie d’explorer ». En l’occurrence, pour les Nuits de la lecture 2024, le thème avancé est celui du corps. Deux ateliers auront lieu avec 12 participants avant la restitution finale. 

« Les groupes sont formidables d’invention et de créativité ! »

Juliette Thomas Eric Thomas
© Eric Thomas

Mais puisque différentes directions sont envisageables, difficile de donner par avance une forme à la restitution collective finale. « Les restitutions où chacun lit juste son texte ne sont pas les plus intéressantes. On va travailler à la fois individuellement, mais aussi par groupe, puis on en discutera. Quelle forme le produit fini prendra ? Celle d’un cadavre exquis [jeu collaboratif où chaque participant écrit une phrase sans connaître celle de la précédente personne, ndlR.] ? Je suis incapable de le dire pour le moment, mais les groupes sont formidables d’invention et de créativité ! », se réjouit-elle.  

L’angle choisi par Juliette Thomas pour parler du thème est « le lieu qu’habitent nos corps ». « J’accorde beaucoup d’importance à l’incarnation. On a une grande tradition occidentale qui sépare le corps et l’esprit, mais il me paraît important de parler de comment on habite nos corps et comment ils sont en échange perpétuel avec les endroits où ils se trouvent. Habiter un lieu, ce n’est pas juste être là, c’est aussi investir le lieu et faire maison. Mais comment fait-on maison ? », interroge-t-elle en conclusion.

« Où nos corps habitent », projet par Juliette Thomas, vendredi 19 janvier, 13h,

Bibliothèque Universitaire Centrale (L’Agora), Place du Recteur Henri Le Moal, 35000 Rennes

Entrée libre,

Durée : 45 minutes

Article précédentRennes. L’Ouest fantastique, une installation participative de Valérian Henry aux Champs libres
Article suivantL’Université Rennes 3 ? Le délire d’une bande d’étudiants

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici