Rennes n’est pas Lyon. Elle n’a pas de traboules qui débutent par un couloir d’entrée et traversent un ou plusieurs bâtiments pour relier une rue à une autre. Rien de tout cela… Mais son centre ville cache des petits passages qui ferment malheureusement les uns après les autres…

 

Dans un temps pas si lointain, il était possible de passer de la rue Saint-Georges à la rue Victor Hugo. En pénétrant par une petite porte qui jouxtait le bar la Pause (rue Saint-Georges), les passants filaient tout droit dans un grand couloir, poussaient une porte, arrivaient dans une cour puis dans une autre. Puis ils rejoignaient l’une des rues les plus polluées du centre… Plus au Nord, il était aussi possible d’entrer par la porte de l’école des Beaux Arts, passer l’ancien cloître, laisser les ateliers et filer tout droit vers la rue Saint-Melaine. « C’était toujours très drôle et amusant, » confie Sébastien.

Drôle et amusant

Dernière mauvaise nouvelle en date, le passage de la Soule qui va de la rue Vasselot à de la rue Pré Botté est fermé au public. « On a observé des nuisances, des problèmes de sécurité et d’hygiène, » explique-t-on à la ville de Rennes (cf. le journal Ouest-France du 26 novembre dernier).

D’après le quotidien, la responsabilité de cette nouvelle interdiction est multiple. « Sur le côté de la rue du Pré Botté, la fermeture tient de celle du syndic de copropriété du 22 et 24, de la rue. Du côté de la rue Vasselot, la Ville de Rennes a fermé par une porte en bois dès le début du mois de janvier 2012. »

Unidivers s’amuse un peu de ce langage feutré qui préfère passer sous silence la principale raison de cette fermeture : l’entrée côté République est depuis plusieurs mois squattée par une bande de dealers qui utilise le passage comme planque. Désormais, nul doute que ces derniers trouveront refuge ailleurs. Espérons à ce propos que la restructuration du square et de l’allée de l’îlot du pré Perché pilotée par le Crédit agricole ne leur fournisse pas une place en or à deux pas de la gare…

Au demeurant, en concertation avec les élus du quartier, la municipalité prendra en charge la remise en état du passage. « Des travaux qui s’élèvent à hauteur de 40 000 € et qui incluent l’enlèvement des tags, la peinture des bâtiments et la réfection en état du sol. En attendant que ces chantiers soient effectués, des portes provisoires en métal seront posées. »

Rien ne dit toutefois que le passage dit de la Soule sera à nouveau ouvert au public… En clair, on ne passerait plus, on ne frimerait plus devant nos copains étrangers à la ville peu au fait des chemins de traverse. Et les plus grands d’entre nous ne seraient plus obligés de se baisser pour éviter la bosse sur le front. Heureusement, il reste encore un passage un peu plus loin. Il part du boulevard de la Liberté vers un rue parallèle…Mais chut, on n’en dira pas plus de peur que des riverains mal embouchés décident de tout…boucher.

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom