jeu 2 février 2023

Rennes. Le festival Jardins d’hiver ose le son aux Champs libres

Jardins d’hiver, le festival littéraire des Champs libres invite les élèves du Conservatoire de Rennes, de musique et art dramatique, à présenter des textes mis en musique tout au long du week-end du 3 au 5 février 2023. Entre deux rencontres d’auteurs, allez savourer des moments suspendus où l’art des mots croise celui du jeu et de la composition.

Au cœur des Jardins d’hiver résonneront les mots et les notes. Dans l’effervescence du festival littéraire qui se tient aux Champs libres de Rennes du 3 au 5 février 2023, parmi la myriade de propositions au programme auront lieu neuf représentations d’Ose le son. Un projet qui mêle les arts et les institutions rennaises, puisqu’il s’agit d’une invitation adressée aux élèves du Conservatoire à s’emparer de textes pour les interpréter et les mettre en musique.

Ce sont principalement les élèves du cycle d’orientation professionnelle du Conservatoire (COP) qui y participent, et quelques élèves de 3e cycle, dernière étape de l’enseignement amateur. Ils et elles forment huit binômes, encadrés par Anne Le Guernec et Alexandre Rubin, respectivement professeur de théâtre et de formation musicale. Pédagogique, le projet vise à leur inculquer des pratiques transversales et à représenter la diversité des arts, des instruments et des styles enseignés au Conservatoire. Ainsi, on trouvera aux côtés des comédiens et comédiennes deux percussionnistes, deux pianistes, un bassiste, une harpiste, un saxophoniste et un claviériste. L’un des binômes sera de plus accompagné de la chansigneuse Clémence Colin, dans le but d’explorer une autre interaction artistique, entre le texte, la musique et le geste.

En plus d’inciter au dialogue entre les arts, chose rare dans les cursus du Conservatoire, Ose le son est aussi l’occasion de se frotter à la scène. Anne Le Guernec souligne la dimension professionnalisante du projet. Les élèves se confrontent à un public varié en situation réelle. L’accompagnement musical des textes implique, pour les musiciens et musiciennes, de s’adonner à la composition, des fois pour la première fois, dans un objectif précis, qui fait un pas de côté par rapport à leurs pratiques personnelles. C’est aussi « un autre exercice de la scène, différent d’une audition ou d’un orchestre », indique Alexandre Rubin. 

Pour les comédiens et comédiennes, l’exercice se rapproche du seul en scène. « Ils doivent apprendre un texte de dix minutes, le défendre, le graduer, le moduler, seuls, sans mise en situation. Ça donne presque l’énergie d’un concert où il faut développer sa présence face à un public pour que les gens vous écoutent et vous regardent », ajoute Anne Le Guernec. De plus, certaines représentations étant diffusées en direct sur la radio rennaise C Lab, le travail des émotions doit être tout aussi poussé pour la voix que pour le corps.

Jeu musical et oral autour de la littérature, dans Ose le son, tout part du texte. Cette année, huit textes ont été proposés par Anne Le Guernec ou les élèves acteurs. Deux sont issus d’un roman de Mathias Énard, parrain de l’édition 2023 de Jardins d’hiver (Le banquet annuel de la confrérie des fossoyeurs, Actes Sud, 2020). Les autres sont des textes théâtraux, allant de la tragédie latine de Sénèque (Thyeste) au théâtre actuel de Kae Tempest (Les nouveaux anciens, L’Arche, 2013). On y trouvera encore des extraits de Pascal Rambert (Clôture de l’amour, Les Solitaires intempestifs, 2011), Lina Prosa (Cassandre On The Road, Les Solitaires intempestifs, 2012), Peter Handke (Par les villages, Gallimard, 1981) et Botho Strauss (Grand et petit, Gallimard, 1976).

Ces textes ne sont pas reliés par une thématique commune, « au contraire », explique Anne Le Guernec. « Ce sont toutes sortes de langages, de langues, de matières textuelles. Des voyages à travers des expériences littéraires diverses. » Ils ont pourtant en commun, ça va de soi, une orfèvrerie de la langue qui les rapproche tous à différents degrés de la poésie. « Ce sont des textes qui mêlent les styles, et qui sont en eux-mêmes très musicaux », précise l’enseignante.

Vient ensuite l’association des comédiens aux musiciens, que nous raconte Alexandre Rubin. « On a fait une espèce de speed dating. Chaque élève comédien a lu une partie de son texte devant tout le monde, les musiciens ont pu voir leur personnalité artistique, entendre leur voix, le texte. Puis, les comédiens sont allés voir les musiciens dans leur salle de répétition et ont fait des essais sur des improvisations. »

Une fois composés, les binômes ont quelques semaines pour travailler leur proposition commune. À deux et avec les conseils des professeurs. L’enjeu principal est d’éviter de paraphraser le texte par la musique ou de l’illustrer par le jeu. « Il ne faut jamais illustrer ce qu’on raconte, les mots sont là pour nous donner les images, à nous d’y associer soit un contrepoint soit un soutien, un arrière-plan. C’est là que l’interprétation de l’acteur ou la composition musicale prend tout son sens, c’est là où l’interprète est créateur de quelque chose », préconise Anne Le Guernec.

« Il n’y a pas de recette magique, mais une interaction à créer. Elle va être spécifique à chaque binôme en fonction de l’instrument et du texte. Il faut trouver à la fois le son et le rythme, ne pas se marcher dessus, laisser la place à l’autre, trouver la sienne, s’écouter. L’interaction ne peut fonctionner que s’il y a de l’écoute », explique Alexandre Rubin. Il en découle, selon le professeur, « une rencontre et une découverte de l’univers artistique de l’autre, une confrontation intime, d’abord avec soi dans le travail individuel, puis avec l’autre. C’est une aventure à deux ».

Aussi beau qu’il soit, le dialogue de deux artistes ne résonne jamais que dans le cœur d’un public. Alors, allez soutenir de vos applaudissements ces jeunes aventuriers et aventurières des arts.

Infos pratiques

Vendredi à 15h30, samedi à 16h30 et dimanche à 14h30 et 16h30. Bibliothèque – niveau 2

Samedi à 17h15, dimanche à 15h30 et 17h15. Musée de Bretagne

Vendredi et samedi à 19h, dimanche à 17h30. Café des Champs Libres

Avec Virgil Benoist, Aziliz Bucas, Alexandre Dupouy, Mahorie Fabre, Charlotte Guinard, Thibault Hias, Julia Le Baron, Matheïs Le Paih, Lisa Loyer, Lou-Anne Luce, Lila Maignan, Aourell Planchin-Gouriou, Thibaud Quentin, Clément Quenu, Patros Shazo, Alex Talle.

À lire également dans Unidivers :

Jean Gueguen
Jean Gueguenhttps://www.unidivers.fr
J'aime ma littérature télévisée, ma musique électronique, et ma culture festive !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Rennes
couvert
10 ° C
10 °
9.8 °
66 %
4.1kmh
100 %
jeu
10 °
ven
12 °
sam
12 °
dim
10 °
lun
7 °