rennes ecolo municipales

Si un maire affirmait à raison que « la culture, c’est ce qui demeure dans l’homme lorsqu’il a tout oublié », ce point de vue d’Edouard Herriot n’est pas toujours partagé ou, du moins, apprécié à sa juste valeur par les différents candidats aux municipales de notre beau pays de France. Qu’en est-il à Rennes ? Quelle place occupe la dimension culturelle dans le programme politique des candidats à la mairie ? Unidivers a invité ces derniers à résumer leur projet culturel. Tous ont répondu, à l’exception d’Emeric Salmon (RN). Pour la liste Choisir l’écologie pour Rennes emmenée par Matthieu Theurier et Priscilla Zamord, « la politique culturelle de la ville de Rennes doit être au service de l’émancipation et du développement humain ».

De 2014 à 2020, les élu.e.s écologistes ont engagé la politique culturelle de la ville dans une nouvelle voie que nous voulons poursuivre : celle de la diversité culturelle, de l’égale dignité des cultures et du droit à la participation de chacun.e à la vie culturelle.

C’est pourquoi pendant 6 ans, nous avons agi pour plus de la coopération et de co-construction. Nous avons initié avec les acteurs des actions pour plus d’éco-responsabilité, pour l’égalité femme-homme et la lutte contre les discriminations. Nous avons agit pour que la jeunesse prenne toute la place qu’elle mérite. Nous avons soutenu une plus grande visibilité pour les cultures et langues régionales. Nous avons favorisé l’accès à l’éducation et l’expérience artistique. Nous avons soutenu l’emploi et de la juste rémunération des artistes.

L’accès à la culture est un droit et doit offrir à chacun.e des espaces d’émancipation mais aussi de découverte et d’ouverture d’esprit. La politique culturelle s’est trop éloignée de l’éducation populaire, nous réunirons ces deux politiques publiques au service de l’émancipation et du développement humain.

Les créations et les lieux culturels peuvent également transmettre des valeurs fortes comme la solidarité, l’égalité ou l’écoresponsabilité. Les villes et leurs habitant.e.s se nourrissent de leur diversité culturelle, c’est pourquoi nous voulons que toutes les cultures s’épanouissent librement à Rennes.

Pour cela, il faut faire des choix clairs et cohérents. Notre conviction est qu’il faut aujourd’hui renoncer aux projets de grands équipements et d’événements conçus hors sol, servant uniquement l’attractivité du territoire mais qui ne participent pas à améliorer la vie culturelle des habitants, ni ne répondent à l’immense enjeu du dérèglement climatique. Nous refusons la construction d’un Zénith pour un coût exorbitant de 70 millions d’euros.

Nous voulons favoriser les acteurs du territoire qui sont le terreau et la richesse de la vie culturelle rennaise. C’est pourquoi nous souhaitons :

– une politique forte de réhabilitation, de rénovation thermique et acoustique, et d’extension d’équipements culturels existants : Théâtre du Vieux St Etienne, Triangle, Jardin Moderne, Garage, ADEC, Musée des Beaux-Arts, Opéra, Ferme des Gallets, Salle de la Cité, EESAB, CRR site Hoche, cafés concerts (soutien aux travaux et création d’une société foncière afin de relouer à des porteurs de projet des lieux mis aux normes), studios d’enregistrements et locaux de répétition… Nous mènerons à La Métropole une politique de soutien à ces investissements par les communes.

– la création et l’aménagement de nouveaux espaces de pratiques permettant leur autonomie d’usage et leur mutualisation : une salle de concert de 200 places en régie municipale, une maison de l’image mutualisée dans l’ex-futur Arvor rue d’Antrain, deux sites dédiés aux arts de la rue et aux arts de la piste, des petits lieux de pratiques artistiques dans chaque commune de la Métropole et dans chaque quartier rennais, nous étudierons avec les rennaises et les rennais les possibilités de réhabilitation de la Prison Jacques Cartier et les usages possibles.

– la création, après études et concertation, de deux nouvelles médiathèques à Baud Chardonnet et à Nord St Martin, et avec la Métropole, un campus d’enseignement supérieur artistique sur le site Hoche et un espace commun pour les structures de recherche, d’innovation et de production audiovisuelle dans le futur ex-Techni Centre SNCF.

– Avec les acteurs et actrices, nous renforcerons les moyens :

  • pour les actions d’éducation artistique et culturelle (notamment les résidences longues d’artiste dans les établissements scolaires),
  • pour les actions de découverte et d’apprentissage artistiques (soutien à la pratique amateur, création d’une artothèque et d’un service des bibliothèques de prêt à domicile, multiplication des évènements culturelles gratuits),
  • pour les actions artistiques et projets culturels conçus et réalisés avec les personnes (participation des personnes à la gouvernance des structures, aux projets d’activités, à des actions de programmation artistique ou d’acquisition d’œuvres, à des projets artistiques collectifs),
  • pour les projets culturels favorisant la diversité sociale et culturelle des artistes et des publics
  • pour soutenir la création, l’expérimentation et la diffusion des œuvres des artistes du territoire, leur emploi, leurs rémunérations et leur mobilité (nous encouragerons les démarches collectives notamment sur la gestion partagée de locaux de travail, et nous étudierons les conditions d’une présence d’artistes dans les services de la collectivité)
  • en faveur du breton et du gallo, et de la langue des signes (formation d’agents municipaux, enseignement dans le premier degré, radio en breton et gallo, soutien aux pratiques artistiques en LSF, lieux identifiés pour la pratique du breton ou du gallo, signature de la charte gallo Dam Yan Dam Ver et consolidation du niveau 2 de la charte Ya d’Ar Brezhoneg)

Enfin, nous voulons lancer un acte II des Etats généraux de la culture à l’échelle métropolitaine, en proposant aux élus, acteurs et actrices culturelles et habitants et habitantes  de Rennes Métropole, la co-construction d’un projet culturel de territoire pour mettre en commun les ressources culturelles au service des artistes et des habitant.e.s, de leurs droits culturels et de l’accès à la culture pour tou.te.s.

Faisons foisonner les cultures à Rennes et Rennes métropole !

Matthieu Theurier Priscilla Zamord
Matthieu Theurier et Priscilla Zamord

rennes écologiste municipale

Pour la liste Choisir l’écologie pour Rennes emmenée par Matthieu Theurier et Priscilla Zamord, « la politique culturelle de la ville de Rennes doit être au service de l’émancipation et du développement humain ».

Photos : Gaëlle Evellin

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom