RENNES DESIGN. LE BELVEDERE DES BOUROULLEC APPONTE QUAI SAINT-CYR

Icônes de la scène contemporaine, les créateurs et designers industriels bretons Ronan et Erwan Bouroullec poursuivent leurs aventures à Rennes ! L’installation permanente d’un belvédère planté dans la Vilaine mais en prise avec la berge est prévue au printemps 2020. Il offrira aux promeneurs un point de vue contemplatif sur le fleuve et sur la ville. Les travaux d’installation débutent cette semaine sur le quai Saint-Cyr.

Paris, Bordeaux, Milan, Singapour… De plus en plus recherchés en France et à l’étranger, Ronan et Erwan Bouroullec ont répondu à la commande publique de la Ville de Rennes : la capitale bretonne qui leur est chère accueillera bien une de leurs réalisations de design urbain. « C’était une étape et un retour nécessaires que de faire ce projet à Rennes », nous a précisé le designer.

Coup de cœur esthétique pour une ville en transformation et véritable signe de leur attachement à la Bretagne, ce nouveau chapitre de l’histoire commune prendra la forme d’un projet d’aménagement urbain. L’installation a pour vocation de contribuer une redéfinition et un redéploiement de l’espace de la ville. Les designers ont sillonné la ville de long en large à la recherche de la bonne idée et d’un site en adéquation. L’idée s’est incarnée dans « un endroit romantique accroché à la jetée, aux abords de la Vilaine ».

Kiosque Bouroullec rennes

Leur lieu de création est ainsi l’espace public au bord de l’eau. Ce qui répond à deux objectifs. D’une part, mettre le sens esthétique à la portée de tous ; d’autre part, répondre à une volonté des Rennais. En effet, « en 2016, les Rennais.es ont été nombreux à nous exprimer leur envie d’une ville qui renoue avec l’eau et qui fasse une part plus belle à l’architecture et au design – explique Nathalie Appéré – très vite, la Vilaine s’est définie comme l’endroit parfait, pour que la ville ne tourne plus le dos à son fleuve. L’objectif est de redécouvrir la Vilaine et ses paysages. »

« Je suis un grand romantique – nous a confié Ronan Bouroullec – c’est donc l’idée de ramener ces balades pour sortir de la ville et prendre l’air… ». L’usage et la symbolique se concentrent en une folie architecturale signée Bouroullec.

Le projet d’aménagement urbain des frères Bouroullec devait prendre initialement la forme de trois kiosques. Trois utopies urbaines accessibles via une passerelle. Des ovnis architecturaux inspirés des phares, des jetées, des kiosques des villes hanséatiques et du romantisme viennois, le tout réduit et transfiguré à travers une structure en acier émaillé d’accents futuristes aussi bien que steampunk. Mais, le projet a dû être revu à la baisse. Pour des raisons techniques et budgétaires.

Ce n’est plus trois kiosques mais un belvédère qui va flotter aux abords des quais Saint-Cyr et de la Prévalaye, entre la place de Bretagne et le pont Malakoff dès février 2020. L’exigence aiguë dans la précision des détails des frères Bourroullec promet une future promenade singulière le long du fleuve : déambulation, discussion, musique, flirt…

Kiosque Bourroullec

Une livraison prévue en février 2020

Les travaux préparatoires à l’installation du Belvédère ont débuté sur le quai Saint-Cyr le lundi 21 octobre. Deux arbres, situés à proximité du projet, seront déplacés et replantés dans un autre parc municipal et deux nouveaux arbres seront plantés quai Saint-Cyr, après la livraison du Belvédère. Pour les besoins des travaux, les installations de chantier seront situées le long de la Vilaine, sur l’espace disponible entre le Mail François Mitterrand, la maison éclusière et le quai Saint Cyr.

Le battage du pieu qui supportera l’ensemble du Belvédère débutera le 14 novembre. Cette opération technique d’une demi-journée permettra d’enfoncer le pieu à plusieurs mètres de profondeur. La plateforme sera installée au mois de décembre et le lustre sera mis en place en janvier. Le Belvédère sera livré en février 2020.

Les travaux seront ponctuellement générateurs de nuisances sonores, à raison d’une demi-journée tous les 15 jours. Ils seront concomitants avec la vidange du bief du Comte (la partie du canal située entre l’écluse Dupont-des-Loges et celle du Comte, située près du Roazhon Park). Cette mise à sec de la Vilaine, prévue début novembre, n’est pas liée aux travaux du Belvédère, qui seront entièrement réalisés depuis la berge, sans engin dans la Vilaine, mais permet à la Ville, à la Métropole et à la Région de réaliser différents travaux de consolidation des écluses.

Les circulations piétonnes et cyclistes seront maintenues le long de la maison éclusière pendant toute la durée des travaux.

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom