L’association grecque de Bretagne Kalimera et le ciné TNB proposaient dimanche 6 et lundi 7 mars 2016 la 11e édition des Grecs et leur cinéma. Les films Petite Angleterre et Rives incarnent un art totalement hermétique. Présence d’une pythie indispensable.

petite-angleterre_tnb_rennesRappelons que la Pythie était une sorte de prêtresse chargée de l’interprétation des oracles dans la Grèce Antique. Dignes héritiers de cette époque glorieuse, les cinéastes actuels ont eu recours à un décrypteur, en l’occurrence Dimitris Carpouzis (diplômé de l’Université d’Athènes ès lettres Grecques et ès Philosophie, titulaire d’un doctorat ès Études anciennes de l’Université de Rennes 2 et d’un doctorat ès Grec moderne de l’INALCO de Paris). Détaché par l’État grec à Rennes 2 pour l’enseignement du grec moderne et de la civilisation grecque, il donne aussi des cours aux amateurs dans le cadre de l’association Kalimera. Avec ce beau bagage, Dimitris Carpouzis dispose des clefs (et du talent) pour aider le spectateur à entrer dans l’univers des deux films. Par Zeus, elles étaient nécessaires !

La petite Angleterre (Mikra Anglia) a connu un certain succès à sa sortie en Grèce en 2014 (400 000 spectateurs). Sans doute parce que cette saga familiale qui suit deux sœurs sur deux décennies dans les années 30 et 40 sur l‘île d’Andros incarne les problématiques d’un pays et d’une époque. Le réalisateur Pantelis Voulgaris a adapté le roman éponyme écrit par son épouse Ionna Karystiani en 1997. Ce film était « un défi » pour elle. Elle ne voulait pas être « une béquille pour aider le spectateur à comprendre le film » considérant que « le spectateur doit nager lui même dans cette tempête des sentiments des acteurs ». Bingo ! Pour nager, on nage… dans le non-dit (pour un peuple qui a inventé la rhétorique, c’est fou !) et dans des clichés dignes d’un roman-photo pour femmes en quête d’un bon parti. On se console avec les grandes qualités artistiques et esthétiques du film et de ses belles lumières.

Le deuxième film,rives_film_rennes_tnb Rives (Riverbanks) du réalisateur grec Panos Karkanevatos (en compétition pour l’Antigone d’or 2015) aborde sans pathos la question de l’immigration, celle des frontières incarnées par le fleuve Evros à la frontière gréco-turque. Différentes entités s’activent autour de ces eaux tumultueuses : Chryssa, dont on finit par comprendre qu’elle est impliquée dans le trafic des passeurs et Yanis, énigmatique militaire (quel magnifique acteur !) qui démine les rives (engins de mort disposés là par les colonels en 1974). Un étrange ballet humain nous mène à travers champs de blés, vieilles ruelles de Constantinople-Istanbul, caserne, bosquets et par d’étranges bains (turcs ?). Un gamin traîne. Sa sœur s’est noyée dans le fleuve. Un paysan bougonne. Un mafieux se fait tuer. Cette succession de scènes, qu’on a parfois du mal à relier entre elles, est empreinte d’une indéniable poésie. Poésie, du grec poiesis, création. Pour Platon, l’art poétique était rattaché à l’enthousiasme. Hélas, on en manque un peu en sortant de ces films.

Kalimera, association née en 2014 et sise à Pacé, « s’occupe de la promotion de la culture grecque, via l’apprentissage de la langue, des danses, du cinéma, et de la cuisine ». Elle organise aussi l’événement Le Bâton d’Euclide et de délicieux mezze offerts à la sortie des projections…

Pantelís Voúlgaris  né le 2 octobre 1940 à Athènes est un réalisateur grec, représentant du Nouveau Cinéma grec. Il a aussi été metteur en scène de théâtre et de télévision. Pantelís Voúlgaris fit ses études à l’école de cinéma Stavrakos d’Athènes. Il dut quitter la Grèce en 1973 car il était recherché par la police pour son engagement auprès des étudiants lors du soulèvement de l’École Polytechnique.

1965 Le Voleur (court-métrage), sélectionné à la Semaine du cinéma grec 1965 (Thessalonique)
1966 Jimmy le tigre (court-métrage)
1969 La Danse des chèvres (court-métrage)
1972 Les Fiançailles d’Anna
1973 Les Grandes Chansons d’amour
1976 Happy Day
1980 Elefthérios Venizélos (1910-1927)
1985 Les Années de pierre
1988 Le Buteur numéro 9
1991 Jours tranquilles d’août
1995 Akropol
1998 Sur le Chemin de la vie
2004 Les Mariées
2009 Psyhi vathia

Panos Karkanevatos né en 1962 à Seres a étudié le cinéma et a travaillé comme caméraman et monteur avant de commencer à faire des films lui-même. Il également réalisé des films de télévision et des documentaires pour la télévision grecque.

1984 103 Megacycles (court métrage)
1985 Spot (court métrage)
1988 Fragile (court métrage)
1988 A Song for Epirus (court métrage)
1994 Borderline
1999 Homa ke Nero/Earth and Water

Kalimera présente le cinéma grec aux Rennais : une tragédie ? was last modified: mars 11th, 2016 by Marie-Christine Biet
mc.biet [@] unidivers .fr Architecte de formation, Marie-Christine Biet a fait le tour du monde avant de revenir à Rennes où elle a travaillé à la radio, presse écrite et télé. Elle se consacre actuellement à l'écriture (presse et édition), à l'enseignement (culture générale à l'ESRA, journalisme à Rennes 2) et au conseil artistique. Elle a été présidente du Club de la Presse de Rennes.

Laisser un commentaire