rennes charles compagnon
Charles Compagnon

Si un maire affirmait à raison que « la culture, c’est ce qui demeure dans l’homme lorsqu’il a tout oublié », ce point de vue d’Edouard Herriot n’est pas toujours partagé ou, du moins, apprécié à sa juste valeur par les différents candidats aux municipales de notre beau pays de France. Qu’en est-il à Rennes ? Quelle place occupe la dimension culturelle dans le programme politique des candidats à la mairie ? Unidivers a invité ces derniers à résumer leur projet culturel. Tous ont répondu, à l’exception d’Emeric Salmon (RN). Pour la liste Libres d’agir pour Rennes emmenée par Charles Compagnon, « la politique culturelle de la ville de Rennes doit se renouveler au profit de son rayonnement ».

L’offre culturelle rennaise, déjà riche et foisonnante, doit s’appuyer sur les associations rennaises et ses universités pour mettre en œuvre de nouveaux évènements permettant de renouveler le rythme culturel et ainsi permettre à Rennes de rayonner.

Cela passe par un soutien aux manifestations emblématiques de la ville mais également aux cafés concerts pour résoudre leurs contraintes financières et administratives. Ils sont l’âme culturelle de Rennes. Nous souhaitons libérer la dynamique culturelle en ouvrant l’offre culturelle à de nouvelles associations rennaises.

Parmi nos projets phares au triple intérêt culturel, touristique et pédagogique figurent la création d’un palais de la découverte, projet de l’association Rennes en Sciences pour valoriser le patrimoine scientifique et technique et le projet de l’association Champs de Justice sur l’ancienne prison Jacques Cartier pour rapprocher les citoyens du monde de la justice.

Nous créerons un rendez-vous mettant en avant le Cinéma en Bretagne (acteurs, réalisateurs, tournages…). Nous voulons favoriser l’accès à la culture avec la poursuite de tarifs adaptés. Nous soutiendrons et valoriserons le patrimoine architectural et historique rennais et œuvrerons pour la préservation et la mise en lumière du patrimoine immatériel rennais.

Prison Jacques Cartier

Nous nous porterons acquéreur de la prison Jacques Cartier, et nous considérons que ce bâtiment mérite mieux que le projet de Mme Appéré de saupoudrage clientéliste. Nous souhaitons faire de sa partie la plus ancienne restaurée un lieu emblématique pour la transmission de l’histoire judiciaire de notre ville et à la hauteur de sa fonction de capitale. De ce point de vue le projet porté par l’Association Champs de Justice de mettre en place un lieu vivant et interactif pour rapprocher les citoyens du monde de la justice avec un volet pédagogique, s’inscrit pleinement dans la valorisation de ce bâtiment. De plus dans une période où les intolérances de tout type fissurent les valeurs de notre démocratie, Rennes s’honorerait d’un lieu ambitieux de transmission de la mémoire collective ne serait-ce qu’autour de l’affaire Dreyfus.

Cinéma Arvor
Nous souscrivons à une réflexion sur le devenir de L’Arvor, mais cette réflexion devra associer tous les acteurs du cinéma et de l’audiovisuel non seulement à l’échelle rennaise mais à l’échelle de la Bretagne, car c’est là encore le rôle d’une capitale rennaise que d’agir à l’échelle de son territoire régional et ainsi aider à la mise en avant du Cinéma en Bretagne (réalisateurs, acteurs, tournages,..)

Piscines rennaises
Une fois de plus le manque d’audace de Mme Appéré est flagrant quand elle propose seulement un ensemble un saupoudrage de rénovation en matière de natation alors qu’il manque bel et bien à l’est de la ville une piscine moderne digne de ce nom et véritablement susceptible d’accueillir aussi bien des manifestations et des compétitions d’envergure nationale voire internationale que les nombreux Rennais adeptes de la natation.

Gratuité des musées et bibliothèques
Si nous partageons l’initiative d’une attribution automatique de la carte Sortir aux personnes qui remplissent les critères, nous voyons un nouveau saupoudrage clientéliste dans la gratuité des musées et bibliothèques, avec un investissement parallèle dans le même temps avec une rénovation et un agrandissement du musée des Beaux-Arts. Nathalie Appéré fait là encore le choix de l’impôt et de la dette.

Une halle sportive au Blosne

Le rayonnement et le développement de notre ville nécessite un équipement sportif plus audacieux qu’une halle sportive. Nous sommes une des rare capitale régionale à ne pas avoir un Zénith. Nous souhaitons un tel équipement dont la modularité permettra aussi bien l’accueil de grands évènements sportifs et culturels nationaux et internationaux, qu’un usage par le milieu associatif rennais.


rennes charles compagnon

La politique culturelle de la ville doit se renouveler au profit de son rayonnement. Voilà le projet culturel de la liste Libres d’agir pour Rennes emmené par Charles Compagnon.

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom