Boulevard Villebois-Mareuil, cette étrange bête surveille les passants et les automobilistes depuis maintenant quelques années. Moins imposante que le Goldorak géant qui barre, à deux pas de là, l’entrée du centre d’art urbain, elle est devenue partie intégrante du paysage. La sculpture est puissamment armée contre l’invasion de promoteurs qui auraient l’idée saugrenue de mettre bas les estaminets du quartier, le squat des artistes et les rares immeubles tenant encore debout. En ces jours de développement urbain, sa silhouette noire parait être le garant d’un patrimoine menacé et d’un pan de la ville en voie de disparition.

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom