Anne-Charlotte Finel exposition respiro à la Criée
Anne-Charlotte Finel, Passagers, 2023

Caméra à l’œil, Anne-Charlotte Finel arpente les interstices et les zones frontières : entre lumière et obscurité, espaces sauvages et espaces anthropisés, animal et végétal, humain et non-humain, vivant et machine, etc. Jouant de ces lisières, l’exposition Respiro à La Criée, centre d’art contemporain, propose une expérience visuelle et sonore qui interroge et trouble les contours de nos perceptions et représentations.

Anne-Charlotte Finel, représentée par la Galerie Jousse Entreprise, est née à Paris en 1986 et est diplômée des Beaux-Arts de Paris en 2010. «L’œuvre d’Anne-Charlotte Finel cherche inlassablement à capter quelque chose qui échappe au registre des identités immuables et acquises, quelque chose qui a à voir avec l’intensité, une vibration qui contredit la supposée transparence de nos sociétés de l’information. Que le sujet soit des chiens (Molosses en 2016) ou des algues (Fosse en 2018), ce sont en effet les pixels qui apparaissent comme le dénominateur commun aux vidéos de l’artiste. Les points de l’image électronique dansent ici le plus souvent dans la nuit et enveloppent chaque motif d’une épaisseur spatiale qui révèle la présence de la matière. En cela, Anne-Charlotte Finel déploie une poétique de l’entropie.»1

Dans Respiro, dont une première version a été présentée à l’automne 2023 au centre d’art de Saint-Fons, Anne-Charlotte Finel déploie, via un ensemble de pièces récentes, un environnement fait d’obscurité et d’éclats de lumière, de mouvements furtifs et pourtant lents, de flous, de détails et de matières. Pour réaliser ses images, au rendu parfois fantasmagorique, l’artiste est munie de sa seule caméra. Aucune mise en scène, juste une captation patiente et attentive du vivant ; une alliance entre l’œil de l’artiste et celui – mécanicoélectronique – de son appareil.

Anne-Charlotte Finel exposition respiro à la Criée
Anne-Charlotte Finel, Respiro, vidéo couleur et son, 2022

À La Criée, l’artiste reconfigure l’espace du centre d’art en trois espaces, structurés par des pans obliques. Chacun plonge le visiteur dans une atmosphère à la fois spécifique et pourtant poreuse à celle des espaces voisins, par un léger effet de propagation. L’ensemble est relié par une bande-son composée par Voiski. Faite de nappes électroniques tantôt abstraites tantôt naturalistes, celle-ci concourt à renforcer l’impression de décollement du réel.

La première salle présente, dans une atmosphère lumineuse et vibratile, le film Paon. Les gros plans très serrés et les effets de
bougé sur le plumage de l’oiseau créent une abstraction colorée, qui déplace nos représentations communes de l’animal et du paysage. L’espace dans lequel on pénètre ensuite, plongé dans la pénombre, est construit autour du film Klopotec2, à la focale beaucoup plus large. Dans celui-ci, Anne-Charlotte Finel a braqué sa caméra sur les pistes de l’aéroport d’Orly et en particulier les prairies qui les entourent. Elle y filme à la fois l’envol des avions et celui des oiseaux. À l’affût, elle suit quelques-unes des espèces qui ont trouvé un territoire dans ces prairies anthropocènes. Ici, entre l’obscurité et les flous du lointain, les frontières se troublent entre la machine et l’animal, entre l’espace du sauvage et celui de l’activité humaine.

Anne-Charlotte Finel exposition respiro à la Criée
Anne-Charlotte Finel, Paon, 2021

La dernière partie de l’exposition présente l’installation Passagers, pour laquelle Anne-Charlotte Finel a filmé et photographié des élevages de crocodiles, alligators, de veaux et de vers à soie au Zimbabwe, en Zambie, en Floride, en Suisse et en France. Passagers consiste en une superposition d’images imprimées sur différentes soies suspendues ou tendues dans une structure en métal. Elle est entourée de deux films – Respiro et Nuit – et d’autres impressions. Parmi cet ensemble fait de détails, de transparences et d’opacités, le trouble grandit encore : on ne sait plus tout à fait ni quel animal on regarde, ni s’il s’agit d’un animal ou bien d’une plante ou d’autre chose, ni même si ce n’est pas plutôt nous qui sommes regardés.

Dans l’exposition Respiro d’Anne-Charlotte Finel, corps, matières et paysages se superposent et souvent se confondent pour créer une chimère, un environnement surréel où organique et cosmopolitique entrent en résonance.

Anne-Charlotte Finel exposition respiro à la Criée
Anne-Charlotte Finel, Nuit, 2022.

1 Extrait de Fabien Danesi, L’inquiétude des images, Anne-Charlotte Finel en résidence à la Casa Conti, à Oletta, 2022, dans In Corsica n°72, p.89

2 Œuvre produite avec le soutien de la Galerie Jousse Entreprise et du Centre national des arts plastiques.

Exposition Respiro d’Anne-Charlotte Finel à La Criée du 3 février au 28 avril 2024

Place Honoré Commeurec, 35000 Rennes (Accessible en fauteuil roulant). Métro: République, bus: La Criée.

Du mardi au dimanche de 13h à 19h. Ouvert les jours fériés.

Entrée gratuite

Vendredi 2 février 2024 à 17h30, poursuivi du vernissage de 40mcube à 18h30.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici