La Région Bretagne innove à nouveau avec son inventaire du patrimoine : mise à disposition de tous de son extraordinaire photothèque et lancement d’un nouvel appel à projets incitant les Bretons à enrichir et valoriser de leurs photos ces fonds iconographiques. Cette démarche collaborative, initiée en Bretagne, suscite un vif intérêt de la part des autres régions de France.

PATRIMOINE BRETAGNEL’Inventaire de Bretagne, l’un des deux premiers services à s’être créé en 1964 au niveau national, a depuis 53 ans, collecté 550 000 photos argentiques (250 000) et numériques (300 000) au sein d’un fonds iconographique qui, à lui seul, constitue un immense patrimoine, témoin des mutations vécues sur le territoire. Une partie du fonds, libre de droits, est téléchargeable gratuitement et en HD.
Prises de vues de bâtiments publics ou privés, intérieurs et détails, cartes postales, plans d’architecte ou relevés de cadastre, croquis et dessins… : jusqu’ici, ce corpus extraordinaire était majoritairement utilisé (1 000 commandes/an) par des spécialistes, érudits, éditeurs, mais aussi, par exemple, par la Gendarmerie, dans le cadre d’enquêtes liées à des vols dans les églises, principalement.

Désormais, un site dédié développé par la Région permet de diffuser largement, facilement et gratuitement une partie de ces images (180 000 d’ici fin 2017) auprès d’étudiants, habitants, collectivités ou urbanistes. Seule contrepartie : s’identifier et justifier sa demande, en quelques mots. L’idée est d’encourager l’utilisation de ce fonds, pour des expositions, sites web, publications ou études, sachant qu’à ce jour, 2 500 nouveaux clichés sont produits chaque année.

PATRIMOINE BRETAGNEAppel à projets : fouillez mémoire et tiroirs !
Cette ouverture au plus grand nombre s’accompagne d’un appel à projets participatif sur le patrimoine architectural et mobilier qui doit permettre d’aller plus loin dans l’appropriation, par les Bretons, de ce bien commun.
Celui-ci comporte deux volets :

  • il propose à tous, particuliers, collectivités ou associations d’histoire locale, d’enrichir une partie du fonds ancien (85 000 clichés 24×36) en aidant l’Inventaire à mieux identifier les édifices, à actualiser les connaissances afin de documenter et contextualiser davantage l’existant.
  • Il consiste, par ailleurs, à intégrer dans la photothèque d’autres fonds libres de droits qui permettront d’enrichir globalement la connaissance
    du patrimoine breton.

L’aide régionale est plafonnée à 15 000 € par an et par projet. En savoir plus sur les modalités de l’appel à projets ici.

Associer compétences humaines et technologiques : le credo de l’Inventaire de Bretagne

PATRIMOINE BRETAGNEFaire participer les Bretons à la connaissance et à la mise en valeur de leur patrimoine, tout en intégrant de nouveaux outils numériques de recensement et d’études, c’est l’objectif que s’est fixé, avec succès, le service de l’inventaire de la Région Bretagne.
Depuis 2013, la Région invite, par le biais d’appels à projets, les associations, collectivités, mais aussi des étudiants, à conduire des enquêtes, soit locales – en lien, par exemple, avec une dynamique de Pays d’Art et d’Histoire comme à Pontivy ou Morlaix, soit thématiques, autour de pratiques et savoir-faire anciens : moulins à papier, charpentes armoricaines, ardoisières, fours à goémon, sites liés au travail du lin et du chanvre…
Ces études, aidées financièrement, bénéficient également d’un accompagnement technique et scientifique de la part de la Région. Autant de pratiques collaboratives qui contribuent à faire progresser la connaissance et à enrichir les données régionales sur www.patrimoine.bzh. Cette nouvelle forme de travail, qui vient renouveler et démocratiser l’approche de l’Inventaire, peut-être portée par les riverains eux-mêmes, ceux-là mêmes qui vivent le patrimoine au quotidien. Sur certains projets, des référents bénévoles sont formés à cet effet pour dresser l’état des lieux de différents bâtis (désignation, datation, photographie, géolocalisation…). Le recensement, qui se fait, soit sur tablette grâce à l’application développée par la Région en 2015, soit sur une fiche de recensement papier mise à disposition, fait par la suite l’objet d’une validation scientifique du service ad hoc. Un service pionnier, depuis toujours : 130 000 dossiers et 605 000 consultations en 2016 depuis le transfert effectif, en 2008, des services de l’Inventaire, la Région Bretagne s’est approprié cette nouvelle compétence au service des territoires, en affirmant sa volonté de renforcer les liens avec les acteurs locaux.
PATRIMOINE BRETAGNELa mise en œuvre des inventaires participatifs en est une illustration. Une attention forte est aussi portée à la restitution des données, tant par le biais de la diffusion numérique (images de synthèse 3D, cartographies interactives…) que par des supports répondant aux demandes des acteurs
concernés par les enquêtes : conférences, expositions… Parallèlement, les demandes d’utilisation des données produites ne cessent d’augmenter de la part des collectivités, particuliers, agences d’architectes et d’urbanisme… Ces dernières années, les 20 chargés d’étude et agents du service ont engagé des enquêtes sur le projet de PNR Rance Côte d’Émeraude, le ScoT Trégor, le Parc naturel Régional d’Armorique, le Pays de Fougères. Une étude thématique est en cours sur le patrimoine des sports tandis qu’une autre se poursuit sur le canal de Nantes à Brest. Enfin, des reprises d’anciennes enquêtes sont conduites sur Plouescat et la vallée du Scorff.

Depuis sa création en 1964 par André Malraux, alors ministre de la Culture,
l’Inventaire de Bretagne n’a jamais cessé d’innover et de s’enrichir : le fonds breton, avec 130 000 dossiers et 605 000 consultations en 2016, est aujourd’hui le plus important et le plus actif de France.

La Région Bretagne invite les Bretons à enrichir le fonds iconographique et à consulter la photothèque patrimoniale en ligne

Photos de l’article : Collection personnelle

***

Les amoureux du patrimoine breton sont invités à consulter nos articles :

DASTUMEDIA : DASTUM NUMÉRISE LE PATRIMOINE ORAL BRETON

 

Musée de Bretagne : un fantastique voyage dans le temps

2 Commentaires

  1. Bonjour,
    J’ai deux -trois photos d’un mariage à Bannalec, chez me arrières grands parents.
    Comment les partager au Patrimoine Breton
    Cordialement
    Françoise Voyer

Laisser un commentaire