Redécoupage des régions
Redécoupage des régions – Hollande et Valls à la barre…

Hier, l’Assemblée nationale a débuté l’examen du redécoupage des régions. Au-delà de l’intérêt de cette réforme en manière d’économie et de cohérence structurelles et par delà une préparation dans la précipitation, tout le monde s’interroge. Aussi bien les pour que les contre. Interrogation majeure résumée dans le dernier numéro de la revue L’Espace politique par les géographes Arnaud Brennetot et Sophie de Ruffray : il existe des « risques à dessiner des périmètres institutionnels sans tenir suffisamment compte du poids des imaginaires collectifs et des sentiments d’appartenance, au point de générer des tensions géopolitiques difficiles à surmonter par la suite ». C’est l’habituelle question qui s’est posée avec l’Europe et qui recycle l’opposition « pays réel » « pays légal ». Toutefois, l’évolution des manières de vivre, de travailler, la dissémination des cellules familiales sur le territoire national, etc. ont modifié la perception des grandes entités telles que les régions. En fait, il est probable que les Français soient plus sensibles aux modifications des lieux hyper-locaux qui impactent directement leur vie quotidienne. D’où une sensibilité accrue à la question du devenir des Conseils généraux. Bien que ces derniers resteront dans les mémoires un parfait exemple d’un niveau de pouvoir artificiel, redondant et peu utile, que symboliseront pour l’éternité ces déjeuners bien arrosés entre élus bien indemnisés qui eurent cours durant des années dans les Conseils généraux de France et de Navarre. Bref, il semble qu’il est plus que temps que la France commence sa mutation. (Et mette fin au cumul des mandats.)

Un commentaire

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom