Suite à la résidence d’artistes effectuée en début d’année 2020, l’artiste rennais Quentin Montagne et l’Aparté – lieu d’art contemporain de Montfort Communauté (Iffendic) vous transportent dans l’exposition Il est, au pays d’Hémonie, une région boisée… . Du 4 juillet au 30 août 2020, le public est invité dans une promenade champêtre et artistique autour du lac de Trémelin avant l’ouverture du deuxième volet du 16 octobre au 11 décembre 2020, à l’Aparté. Entre ruine, transposition, aquarium, décor et oiseaux, Quentin Montagne nous parle de sa pratique et réflexion artistiques.

quentin montagne aparte
L’artiste rennais Quentin Montagne se penche sur la thématique de la nature dans le cadre de sa résidence d’artistes à l’Aparté, lieu d’art contemporain (Iffendic)

Unidivers – Après un premier diplôme à l’EESAB – École Européenne Supérieure des Arts de Bretagne (Rennes), vous réalisez un master et doctorat en arts plastiques à l’Université Rennes 2. Votre sujet de thèse porte sur « L’Aquarium, vision et représentation des mondes subaquatiques : un dispositif d’exposition au croisement de l’art et des sciences ». Abordiez-vous déjà ce thème aux Beaux-Arts ? Et de quelle manière avez-vous commencé à traiter le sujet ?

Quentin Montagne – Pendant mes études à l’EESAB, je n’avais aucune connaissance sur le sujet, ou du moins pas plus que ceux qui se rendent occasionnellement dans les enseignes les plus connues. J’ai même grandi dans l’idée que l’aquarium représentait une forme de prison…

Cependant, j’ai eu de gros problèmes de santé pendant ma dernière année aux Beaux-Arts, ce qui m’a empêché d’aller à l’atelier pendant quasiment un mois. À l’époque, mon travail tournait autour de la ruine et en tapant les mots « ruines » et « décors » sur Internet, l’image d’une miniature d’un temple gréco-romain pour aquarium s’est affichée. Je suis tombé dessus par hasard, mais cette petite réplique rassemblait plusieurs de mes centres d’intérêts. C’est donc par le biais des décors d’aquarium que je me suis intéressé à cet univers inconnu, beaucoup plus important que ce que je pouvais soupçonner.

Quentin Montagne Les Polypterus
Quentin Montagne, Les Polypterus, 2016 – 2017. Encre de Chine sur papier, 80 x 120 cm. Fonds municipal d’art contemporain de la Ville de Rennes

Après un premier travail d’observation et de pure copie de ces objets, j’ai voulu comprendre leur utilité et leur origine. Je suis alors parti à la rencontre d’aquariophiles, les passionnés d’aquariums. À la fin de mon cursus à l’EESAB, un de mes enseignants, également professeur à l’Université Rennes 2, m’a proposé de mener une thèse en arts plastiques autour de la notion de l’aquarium.

Quand je dessine, il ne s’agit pas seulement de représenter une image, mais de comprendre l’objet que j’ai sous les yeux

Unidivers – Cette immersion artistique dans l’habitat subaquatique et la représentation d’un monde quasi fantasmé rappelle l’archéologie maritime, le roman Vingt-mille lieues sous les mers de Jules Verne, mais également Le Dossier Alvin d’Alessandro Mercuri, une plongée dans l’univers de la fiction sous-marine…

Quentin Montagne – Je connais et me suis intéressé au livre d’Alessandro Mercuri, mais j’ai principalement puisé dans l’imagerie de Jules Verne et également dans celle du XIXe siècle en général.

Le risque à la sortie de l’EESAB est de se disperser dans des projets plus différents les uns des autres, mais travailler sur l’aquarium a évité cet éparpillement. La ruine m’intéressait au même titre que la notion de décor et par le rapport qu’entretiennent l’art et le spectacle – parcs d’attractions, cinéma, théâtre, etc. C’est étrange qu’un si petit objet puisse contenir autant d’éléments, mais il m’a permis d’avoir un cadre à l’intérieur duquel évoluer et développer mes sensibilités.

quentin montagne aparte
Quentin Montagne, Invasion, 2018. Encre de Chine sur papier calque, deux formats, 82 x 129 cm et 29,7 x 42 cm

Unidivers – Dans le cadre d’une résidence d’artistes à lAparté, lieu d’art contemporain sur le domaine de Trémelin (Iffendic), vous changez de sujet et traitez la représentation de la nature et les rapports que l’Homme entretient avec le monde sauvage. Une manière de poursuivre cette recherche sur la notion de décor ?

Quentin Montagne – Le projet de l’Aparté aborde la thématique des oiseaux et plus particulièrement la construction de nichoirs. Ces architectures miniatures m’ont toujours interpellé. D’autant plus qu’avant l’importance apportée à l’écologie et à l’extinction des espèce, elles sont particulièrement à la mode aujourd’hui. Au delà d’un volume, de quelle manière une sculpture peut-elle devenir habitat ou avoir une fonction utilitaire ? Comment rendre une sculpture vivante ? Cette dimension m’intéresse énormément.

Ces réflexions m’ont mené à des constructions en bois qui reprendraient des architectures modernes en s’éloignant de la forme des nichoirs rustiques habituels afin de travailler cette imagerie de l’architecture moderne. J’ai notamment repris l’architecture du Corbusier et des bunkers. Ces différentes constructions peuvent faire écho à un certain développement de la maison à oiseaux. Dans l’article « Des jouets pour les sultans. Les maquettes ottomanes, entre fonctionnalité et représentation », réalisé dans le cadre d’un colloque à la Cité de l’Architecture et du Patrimoine sur la maquette, le chercheur turc Turgut Saner évoque la thématique des nichoirs à oiseaux dans l’empire ottoman. Ses objets élaborés magnifiques, de véritables palais, étaient directement incrustés dans les façades de bâtiments, de véritables petits décors en terre cuite.

La résidence d’artistes ayant été perturbée par l’épidémie du coronavirus, les projets sont encore en réalisation, mais certains seront présentés dans l’exposition de l’automne.

quentin montagne aparte
Exemple de nichoirs à oiseaux de l’empire ottoman

Unidivers – L’exposition à l’Aparté se divise justement en deux volets : la première se déroule en extérieur du 4 juillet au 30 août 2020 et la seconde, à l’automne. En plus des nichoirs, vous présenterez également plusieurs planches de collages.

Quentin Montagne – En effet. Mes projets artistiques, notamment de sculptures, commencent toujours par des travaux préparatoires. Un peu à la manière d’un architecte : croquis, dessins, plans, etc. Ses collages ou assemblages traduisent en quelque sorte mes réflexions sur le sujet. Le projet des nichoirs reste le projet central, mais il a servi de catalyseur à la réalisation d’une série de pièces satellites. Parallèlement aux travaux préparatoires, il a généré un ensemble de collages et de dessins.

Quand nous avons réfléchi au projet avec l’équipe de l’Aparté, l’idée était de présenter l’évolution de mon travail sur les trois dernières années de manière à introduire l’exposition d’automne. Face à la fragilité des planches de collages et comme le volet estival de l’expo a lieu en extérieur, nous avons opté pour des reproductions photographiques tandis que les œuvres originales seront exposées à l’automne.

Mon travail artistique s’oriente sur la citation, l’emprunt et la transposition.

quentin montagne aparte
Quentin Montagne, Raphael Urbinas, 2019. Collage, 80 x 60 cm

Unidivers – Votre pratique artistique « est construite sur la citation et la transposition ». L’idée de représentation, à travers la notion de décor, y trouve également sa place.

Quentin Montagne – Depuis quelques années, j’ai pris le parti de ne rien inventer. Je ne cherche pas produire de nouvelles formes, mais plutôt à sortir un élément de son contexte afin de lui donner une autre dimension. Ce changement de signification focalise l’intérêt sur les questions formelles et interroge le dit objet. La question de déplacement est aussi très importante.

Il n’est pas anodin de reprendre des architectures modernes pour les replacer dans la nature. Les projets du Corbusier visaient à l’initial à protéger et permettre à la nature de se développer. Les grandes tours renvoient par exemple à cette idée de libérer le sol. Cependant, l’évolution de ces projets dans les cités pavillonnaires révèle un contresens au projet initial. Avec divertissement et humour, inviter les oiseaux à visiter ces projets architecturaux remet les choses en perspective.

La nature est une représentation archétypale éloignée de celle que l’on a aujourd’hui. Il est question de représentation et pas de figuration. De quelle façon conçoit-on la nature aujourd’hui ? Comment la représente t-on ?

quentin montagne aparte
Quentin Montagne, Bercy, 2019. Collage, 52,5 x 30,5 cm

Unidivers – Votre travail révèle une sensibilité particulière sur le passé et le questionne. Sans avoir un discours engagé, vous puisez dans l’Histoire, posez un constat et questionnez la société actuelle, et quelque part, l’état actuel de la biodiversité.

Quentin Montagne – Il y a un côté nostalgique et romantique dans ma façon d’aborder ces sujets. Le passage de la ruine à l’animal s’est produit naturellement et dans le contexte actuel, les deux ont une signification proche en termes de vestiges.

Quand on voit de quelle manière nous tentons de protéger les espèces menacées aujourd’hui, la question de la disparition est centrale. Aux États-Unis, un décompte a été réalisé au fur et à mesure que les derniers spécimens d’un pigeon ou d’une colombe disparaissaient – je ne sais plus quelle espèce malheureusement, mais il n’en restait que cinq ou six. Mon but n’est pas de tenir des propos militants et écologiques, mais l’on peut créer un parallèle entre le déclin la disparition d’une civilisation passée et ceux d’une certaine vision de la nature. Ce déclin a beau s’être fait en douceur, on commence à peine à mesurer la situation. C’est quelque chose d’un peu inévitable on dirait…

Quentin Montagne
De haut en bas, de gauche à droite : Quentin Montagne, Décors d’aquarium – Temple Maya #1, 2014 / Colonnade #4, 2016 / OSNI #1, 2015. Stylo Bic sur papier, formats A3 et A2

Unidivers – Vous faites partie des cinq artistes sélectionnés dans le projet Jeunes acquéreurs du Frac Bretagne dont la commission a lieu début juillet 2020. D’autres projets se profilent ?

Quentin Montagne – J’ai déjà eu la chance de voir mes pièces intégrer les collections de la ville de Rennes et du département, le Frac Bretagne représente un peu un troisième échelon (rires). Et ce serait un honneur ! J’ai déjà eu l’occasion de collaborer avec eux dans le cadre d’un projet d’exposition avec les élèves d’un lycée à Rennes en fin d’année 2020.

Dans le cadre du projet Jeunes Acquéreurs, être confronté à un public non connaisseur, juste curieux est une expérience vraiment intéressante. L’approche est en quelque sorte plus humaine. Ils avaient par exemple beaucoup de questions sur la réalité du métier : ce que signifie faire une résidence, travailler dans un atelier plusieurs jours, etc.

Par ailleurs, je travaille actuellement avec Le Bon Accueil dans le cadre d’une résidence en milieu scolaire à Mont-Dol, connu pour ses fouilles paléontologiques. Nous menons un travail avec les élèves autour de l’imaginaire de la fouille, le fantasme des animaux disparus.

quentin montagne aparte

Exposition Il est, au pays d’Hémonie, une région boisée…

Plein air : du 4 juillet au 30 août 2020 / À l’aparté : du 16 octobre au 11 décembre 2020

L’aparté – lieu d’art contemporain

Lac de Trémelin

35750 Iffendic

02 99 09 77 29

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom