lionel boisseau, punk is not vraiment dead
Visuel: © Sombrero & Co.

Depuis ses débuts professionnels il y a 30 ans, Lionel Boisseau s’est affirme dans l’art du reportage tout terrain. Journaliste pour France Télévisions et plusieurs autres chaînes, il se recentre aujourd’hui autour d’une carrière de documentariste pour laquelle il réalise des productions aux sujets hétéroclites, principalement tournées en terres ultramarines. Aujourd’hui, il se démarque à nouveau par la sortie d’un nouveau film intitulé « Punk is Not (vraiment) Dead ?! », diffusé le 12 janvier 2024 sur la chaîne France 5 dans le cadre du cycle « Rebelles, l’art de bousculer ».

En trois décennies, Lionel Boisseau a gravi pas à pas les marches qui l’ont aujourd’hui mené à son activité de documentariste. Au début des années 90, le Lyonnais s’oriente vers une carrière de journaliste suite à des études de sciences politiques en spécialité communication, menées quelques années plus tôt. Dans un premier temps, il fait ses classes comme JRI (journaliste reporter d’images) pour les actualités locales et nationales, puis devient rédacteur en chef pour des émissions de plateaux, telles que « 28 minutes » sur Arte ou encore « Ce soir ou jamais » pour France 3. Depuis une dizaine d’années, il consacre l’essentiel de ses activités à la conception de documentaires, réalisés pour la plupart dans les Outremers. On lui doit notamment des productions crées autour de questions historiques, comme « Les explorateurs russes en Polynésie » (2021). Par ailleurs, il explore également d’autres secteurs tels que la sphère du football en Corse, via le film « Bastia 1981, una vittoria per l’eternu » (2023).

lionel boisseau, punk is not vraiment dead
Photo: © Sombrero & Co.

Il y a deux ans, c’est un évènement d’un tout autre registre qui l’amène à rajouter une corde de plus à son arc. Alors qu’il visite la Bibliothèque Nationale de France pour les Journées du Patrimoine à Paris, il constate qu’un fonds d’archives personnelles avait été déposé peu avant par des membres de l’emblématique groupe punk Bérurier Noir. Cette découverte agit alors comme un déclic chez le réalisateur, qui éprouve vite l’envie de raconter l’histoire de cette formation culte, puis par extension celle du punk rock français des années 80. Un projet qu’il concrétise sous la forme du film « Punk is Not (vraiment) Dead ?! », récompensé l’année dernière du prix SACEM du meilleur documentaire musical et diffusé le 12 janvier dernier sur France 5.

Dès les premières secondes, résonne la voix off de Lionel Boisseau lui-même, qui retransmets avec une affection palpable la passion et l’insoumission propres à l’esprit punk. Car à travers cette réalisation, il raconte aussi ses années d’adolescence, rythmées par la musique de formations comme les Bérurier Noir ou OTH, qu’il a été voir à l’époque en concert à Lyon. Plusieurs de ces acteurs majeurs de la scène hexagonale apparaissent ainsi dans ce documentaire, qui oscille entre images d’archives et extraits d’entretiens récents avec des figures telles que Mat Firehair des Washington Dead Cats, ou encore Pat Kebra d’Oberkampf.

Articulé par un montage et une post production aussi dynamique que créative, ce film remet donc en lumière un style bouillonnant et une école longtemps incomprise, dont l’effervescence dépasse le seul cadre musical. Ainsi, se déroule devant nos yeux ce qui apparaît comme un véritable mouvement culturel, aussi joyeux qu’impliqué sur le plan artistique et social, au rayonnement quasi contemporain de celui du hip-hop en France. Et on constate que plus de 40 ans après, cet héritage résonne encore aujourd’hui, à l’heure des nouveaux enjeux sociétaux et environnementaux auxquels nous faisons face. Un documentaire inspiré et inspirant, à voir et à écouter sans attendre… et à plein volume de préférence.

lionel boisseau, punk is not vraiment dead
Concert des Ramoneurs De Menhirs. Photo: © Sombrero & Co

Lionel Boisseau, « Punk is Not (vraiment) Dead ?! », diffusé le 12 janvier 2024 à 22h35 sur France 5.

A retrouver en replay sur le site France.tv : ICI

Article précédentHoly Bones en duo et concert à L’Autruche de Rennes
Article suivantLe Meunier Hurlant d’Arto Paasilinna adapté en bd par Nicolas Dumontheuil
Pierre Kergus
Journaliste musical à Unidivers, Pierre Kergus est titulaire d'un master en Arts spécialité musicologie/recherche. Il est aussi un musicien amateur ouvert à de nombreux styles.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici