Une poule Magalli, c’est une poule maison ! Précisons d’emblée : cette nouvelle amie domestique entre bien dans la famille des gallinacés. Finis les répugnants NAC (nouveaux animaux de compagnie), adieu les Pythons et autres tarentules…Bienvenue les poules, qu’elles soient pondeuses ou d’ornement ! Non seulement elles sont sympathiques et modestes, mais elles vous permettront d’être totalement tendance… De quoi être désormais « bobos » et « cocos » !

 

poule magalliInutile de vous frotter les yeux, c’est tout à fait sérieux. Trois Bretons ont décidé de créer une société dont le but est de commercialiser des poules d’agrément. La société Distrigalli, née en 2015 (au sein du groupe Michel) et située à Saint-Grégoire en Ille-et-Vilaine, donne naissance au concept de poule à la maison Magalli. Mais la réflexion de ces trois-là va très loin et se trouve digne d’intérêt.

Le premier, Matthias Michel, est membre d’une famille qui depuis 3 générations se consacre à la commercialisation comme à la conception d’alimentation animale. Il a donc une indiscutable légitimité à conseiller les possesseurs de poules dans le domaine d’une alimentation saine et équilibrée. Le second, Franck Ruault a une connaissance approfondie de tous les circuits de commercialisation, il est parfaitement implanté dans le poule magallidomaine du « vivant » et son expertise en la matière est essentielle. Didier Langlais, le troisième larron, est un peu le poète de l’histoire. Les poules, c’est au quotidien qu’il les fréquente. Il en connaît les forces comme les délicatesses, les rendements comme les plumages. Au-delà de la poésie, il domine parfaitement les indispensables aspects sanitaires et vétérinaires. Eh oui ne l’oublions pas, c’est au sein des foyers que ces pondeuses vont être implantées, cela oblige à quelques précautions.

Des poules comme animaux domestiques ? Cela mérite réflexion et nos trois compères en ont mené une tout à fait argumentée. En premier lieu, la poule est un animal qui symbolise rusticité et retour à la terre. Elle est l’image de valeurs aussi simples qu’essentielles. Elle est peu exigeante et donne beaucoup en retour. Elle fournit des œufs de manière plutôt généreuse puisque certaines des races commercialisées pondent jusqu’à 300 œufs par an. Trois poules à la maison et vous voilà en mesure d’alimenter amis et voisins en produits sains et bio. Peu coûteuse, elle s’avère des plus écologiques en consommant près de 150 kilos de détritus ménagers fermentescibles. Aussi notre poulette se réjouira autant de quelques couennes de jambon que de restes de pain ou d’épluchures de légumes. poule magalliIl faudra toutefois prévoir un complément alimentaire indispensable pour éviter toute carence. Là aussi tout a été prévu. Une gamme de produits très élaborés permettront de donner à vos poules un beau plumage, des coquilles d’œufs solides et une santé insolente. Les prix en sont des plus abordables et sont même très économiques si on veut les comparer aux coûts engendrés par l’alimentation d’un chien ou d’un chat. Et le côté affectif me direz-vous ? Soyons honnêtes, pas question d’attendre d’un gallinacé les manifestations d’affection que sont à même de prodiguer les chiens ou les chats. Pourtant vos poules apprécieront les soins que vous leur dispenserez, elles sauront s’apprivoiser et vous approcher avec moins de crainte, jusqu’à accepter d’être prises entre vos mains. Ce que d’autres animaux donnent, il vous faudra le mériter. Excellent pour les enfants qui devront démontrer des trésors de patience et de calme pour obtenir la confiance de leur animal. Peu exigeante, votre poule devra quand même avoir un poulailler entretenu, propre, et recevoir quotidiennement sa ration de nourriture et d’eau.

poule magalliSi vous préférez l’aspect décoratif, certaines races, après les pondeuses, sont considérées comme ornementales. De la poule soie à la poule Padoue, sans oublier la Hollandaise huppée ou la Bantam de Pékin, c’est toute une gamme surprenante de picoreuses chamarrées qui viendra orner votre basse-cour personnelle. Intéressés par les races traditionnelles françaises ? Vous trouverez gallinacé à votre pied !
De souches anciennes, ces poulettes franchouillardes jusqu’au bout de la crête et non pas du béret, sont pourtant, pour 47 d’entre elles, menacées de disparition. Il serait bien triste de laisser ce patrimoine agricole tomber dans l’oubli et dommage de ne plus s’étonner devant les œufs couleur chocolat que nous fabrique la poule Marans, ni de se réjouir de la résistance de la gauloise dorée en Armorique.

poule magalliQuel inconvénient d’habiter en appartement, notre trio de créateurs parle si bien de ses cocottes qu’il donne envie d’en posséder une. Certains, présents à la conférence de presse, n’ont pas résisté et sont repartis avec un ou deux volatiles heureux d’être adoptés et de quitter les pelouses devant le restaurant le Mabilay.

Autre point et pas des moindres, le site créé par Distrigalli, la société mère, prodigue des conseils de soins, d’élevage, comme d’alimentation. Il permet par la création d’une communauté de fermiers amateurs d’échanger des points de vue comme d’éviter des écueils et participe au bonheur de vos pondeuses. Chaque poule est baguée et possède un carnet de santé qu’il est possible de consulter sur le site. Le propriétaire d’une Magalli a donc accès à l’historique sanitaire et aux origines de sa poule en se connectant au site internet Magalli, il suffit pour cela d’entrer le numéro unique noté sur la bague.

En conclusion, bienvenue à la poule connectée ! Et si vous êtes convaincus du bien-fondé d’une telle démarche, les magasins Jardiland répondront à votre attente.

N.B. : le moral d’une poule étant fluctuant, même si vous possédez un grand jardin, nous déconseillons fortement la présence à proximité d’un restaurant KFC.

découvrez le site de MAGALLI

Un commentaire

  1. Je m’interroge sur la provenance de toutes ces cocottes puisque ce point n’est pas évoqué lors de la conf. de presse apparemment. ??
    Et par ailleurs pour cotoyer les galincées au quotidien c’est loin d’être insensible et distant comme vous le laisser sous entendre dans votre article 😉

    Gaëlle DOBIGNARD.

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom