mar 31 janvier 2023

Les Tisseuses de liens de Plourac’h, des broderies entre tradition et modernité

Sous le collectif Les 2 Tisseuses de liens, les plasticiennes Caroline Mc Avoy et Françoise De Vito revisitent la broderie en mariant tradition et modernité, savoir-faire ancestral et création contemporaine. Sous différentes formes et couleurs, par jeu de transparence, d’ombres et de lumières, Caroline et Françoise exposent leurs dentelles partout en France. Elles annoncent leurs futures dates d’expositions à travers le pays.

Suite à une recomposition du collectif en août 2022, les Tisseuses de liens ne sont plus que deux : Caroline Mc Avoy et Françoise De Vito qui conservent la même passion. Dans leur atelier de Plourac’h situé en centre Bretagne, comme elles le faisaient à trois avec Florence de Vries, elles recyclent les vieux napperons sortis des armoires et des commodes, chinées dans les brocantes ou encore dénichées dans des greniers. Elles composent avec ces vieilles dentelles en lin ou en coton des structures qui réhabilitent les nappes et napperons en leur offrant une seconde vie. Elles confectionnent de magnifiques œuvres aériennes et oniriques, tissées comme des toiles d’araignées. Leurs petites mains sont unies par le même désir de tendre et d’étendre, pour nouer des liens et pour faire rêver les visiteurs.

Les tisseuses se rencontrent en 2016 dans la petite commune de Plourac’h (Côtes d’Armor), là où réside Caroline Mc Avoy. Chaque année, cette dernière fait partie des comédiens de la déambulation théâtrale de la fête, organisée par l’association Animations Rurales et Solidaires, qui vise à soutenir les écoles du Burkina Faso. Florence de Vries, tapissière de métier et ancienne élève de l’école de Tapisserie d’Aubusson (Creuse), est chargée de la décoration. Elle tend des fils et des napperons, un décor en dentelle qui plaît beaucoup aux participants. « C’est ainsi que l’idée de continuer cette aventure ensemble est née ! », explique Caroline. Elles sont restées trois jusqu’en 2022.

Les Tisseuses de liens

Trop souvent victime de préjugés, le crochet, affilié à l’activité démodée de nos grands-mères, est ici mis en valeur par ce patrimoine revisité. Les Tisseuses de liens métamorphosent les lieux, à l’intérieur (dans les espaces culturels, les salles communales, les médiathèques, les églises) comme à l’extérieur (dans les lieux public, dans les parcs et jardins, au sein du patrimoine bâti quand la dentelle prend forme sur l’architecture). Leurs installations sont toujours poétiques, emplies de légèreté et conçues de pleins et de vies, avec des jeux de lumières et d’ombres. Avec le jeu de transparence, les Tisseuses plongent le public dans un univers hors de toute temporalité.

Liées entre elles par des structures en métal ou par des fibres en verre, ces dentelles prennent le plus souvent la forme de grandes toiles d’araignées, mais peuvent aussi représenter d’autres motifs, comme des gouttes d’eau ou encore des voiles sur des coques des bateaux. Les Dentelles nomades, Les Tissages créatifs, Les Broderies liturgiques, Les Rencontres chorégraphiques, De fil en fils, etc., sont autant de créations qui relient aux émotions, à la nature avec les uns aux autres à travers l’art, le mouvement et l’émerveillement. Les tisseuses travaillent de façon intuitive et l’installation de leurs œuvres provoque souvent des dialogues avec le public qui, lorsqu’il est âgé, retrouve ses souvenirs de jeunesse dans ces dentelles.

les Tisseuses de liens

Depuis 2016, les Tisseuses de liens ont organisé 133 expositions dans toute la France. Elles ont fait des rencontres intergénérationnelles et les échanges sont émouvants, étonnants parfois, car leurs œuvres invitent à la contemplation, à la rêverie et même à la méditation.

Généralement de couleurs blanches, il arrive que les œuvres prennent des couleurs. Fin 2022, les deux tisseuses ont exposé leurs créations en rose pour Octobre rose, la campagne de sensibilisation au cancer du sein, à Sainte-Marguerite Duclair (Seine-Maritime). Au mois de novembre, elles étaient à l’Espace culturel à Ploeren (56) et à Ronse en Belgique. Des pleins et des vides a été exposé du 3 septembre au 6 décembre 2022 à Baugé-en-Anjou (Maine-et-Loire), dans les jardins de l’Hôtel Dieu, à la médiathèque et également au château de la commune.

tisseuses de liens

La dernière exposition des Deux Tisseuses de liens est celle du Centre Hospitalier de Carhaix (29) qui perdure encore courant janvier 2023.

LES PROCHAINES EXPOSITIONS :

Les vendredi 3 et samedi 4 juin 2023, Installations de Dentelles Nomades. Pontoise (Val d’Oise)

Du vendredi 26 mai au dimanche 17 septembre 2023, Exposition d’Art contemporain – Land Art. L’Aigle (Orne)

Du vendredi 3 juin au dimanche 5 novembre 2023, Installations de Dentelles Nomades au musée de L’Outil à Wy-dit-Joli-Village (Val d’Oise)

Les installations peuvent également être louées pour des événements (concerts, mariages, fêtes de plein air, etc.). Contact : 02 96 45 65 81 ou 06 67 81 91 18

Martine Gatti
Martine Gatti
Martine Gatti est une jeune retraitée correspondante de presse locale dans le pays de Ploërmel depuis bien des années.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici