Lors d’un dernier sondage de notre site Internet, les Rennais regrettaient le manque de végétation sur les places de Rennes. La municipalité en est visiblement consciente et fait des efforts pour rendre plus verte la ville. Les jardiniers reviendront-ils dans le centre ? Ce n’est pas sans un coût…

Place de la République, au lever du jour, un employé rennais change quelques fleurs abîmées dans la nuit par des étudiants avinés. Il ne le dit pas. Mais au petit matin et dans la soirée, pratiquement tous les jours, les agents reviennent pour remplacer les plantes vertes. Car il faut bien le dire, la pollution provoquée par les autobus et les voitures n’est pas la seule cause de l’aspect déplorable de la végétation. Les voleurs et autres vandales en sont les principales responsables.

Tous les jours, des agents passent pour changer les fleurs

Que faire ? La ville a opté dans ce lieu de passage pour des murs végétaux. L’idée est louable. Mais visiblement, l’option reste problématique et ne tient pas face au vandalisme. Dans un temps plus ancien, en revanche, les élus misaient sur l’ombre de bons vieux platanes bien résistants ou encore de vieux chênes pour végétaliser leur centre-ville. La place Hoche, elle aussi aujourd’hui très minéralisée, était ainsi encerclée par de grands arbres (des marronniers ?). La place Sainte l’était tout aussi…

A en croire le site internet de la ville, le prochain aménagement paysager de la place de Bretagne, créée en 1866, privilégiera une « mosaïque de bacs à végétaux de bancs et de passages » et une vie végétale en toute saison. Passons sur la disparition de places de stationnement toujours ennuyeuse pour les commerçants et interrogeons sur ce parti-pris végétal : n’entraînera pas-il les mêmes effets que devant La Poste ? Arbustes et fleurs tiendront-ils le choc ? Les Rennais le verront à l’usage dès la livraison du chantier fin 2012/début 2013.

En revanche, on ne peut que féliciter le déploiement des terrasses dans le square. « Cette métamorphose est l’achèvement du projet initial de Dominique Brard, architecte de l’atelier de l’Île, conçu au cours des années 90, » explique le site Internet de la ville par le biais de sa rédactrice, Christine Barbedet, également rédactrice de Place Publique, de Les Rennais et du site de la Ville de Rennes. Il voulait « retrouver la structure de la place, du XIXe siècle, organisée autour d’un aménagement paysager ». On veut bien le croire… Et on se réjouit que pour une fois, à Rennes, les arbres ont été préservés à l’exception de deux d’entre eux… pour plaire aux riverains qui n’avaient pas vu sur la Vilaine…

Un commentaire

  1. L’article de JCC, en plus de poser le problème de la végétalisation de la ville, aborde de nouveau l’indépendance de « Place publique ». On y apprend, en effet, que cette revue largement subventionnée par Rennes métropole emploie des journalistes par ailleurs rédacteurs pour le site web de la municipalité et pour « les Rennais » bulletin municipal… On reste perplexe.

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom