Pour la troisième édition des Ateliers de Rennes, Biennale d’art contemporain, l’artiste André Guedes propose sous la forme d’une installation, un récit visuel et textuel inspiré par l’histoire de la coopérative agricole ‘A Comunal’, apparue en 1974 dans le village portugais d’Árgea en forme de réponse oblique à l’ensemble architectural et social du quartier Colombier à Rennes. 

 Le travail plastique d’André Guedes, qui s’appuie sur d’importantes recherches documentaires, est sous-tendu par une réflexion anthropologique sur les activités humaines dans la conception des espaces. Invité au PHAKT Centre Culturel du Colombier dans le cadre des Ateliers de Rennes 2012, l’artiste réalise un projet en forme de réponse oblique à l’ensemble à la fois architectural et social du quartier du Colombier.

L’installation Nova Árgea inclut un diaporama de photographies mises en scène montrant – au présent – des membres d’une communauté fictionnelle en situation.

Elle crée un récit visuel et textuel auquel participent aussi la poète Fiama Hasse Pais Brandão, l’urbaniste Gaston Bardet et l’artiste Clara Batalha.

Ce récit est inspiré par l’histoire d’une coopérative agricole dénommée « A Comunal », fondée dans le village portugais d’Árgea, à l’époque du PREC (Procès Révolutionnaire en Cours), après la Révolution des Œillets en avril 1974, au Portugal.

Ses fondateurs, des intellectuels urbains envisageaient de se rapprocher de la population rurale afin d’y insuffler une « dynamisation culturelle ». Pour accéder à leur idéal révolutionnaire de fraternité entre classes, ils tentèrent de constituer, avec les paysans et le prolétariat rural, un projet agricole fondé sur l’échange des savoirs et la juste contribution de chacun.

Cette expérience communautaire utopique, réactualisée, réinterprétée dans l’œuvre Nova Árgea, est par ailleurs contemporaine de la création du quartier du Colombier qui, s’il concrétisait des aspirations de confort moderne, s’éloignait de l’idéal social et culturel émancipateur d’Árgea matérialisant plutôt la vision d’un architecte cadré par un modèle économique et moins empreinte d’idéalisme.

Avec : Tiago Barbosa, Antonia Buresi, Marie Le Cam, Matthieu Grade Ehrlacher, Elisabete Francisca, Anne Loiret, Vera Mantero, João Ferro Martins.

Textes : Extraits et fragments de Fiama Hasse Pais Brandão, de Gaston Bardet, articles de la presse portugaise (1974-1976) sur la coopérative A Comunal.

Dessins de Clara Batalha (avec l’aimable autorisation de l’artiste).

Commissariat : PHAKT – Centre Culturel Colombier / Les Ateliers de Rennes – biennale d’art contemporain

Avec le soutien de la Compagnie O Rumo do Fumo, Lisbonne et de la galerie Crèvecoeur, Paris.

Traduction: Jean-Pierre Léger.

Design graphique : Ana Baliza.

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom