Le mercredi, c’est spaghetti ? Non. Pas plus que potimarron, ce sont les carnets du Petit Piéton. Ils vont feront sourire, pleurer de rire, peut-être de joie, voire, qui sait, de honte. Les déambulations mirifiques d’un acteur du pavé rennais.

Proverbe ou dicton ? En tout cas, une illustration qui peut servir à maintes cités. Même si la petite capitale de la Bretagne a une tendance à trop l’appliquer…

 lego_travauxIci, on aime creuser, boucher, creuser de nouveau et re-boucher. Le jeu de construction « Lego » n’a pourtant pas été inventé à Rennes, par un Rennais pour les Rennais. Peut-être un enfant devenu grand – et obsédé par ce jeu de création – est maintenant en mode « je teste avec plaisir mes réalisations de quand j’étais mioche ! » sur la cagnotte de la Ville et avec de vrais tits’bretons-rennais en plastique.

Les rues de notre ville sont en travaux. Encore et toujours. Et les routes, les grands axes déjà compliqués à utiliser et bouchonnés deviennent des mini-voies ou des zones crèves-pneus. Les pistes cyclables sont dessinées puis gommées, puis agrandies, puis annulées. Les routes sont grandes, à deux voies, puis plus qu’une voie, pour finir en zone pour bus. Les trottoirs sont larges, puis fins, puis défoncés, et pour enfin finir inadaptés aux handicapés, car trop hauts, couverts recouverts de pavés puis d’un joli goudron noir qui au final est glissant et peu pratique quand les ans sont passés au compteur du temps. Rennes est un grand cru qui devient amer quand on met la « zone » dans son fonctionnement.

Certes, il faut de manière constante penser et repenser la ville. Encore serait-il judicieux de réfléchir réellement. Autrement dit, de ne pas se lancer dans des projets pharaoniques à tous les coins de rue avant de changer d’avis après les 2 ans réglementaires de maturations et de réalisations des changements urbanistiques. Lesquels souvent, trop souvent, ne tiennent pas compte du bon plouc qui paie les impôts en étant pris en otage et tenu en respect par la pelleteuse assassine et méchante du petit garçon devenu grand.

Des piétons devenus adeptes des bains de pieds dans la boue (c’est peut-être bon pour les cors aux pieds ?). Des cyclistes rois de la pédale qui avec les gentils skateurs usent et abusent du trottoir. Les voitures qui se prennent pour des bus ou pour des taxis, voire, oui parfois, pour des piétons en investissant nos bacs à boues. Sans parler des bus (quand c’est pas la star, c’est illennoo), des taxis et des handistars qui se prennent pour les rois du Far West local, notamment côté République où l’organisation de l’espace tutoie l’aberration.

Bon, en même temps ce n’est pas si grave, il faut entamer les travaux avant les nouveaux budgets. Peut-être que le coffre fort en Suisse de la cité est plein de Louis en chocolat ? Sans doute la fabrique à billets existe-t-elle et serait made in Breizh ? En Alsace, on fait bien de l’électricité avec des choux. Pitetre que les choux d’ici sont filigranés et transformables en €, en pépettes, en flouze, en thune ?

Vivement la deuxième ligne de métro ! Vivement que la ville soit correctement  et régulièrement entretenue ! Vivement que les axes défoncés avec des nids d’autruches soient refaits… Rennes va bientôt avoir sont « Forum » comme chez les antiques Romains. Bah si, place Sainte-Anne ! Un forhum en un mot  🙂 Reste une certitude : toutes les routes ne mènent plus à Rennes, puisqu’il faut déjà réussir à en sortir ou tout bêtement y circuler !

michel heffe

 

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom