Le mercredi, c’est spaghetti ? Non, pas plus que potimarron, ce sont les carnets du Petit Piéton. Ils vont feront sourire, pleurer de rire, peut-être de joie, qui sait de honte. Les déambulations mirifiques d’un acteur du pavé rennais.

 

« Wesh side story » (cliquez-moi et openez-moi dans une autre fenêtre)

Bon, soyons clairs : Rien de plus amusant que de se faire accoster et voir proposer une multitude de marchandises pour « open up » your mind ! Quand je pense qu’il y a encore quelques années, il fallait jouer à « cache-cache » (ou à chat suivant les affinités) pour se procurer de l’herbe à sourirrrrre ou de la farine sans gluten… Maintenant des échoppes sont ouvertes dès 6 h le matin ; et ce, jusque tard euh, bah… le matin 6 h. Ce que j’adore dans cette ambiance bon enfant, ça reste le dialogue ; et parfois les insultes, si on n’est pas consommateur. Non je mens, ce que j’aime : c’est voir des gamins de 14 ans être accostés et se voir offrir un aller-retour avec retournement des chakras sous les yeux aimants des caméras (ptêt’ qu’elles sont  en  poste_rennespanne si zelles voient jamais rien ?) et sous les yeux protecteurs des adultes baissant la tête devant la scène (pas vu, pas pris, pas su, donc pas coupable). Ah ma bonne dame, on aime notre belle Rennes, mais, eux, ils aiment notre belle REPUBLIQUE ! Je milite donc pour le timbre à la colle goût coco ou herbe de Provence… cassons le business ! Non je blague, je baisse la tête ou je braille comme un fou si possible en arabe, ça bloque le petit commerçant de proximité et… fait fuir en courant Charles-Edouard en slim et bonnet pompons avec sa jolie écharpe Paul Smith battue par le vent de Bretagne. « Mais où est Charly ? », Place Sainte-Anne à dépenser la thune-à-papa… chez le confiseur Marie-Jane (Tarzan) expert en herboristerie. Tu crains rien Charly, je ne suis pas très rive Nord, sauf pour les boutiques… de luxe ! (Noz et Toto Solde)

« J’ai deux amours : mon pays et l’sushi » et, de jour en jour, moi j’roule mes makis

Nous le savons tous, et surtout nous y avons goûté : pour être cool et tendance, faut connaître la j-pop, et écouter la k-pop (perso je connais depuis les années 90, mais les médias disent du courant qu’il est nouveau…), manger des tempuras et jouer à Dragon Ball http://www.lacuisinedemiho.com/wp-content/uploads/2012/08/DSC_93831.jpgOnline (suis sur le serveur Taiwanais) tout en feuilletant un manga (moi c’est Evangelion… et vous ?). Mais the best of the best consiste à rouler ses makis et faire la boulette à la main (oups mes 50% marocains s’expriment !) par boulette je voulais dire : former les nigiris. Et bien, nous avons trouvé une adresse (nous Unidivers Mag… je ne me prends pas pour Louis XVI mdr PTDR) pour apprendre les bonnes recettes japonaises et… pouvoir frimer devant les amis… Bah oui, il faut parfois briller sans être trop jugé (ou en silence, ou par derrière). Bref, je vous conseille la Cuisine de Miho. Elle vous reçoit, vous apprend de superbes et délicieuses recettes de son si joli pays, le Japon. Et quoi de mieux qu’un professeur de cuisine adorable qui vous écoute et vous conseille sans se moquer. Par exemple, notre rédacteur en chef Nicolas Roberti était à mon goût mauvais rouleur « boulettier » (celui qui fait la boulette) et n’écoutait pas les consignes… et bien, elle est restée calme et gentille malgré mes dénonciations ! Une fois fait, vous dégustez vos préparations en sa compagnie, et celle de son Ami (A en majuscule car c’est son ami-compagnon) et vous découvrez des personnes sympas, simples et surtout très chaleureuses. Je vous conseille et re-conseille cette adresse. Maintenant vous n’avez plus d’excuse pour ne pas manger et abuser de la gastronomie japonaise comme moi.

 

NDLR : La rédaction, en particulier son chef, déclare ne pas se sentir solidaire de la mauvaise foi équipo-culinaire du Petit Piéton. A moins que cela ne soit de sa part une boulette…

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom