Les beaux jours, ces invités que nous n’attendions plus sont là ! Le roi soleil est bien là ! Et on peut s’en rendre compte, le Rennais marche au radar, et lézarde parfois à même le sol… (Séance de bronzage sur les marches du Parlement). Les lunettes et le défilé de bermudas, jupettes, tongs de bon ou de mauvais goût sont autant de preuves supplémentaires que notre été est arrivé… brutalement. Les supermarchés on subi des assauts aux rayons déos, on n’en trouve plus ! Et ça se ressent…

heffe, soleil, vacancesMais bon, il fait beau et c’est le principal. Les personnes déambulent tels des zombis ivres de soleil et de rougeurs, trop s’exposer transforme la capitale Bretonne en un vaste étalage de crevettes cuites, mi-cuites, se rafraichissant avec une soif goulue de boissons fraiches… les crustacés aussi ont besoin d’eau ou de jus d’orge fermenté. L’abus d’alcool en terrasses renforce les rougeurs et permet la mutation finale : quand la crevette devient homard (la crevette, ce n’est pas le bébé du homard ?!). Le touriste et le Rennais se côtoient dans le même casier, le touriste Japonais, quant à lui, se promène chapeaux et ombrelles pour se protéger, regardant tous ces Européens ivres, ivres de soleil et rougeauds comme le père Gouju, éleveur de chèvre du Pays de la Mée, qui n’avait pas confiance dans les bouteilles d’Évian, mais aimait trop le vin de la cuvée Piquette.

Perso, j’aime bien un petit chardonnay bien frais, mais jamais bu au soleil, sinon, je risque de ne pas pouvoir quitter ma chaise et… je ne pourrais me séparer de son petit frère « un autre M’sieur le pompiste ! ». Le Petit Piéton est faible au soleil. Il lézarde s’il est chauffé à l’eau arôme chardonnay, comme ces ancêtres celtes, de l’autre côté de la haute montagne des Pyrénées. Et puis le Petit Piéton bronze bien, mais comme il ne pense pas à prendre sa carte d’identité, il évite de trop boire en ville et de trop bronzer, ça peut lui épargner un contrôle d’identité… et d’être désagréable, encore une fois.

Mais le soleil est là et bien là. Pour combien de temps ? Ça, moi je ne le sais pas. Et je préfère ne pas penser au jour ou sans prévenir encore une fois (ne jamais se fier à Madame Météo France, c’est une gourde) les anges décideront de tirer la chasse d’eau et de nous pourrir le brushing. Si j’en prends un la main sur la tirette, je le fais cuire comme un chapon !

Petit Piéton

Le mercredi à Rennes, c’est spaghetti ? Non. Pas plus que potimarron, ce sont les carnets du Petit Piéton. Ils vont feront sourire, pleurer de rire, peut-être de joie, voire, qui sait, de honte. Les déambulations mirifiques d’un acteur culturel du pavé rennais.

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom