L’impact de l’écrit au niveau historique n’a jamais été aussi grand et profondément important que durant la période de l’ Occupation. Et ce n’est pas cette double publication qui nous contredira : elle présente des documents consacrée à cette période est présentée au lecteur curieux. Intéressant mais un peu court par certains aspects

L’ouvrage rappelle l’importance des mots et des visuels dans la propagande. L’affichage des tracs pour propager ses idées, des journaux pour se faire lire par le plus grand nombre et pour ajouter un aspect artistique à la chose et se donner le droit d’espérer : des poèmes et des chansons. Les documents présentés sont des fac-similés appliqués sur les pages ou présentés dans des enveloppes.

Une centaine sont exposés comme s’ils étaient d’époque. C’est aussi amusant qu’incongru de découvrir un manuel servant à fabriquer des faux papiers afin d’organiser sa fuite…  La liste des ouvrages censurés par les allemands est aussi riche d’enseignements. Ainsi que :

• Le manuscrit original de l’appel du 18 juin 1940. • Des tickets de rationnement. • La carte officielle de la ligne de démarcation. • Le carnet de route d’un soldat de la France libre. • Des tracts antisémites. • La partition originale de Maréchal, nous voilà. • Des journaux clandestins. • Une lettre de dénonciation à la Gestapo. • L’affiche rouge. • Un manuel d’armement destiné aux maquisards. • Le carnet des chansons de Radio Londres. • La liste d’un convoi de déportés. • Des lettres d’adieu de fusillés. • L’affiche du général Eisenhower larguée par les Alliés le 6 juin 1944. • L’édition spéciale du quotidien Libération après la descente des Champs-Élysées par le général de Gaulle. •

Un beau livre pour éclairer un pan de l’histoire collective et la découvrir sous un jour différent. Mais le point de vue dans l’angle retenu pourra paraître parcellaire et la mise en perspective insuffisante.

Au demeurant, n’oublions pas les prisonniers du Stalag XI-A…

[stextbox id= »info » color= »990033″ bgcolor= »00ff00″]Paroles de l’ombre, Lettres et carnets des Français de l’occupation, Jean-Pierre Guéno, Jérôme Pecnard, Les Arènes, 22 octobre 2009, 64 pages, 35€[/stextbox]

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom