Parlement de Bretagne : Une place bien vide

De quoi que se mêle-t-il ? Mais pour qui se prend-il ? Rennes a d’autres chats à fouetter que de se pencher sur la place du parlement. Elle est vide et… alors. Il faut bien laisser la place aux différents chapiteaux montés à la hâte pour les grandes manifestations : Le Grand soufflet, Mythos, le cirque Métropole…Mais dans une ville qui se veut européenne, n’est-il pas judicieux de réfléchir à l’aménagement de cet emplacement pour le moins central ?

 

Naguère, cette place du Parlement fut le lieu d’affrontement entre révolutionnaires et contre-révolutionnaires. On y vit le pape du romantisme, François-René de Chateaubriand, faire le coup de poing, parait-il, très mal… Mais si cet endroit revêt un caractère indéniablement historique, il reste aujourd’hui vide, désespérément triste.

Durant quelques années, une fontaine y a bien rafraîchi les Rennais en mal de bord de mer et d’eau vivifiante. Mais depuis, plus rien… Car ils ont beau crier sur la place publique qu’il faut un aménagement de qualité. La question fait toujours un flop. Mais pas de désespoir intempestif… Il faudra bien qu’un jour, la municipalité rennaise – jamais en mal d’imagination – réfléchisse à aménager cette place publique.

À cet endroit, faut-il imaginer une fontaine comme il existait dans l’ancien temps ? L’idée paraît séduisante sur le papier. Mais elle est très vite à proscrire…Les étudiants avinés du jeudi soir auraient tendance à plonger dedans tête la première… Faut-il créer un autre espace vert ? Là encore, l’idée semble plus que séduisante. De fait, l’essor de petits jardins et autres créations (place de Bretagne, place de la République) peine à contrebalancer plusieurs années de dévégétalisation intempestive et de minéralisation jdanovienne de l’urbanisme rennais. Pourtant Unidivers privilégie, pour sa part, une autre piste de travail. Une piste plus contemporaine.

Dans cet espace où la moindre réflexion créera forcément la polémique, il s’agit d’envisager le meilleur, l’insolite et le curieux. À l’époque où le château de Versailles est sublimé par l’art de Jeff Koons, où les ponts sont emballés par Cristo, rien ne dit que la ville manquera d’idées… À moins qu’elle ne se penche dans le passé révolutionnaire de cette place pour trouver l’inspiration… Le débat mérite d’être lancé chez des élus qui débordent d’énergie pour construire Rennes 2030, mais qui, peut-être, pourrait en réserver pour un programme d’envergure culturel devant le Parlement.

1 COMMENTAIRE

  1. C’est pas demain la veille. A Rennes , on se dit européen mais surtout on est incapable de réaménager un centre-ville bien gris, bien triste, bien tagé : Parlement, Champs Jacquet, Commeurec, Toussaint, Esplanade socviétique De Gaule, pour le reste ? Que des bacs de verdure peu entretenus (place bretagne, mairie, république, moches et vandalisés effectivement les soirs de fête. Je plaints les hommes verts de la ville de Rennes. Ils ont au moins l’occasion de s’occuper d’un vrai espace, le Thabor, le seul vrai poumon vert d’un centre vieillot et minéral.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici