Samedi 20 juin, le Rennes mélomane, et particulièrement d’amateurs d’opéra a poussé un ouf de soulagement puisque notre joli théâtre à l’italienne a ouvert ses portes au public pour deux concerts gratuits. Une vraie libération après trois mois de privations.

Accueillant son public en hôte prévenant, Matthieu Rietzler, le directeur des lieux, ne cachait ni sa bonne humeur ni sa satisfaction ni un masque toujours obligatoire qui cachait mal son sourire.

Attention cependant, la discipline ne s’est en rien relâchée et les mesures qui, au cours des semaines sont devenues comme un réflexe, avaient toujours force de loi. Si les familles pouvaient rester groupées, elles devaient néanmoins respecter une séparation d’au moins un siège avec l’auditeur suivant. Pas de programme papier remis à l’entrée, mais un affichage sur écran des œuvres jouées, lavage des mains au gel hydroalcoolique, masque obligatoire, et accès réduit en nombre aux toilettes. Une rentrée donc, sans tambours ni trompettes, mais qui s’est déroulée dans le plus grand calme.

opéra rennes

Au programme de ces concerts d’environ 45 à 50 minutes, le banquet céleste et son chanteur et dirigeant, Damien Guillon, que les Rennais commencent à bien connaître et à apprécier. Nous retrouvions également avec plaisir Julien Barre au violoncelle, André Henrich au luth et enfin, Kevin Manent-Navratil au clavecin. Le groupe, en effectif réduit, a enchanté le public présent en lui proposant de très beaux moments signés de l’Italien Girolamo Frescobaldi et des Anglais Henry Purcell et John Dowland.

Pour ceux qui suivent la carrière de notre contre-ténor rennais, ces choix ne seront pas une surprise puisque Damien Guillon a consacré ces dernières années son temps à l’édition de disques explorant l’œuvre de ces remarquables musiciens. Dont John Dowland en 2012, avec Éric Bellocq. En 2012 et 2016 également, les cantates de J.S.Bach avec la présence remarquée de l’excellente soprano belge Céline Scheen. Aussi émouvant et intéressant, son disque « affeti amorosi » dédié à Girolamo Frescobaldi. Enfin, vous l’aurez deviné, nous étions à notre affaire, avec le sentiment d’être enfin de retour à la maison après une longue absence.

opéra rennes

Bien sûr, la saison d’opéra à Rennes a été cruellement amputée, mais à cela nul n’y pouvait rien et seul le mauvais temps qui régnait sur Rennes ce soir-là a rendu moins cruelle l’absence de retransmission sur grand écran, place de la mairie de Madame Butterfly, merveilleux opéra de Puccini. Que nos lecteur se rassurent, il sera reprogrammé.

Prochain rendez-vous le 2 juillet, date à laquelle l’opéra de Rennes dévoilera sa programmation estivale.

LE BANQUET CÉLESTE À L’OPÉRA DE RENNES : UNE OUVERTURE DE SAISON PLEINE DE PROMESSES
OPERA DE RENNES. CONCERTS DE MIDI POUR SOIREE BAROQUE
OPÉRA DE RENNES. LA PASSION SELON SAINT JEAN PAR LE BANQUET CÉLESTE

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom