Opéra de Rennes, programme du mois d’octobre : Myrtò Papatanasiu, Patricia Petibon, A Venti

La saison de l’opéra de Rennes débutera sous le signe de la féminité avec deux récitals très attendus : Myrtò Papatanasiu et Patricia Petibon.

Myrto Papatansiu
Myrtò  Papatanasiu

La première est grecque. Et ce n’est pas seulement du fait de sa nationalité que Myrtò Papatanasiu est souvent comparée à Maria Callas. Son talent y est pour beaucoup. Ils sont nombreux à l’avoir apprécié lors des dernières représentations de Traviata à Rennes en juin 2013 (voir notre article). Après avoir bouleversé le public de l’Opéra Garnier dans Alcina de Haendel, Myrtò Papatanasiu revient à Rennes pour un unique récital accompagnée par l’Orchestre symphonique de Bretagne dirigé par Luciano Acocella. Au programme des airs de Mozart, Verdi, Haendel, Puccini et Rachmaninov.

Patricia Petitbon
Patricia Petibon

La seconde est bien connue du public. Soprano colorature, Patricia Petibon passe du répertoire mozartien à la chanson française, de l’opéra baroque aux œuvres les plus contemporaines, avec bonheur et talent. Des bonds d’un répertoire à l’autre à l’image de sa personnalité vive et fantasque. « La belle excentrique » nous offre deux occasions de l’entendre, accompagnée au piano et percussions, dans un répertoire exclusivement français : Fauré, Poulenc, Satie, Han et Rosenthal.

Ensemble A-venti
Ensemble A Venti

Avec de telles têtes d’affiche, on pourrait presque en oublier la Création de Haydn, et ce serait fort dommage. En 1799, ils étaient 120 musiciens et 60 choristes pour la première représentation publique de cet oratorio. C’est à une tout autre version que nous invite l’opéra de Rennes  : celle que les têtes couronnées européennes écoutaient en leurs palais. Loin d’avoir à disposition un orchestre symphonique, les cours princières entretenaient des harmoniemusik, petits ensembles à vent pour lesquels les œuvres symphoniques étaient transcrites. Le plus souvent les parties chantées étaient dévolues aux instruments et les récitatifs absents. C’est le cas de la transcription de Georg Druschetsky dont l’ensemble A Venti possède une copie. L’originalité du projet réside en la volonté de Gildas Pungier – un habitué de l’opéra de Rennes – et de l’ensemble vocal Mélisme(s) de réintroduire ces parties chantées, chœur et solistes, dans la partition de Druschetsky. C’est donc une version intimiste de la Création qui nous est proposée, une autre manière d’aborder cette évocation naïve d’un mystère qui nous interroge tous. Espérons que l’audace du directeur de l’opéra, Alain Surrans, sera récompensée par la présence d’un large public.

Au moment où nous publions, il reste quelques places pour chacune de ces représentations auxquelles nous assisterons et dont nous nous ferons l’écho. Mais si nous ne devions en retenir qu’une, probablement serait-ce la Création tant la version qui nous est proposée suscite notre curiosité.

 Retrouvez toutes les infos et détails pratiques en cliquant sur le nom :

MYRTÒ PAPATANASIU

MÉLISME(S) – A VENTI

PATRICIA PETIBON

 Opéra de Rennes


Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom