N’est pas Erik Satie, Debussy ou Wim Mertens qui veut, mais le jeune artiste Novel offre à travers son premier opus La Clairière un espace harmonique rayonnant et apaisant. Entre néo-classique et minimalisme, La Clairière s’écoute comme la bande-son onirique d’un film animé imaginaire.

 

Ni dans la production ni dans les compositions, l’accent n’est mis sur la complexité. C’est en toute légèreté et sincérité que le jeune pianiste Novel fait le don de ses onze pièces pour piano. Le périple musical est court, mais apaisant, on frise la mélancolie, l’introspection ou la nostalgie sans jamais y sombrer entièrement. La Clairière album pianistique rafraîchissant hors des sentiers balisés de la musique classique : un pari risqué et un bel essai que Novel nous présente brièvement.

*

Unidivers :  Novel ? Qui êtes-vous, quel est votre parcours ?

novel-piano-la-clairiere-premier-albumNovel : Je suis un pianiste Français, originaire de la l’île de la Réunion. J’ai découvert le piano vers l’âge de 11 ans par le biais de la musique classique. Je me souviens très bien de mes premières écoutes de Satie ou de Chopin et je peux dire que je suis tombé instantanément sous le charme de cet instrument. J’ai eu une formation artistique entre le conservatoire et les beaux-arts et j’ai sorti mon premier album La Clairière en novembre 2015.

:  Qu’est-ce qui vous a poussé vers ce pari risqué : composer, enregistrer, produire un album de pièces pour piano seul ?

Novel : Le piano est un instrument fabuleux et pour mon premier album, j’avais envie de ce tête-à-tête avec cet instrument. Cette configuration minimaliste m’a permis de me concentrer sur les mélodies, mais aussi l’émotion que peut dégager le piano. Enregistrer cet album était un pari, mais surtout une nécessité pour moi. Je devais donner forme à toutes les idées qui s’accumulaient dans ma tête et mes tiroirs depuis des années. C’est ainsi qu’est né le projet La Clairière.

:  Comment s’est déroulé la création, l’élaboration de La Clairière ? Avez-vous conçu l’album comme une sorte de bande-son pour un film imaginaire ?

novel-piano-la-clairiere-premier-albumNovel : L’enregistrement de l’album s’est étiré sur 3 mois, et durant cette période, beaucoup d’événements sont venus influencer la direction artistique de l’album, notamment un séjour au Japon. Aujourd’hui en écoutant l’album, je retrouve toutes ces influences et effectivement, La Clairière est devenue la bande-son de cette aventure dans laquelle chaque composition raconte un moment de ce périple.

: Qui est donc Mieko T. Sato qui a réalisé la belle vidéo de la clairière ? La même personne que celle de Des fleurs pour Mieko ?

Novel : Effectivement, c’est la même Mieko !  Cette artiste m’a épaulé dans le processus créatif de La Clairière et je souhaitais lui offrir quelques notes (fleurs) en guise de remerciements au centre de mon album.

La Clairière Novel

1.La Clairière
2.Rosée
3.Enchantement
4.Les Bourgeons
5.Fleurs pour Mieko
6.Les Oiseaux
7.Le Lac
8.Reflets
9.Mister Le Scarabée
10.Forêt
11.La Lisière

La Clairière, premier album de Novel : un piano imaginaire was last modified: décembre 18th, 2015 by Thierry Jolif
La culture est une guerre contre le nivellement universel que représente la mort (P. Florensky) Journaliste, essayiste, musicien, a entre autres collaboré avec Alan Stivell à l'ouvrage "Sur la route des plus belles légendes celtes" (Arthaud, 2013) thierry.jolif [@] unidivers .fr

Laisser un commentaire