Roman Kogler, 18 ans, a déjà purgé la moitié de sa peine dans un centre de détention pour mineurs et pourrait être libéré sur parole. Il a cependant peu de chances : il n’a aucune famille et ne s’adapte pas en société. Après de nombreuses tentatives, il trouve un travail de réinsertion à la morgue de Vienne. Un jour, il tombe sur le cadavre d’une femme qui porte son nom de famille. Même s’il découvre vite que ce n’est pas sa mère, Roman part alors à la recherche de son passé et de sa mère.

Ce film présente un dosage parfait : une jolie histoire qui se déroule bien, une fin d’une sobriété idéale et une atmosphère noire du plus bel effet.

Karl Markovics réalise ici un premier film minimaliste et fort. Filmé avec professionnalisme, le spectateur est happé par l’histoire et le jeu des acteurs habilement servis par une mise en scène simple et des dialogues efficaces.

La logique qui préside à l’histoire va à l’encontre de la logique ambiante – et cela fait du bien ! Un pauvre type traverse un grand malheur et de grand méchant loup devient gentil agneau. Un joli conte de l’espoir où un rapprochement entre l’univers carcéral et les pompes funèbres fait mouche…

Nouveau souffle est un tremplin vers la restitution d’une dimension onirique dans la réalité. Une belle surprise.

David

[stextbox id= »info »]

14 mars 2012 (1h 33min)
Réalisé par
Karl Markovics
Avec
Thomas Schubert, Karin Lischka, Gerhard LiebmanMarkovics, Thomas Schubert, Karin Lischka

[/stextbox]

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom