Le phénomène des NDE (Near Death Experience), en français EMI (Expériences de Mort Imminente), fut découvert en France grâce à l’ouvrage de Raymond Moody « la vie après la vie » paru en 1977[1]. Cet ouvrage décrivait pour la première fois des témoignages de personnes ayant subi un état de mort clinique. Les témoins racontaient une expérience consciente mémorisée durant cette phase. L’apparition relativement récente de ce phénomène associé au grand nombre de témoignages collectés fut sans doute liée aux progrès des techniques de réanimation. Ces dernières permettent depuis une cinquantaine d’années de sauver de nombreuses personnes en état de mort clinique. L’analyse des témoignages mit en évidence une grande similitude dans leur contenu, quelque soit la culture et l’origine des témoins.

« Si l’invraisemblable arrive, c’est donc que l’invraisemblable est vraisemblable » (Aristote)

LES DONNÉES COLLECTÉES

À travers les témoignages collectés depuis environ 40 ans, un scénario récurrent (totalement ou partiellement mémorisable) constitué de 2 phases distinctes a été observé :
1) Phase EHC = Expérience Hors du Corps, au voisinage de ce dernier
2) Phase dite transcendante, car située dans un espace non déterminé

Phase EHC

Dans cette phase, le témoin se retrouve soudain au voisinage de son corps physique, en général situé à une position qui semble être à la verticale de ce dernier comme « collé au plafond ». La particularité de ce qui est perçu vient du fait que la vision est « sphérique », le témoin voit « partout en même temps ». Il perçoit également les dialogues de la scène, mais d’une manière qu’il qualifie lui même de « télépathique » et donc pas par captation des ondes sonores. Le témoin peut se « déplacer » en « traversant » les obstacles (murs, portes…). L’impression globale en terme de perception est de vivre une réalité bien plus réelle que celle que nous connaissons. Le témoin n’est que spectateur des événements, il ne peut (sauf exception) communiquer avec les êtres humains du voisinage même s’il capte parfaitement ce qui se dit, en informatique on appellerait cela mode « lecture seule » (Read Only). Un point clé de ces témoignages est que le témoin effectue une acquisition d’informations objectives hors de portée de ses sens, ces informations peuvent être ultérieurement confirmées.

Externalisation de la conscience

Pour expliquer cette acquisition d’informations, l’hypothèse la plus crédible est basée sur le fait que la conscience est extériorisée (ou extériorisable) par rapport au corps humain et en particulier par rapport au cerveau.

Un système de stockage externe

Puisque ces informations sont mémorisées, il existe donc un second système de stockage (le 1er étant le cerveau) relié à la conscience qui est extérieur à l’organisme physique.

Phase transcendante

Le passage entre les 2 phases s’il est mémorisé est décrit comme une chute dans un tunnel sombre. À la sortie de ce dernier est présente une lumière non éblouissante de très forte intensité. Arrivés à cette lumière, les témoins décrivent un contact avec une ou plusieurs présences dont certaines sont reconnues comme étant des personnes décédées. Une revue de la vie passée du témoin (RDV) est rapportée avec la connaissance de toutes les conséquences de ses actes. La lumière proprement dite semble être une entité consciente inconnue qui propose un choix au témoin : soit il retourne dans son corps pour « terminer sa mission sur terre », soit il poursuit sa route, mais sans retour possible. On note donc l’existence d’un point limite ou de non-retour.

LES NOUVEAUX CONCEPTS

Les travaux de Jean Pierre Jourdan [4] et Rudy Rucker [5] proposant une interprétation dimensionnelle de l’univers perçu lors des NDE. Le tunnel et la phase transcendante n’ont jamais fait l’objet d’une interprétation, cet article en propose une.

L’hypothèse de JP Jourdan

Énoncée sous une forme conceptuelle, voici l’hypothèse de Jean Pierre Jourdan [2][4]: “Lors d’une EMI, tout se passe comme si la conscience du témoin percevait notre monde habituel depuis une dimension d’espace supplémentaire ». En effet, la perception de 4 dimensions d’espace au lieu de 3 explique les sensations décrites, la vision sphérique « partout en même temps », le passage à travers les obstacles (murs,…) qui est en fait une illusion [2].

Hypothèse du tunnel trans-univers

Le tunnel qui est un invariant des récits de NDE pourrait être un pont d’Einstein-Rosen [3] qui permettrait se sortir de notre univers. Un pont d’Einstein-Rosen également appelé « trou de ver » est un concept issu des calculs mathématiques de la relativité générale. Il s’agit d’un concentré de déformation de l’espace-temps qui percerait la surface (dite S3) de notre univers pour atteindre :
1. Un autre point de celui-ci, s’il est courbé ou plié : trou de ver intra-univers
2. Un autre univers voisin : trou de ver extra-univers
Le modèle présenté ici est du second type, ce pont permettrait de relier notre univers (univers A) à un autre univers (univers B ).

UN MODÈLE THÉORIQUE GLOBAL

À l’issue de ces préambules, un premier modèle explicatif complet des expériences NDE peut être proposé :

Phase 1 : EHC

Lors d’une NDE, le témoin effectue une première phase EHC (Expérience Hors du Corps). Sa conscience s’externalise, mais reste localisée au voisinage de son corps physique, donc dans notre univers (Univers A). Mais cette dernière perçoit 4 dimensions d’espace. Au passage, cette perception démontre que notre univers perçu en 3 dimensions d’espace est immergé dans un univers plus vaste à 4 dimensions d’espace [2].

Phase 2 : Tunnel

Si le témoin relate un passage dans le tunnel, cela signifie que sa conscience pénètre dans un autre univers (B ) à travers un pont d’Einstein-Rosen. Dans cet univers, se situerait le système de stockage externe à la conscience. En particulier, chaque vie serait engravée dans cette gigantesque base de données.

Phase 3 : Dans un autre univers

Arrivé dans cet univers B, le témoin rapporte plusieurs choses :

– RDV : revue de vie avec visualisation des conséquences de ses actes

– impression de connaissance totale, absolue : accès à toutes les données collectées par l’humanité

– rencontre et dialogue avec des personnes décédées

– rencontre et dialogue avec un « être de lumière »

– choix de poursuivre ou de retourner en arrière

Phases 4 et 5 : retour !

Nouveau passage dans le tunnel dans l’autre sens, retour dans le corps physique, puis réveil du témoin.

CONCLUSION

En synthèse, les recherches sur les expériences de NDE ont permis de déboucher sur les hypothèses suivantes :

– la conscience est externe à l’organisme ou à minima externalisable

– cette dernière perçoit 4 dimensions d’espace

– elle peut sortir de notre univers

– il existe un autre univers « des consciences » qui possède son propre système de stockage des informations captées par chaque être humain. Chaque vie humaine serait enregistrée dans ce dernier.

Comme on le voit, depuis la publication des travaux de Moody en 1977, la recherche sur les NDE a très fortement progressé.

Edgar Morin [6] a toujours défendu l’idée qu’une condition nécessaire pour avancer dans la connaissance était de décloisonner les différentes disciplines scientifiques. Le sujet des NDE en apporte la preuve, car les découvertes effectuées dans ce domaine peuvent être réutilisées dans celui de la cosmologie, mais c’est une autre histoire…

Un commentaire

  1. Je voudrais savoir si quelqu` un sait si il y aurait eu des recherches scientifique sur les trous de verres et les nde ou peut etre les trous noirs et les nde.
    Ma question : Pensez vous que l` ame apres notre mort pourait passer au travers d un trou de verre ou d`un trou noir. J`aimerais avoir vos commentaires. Si quelqu un a un lien j`aimerais bien le recevoir.

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom