mer 25 mai 2022

NANTES. EXPO VEUILLEZ PATIENTER… LA PARTIE EST TOUJOURS EN COURS

Quel sera l’avenir de notre planète ? Celui de notre pays ? Et celui du… quartier Bellevue à Nantes ? Dans ce contexte incertain, quatre femmes, Elise Drevet, Naïma Rass, Pauline Rouet et Bettina Saroyan tissent avec humour et ironie leurs créations dans la vitrine de l’ancienne pharmacie de la place Mendès France. Une exposition intitulée Veuillez patienter… dont le vernissage a lieu ce vendredi 8 avril 2022 à 17 h.

Veuillez patienter Nantes
Détail sur les objets récupérés et les broderies d’Élise Drevet

La place Mendès France est un de ces lieux où le public des terrasses est essentiellement masculin, où les femmes se font discrètes. Alors, comment peuvent-elles en profiter ? Il était important que la question soit abordée pour cette première exposition dans la pharmacie désaffectée de la place. Réinvestie par le collectif Bonus, ce dernier a sélectionné de jeunes artistes pour s’emparer du lieu et le revivifier. Il faut préciser que le contexte est particulier : les bâtiments de la place seront bientôt détruits pour laisser place à de nouvelles architectures flambant neuves, aux loyers mirobolants. En d’autres termes, la gentrification. Aux côtés des vétustes bazar, banque et taxiphone, ce sont donc quatre anciennes cellules commerciales qui sont temporairement réinvesties en ateliers d’artistes, chacune proposant sa propre programmation culturelle.

Veuillez patienter Nantes
Dessin de Gébé pour le journal La Gueule ouverte lors des élections présidentielles de 1974

Dans ce temps suspendu aux promesses comme aux risques, tout le monde attend. Les résidents, les électeurs, et même les immeubles font preuve de patience ! C’est le jeu du hasard et des probabilités. À moins qu’elles ne soient biaisées par les médias comme l’annonce ce dessin de Gébé qui nous accueille dans l’exposition. Réalisé à l’occasion des élections présidentielles de 1974, son humour absurde nous rappelle à quel point nous échappent la privatisation des médias et la mainmise qui se resserre sur eux. Un sentiment d’impuissance nous saisit, et, sous les injonctions “Faites vos jeux !” et “Rien ne va plus” scandées à la vitrine, nous réduit à l’expectative des joueurs de roulette.

Veuillez patienter Nantes
Un des patchworks de Naïma Rass exposé pour Veuillez patienter…

Écran poreux entre l’atelier des artistes et l’espace public du quartier, la vitrine de la pharmacie désuète présente des œuvres qui dialoguent avec l’avenir incertain de Bellevue. En chacune d’elles se joue un moment de bascule comme autant de parties de jeu en cours. Ainsi dés, roulettes, pions, gants de croupier et autres symboles du hasard s’y succèdent de manière récurrente. Si la pratique du textile commune aux quatre jeunes femmes constitue le point de départ de l’exposition, leurs techniques se distinguent. Habituée au militantisme, Naïma Rass s’appuie sur ses formats (banderoles, slogans et patchworks) pour constituer un vocabulaire basé exclusivement sur la récupération de tissus usagés. En pleine effervescence de la fast fashion et du e-commerce, elle érige la figure du chiffonnier contre le gaspillage et le consumérisme à outrance.

Veuillez patienter Nantes
«D41s1» retranscription en langage leet de «Daisy», le titre de la dernière tapisserie de Bettina Saroyan

À rebours du gain de temps et du rendement, Bettina Saroyan privilégie la pratique manuelle du tissage plutôt que sa production mécanique. Ayant grandi dans un commerce de prêt-à-porter, l’artiste ramène la tradition de la tapisserie dans l’art contemporain en questionnant les pertes de savoir-faire, d’innocence et d’identité au profit du progrès technologique. Mêlant une imagerie médiévale digérée et recrachée par internet accompagnée du langage leet (une écriture codée développée par les programmeurs à la fin des années 80), elle ouvre un dialogue entre les anciennes techniques et notre monde virtuel.

Veuillez patienter Nantes
L’une des tapisseries colorées de Pauline Rouet visible depuis la vitrine de l’ancienne pharmacie

À la différence des tapisseries réalisées en haute lisse chez Bettina Saroyan, celles de Pauline Rouet sont réalisées en basse lisse, c’est-à-dire sur un métier à tisser non plus vertical mais horizontal. Ces dernières alors, friandes de symboles, multiplient les allers-retours, les jeux de mots et d’analogies dans une série de détournements à foison. Quant à Élise Drevet, elle envisage la broderie comme un piratage informatique où l’on vient coudre sur une trame déjà existante de nouvelles informations, des données étrangères. Elle réalise également une installation lumineuse autour d’objets chinés, semblables aux pions d’un jeu à inventer, éclairant la pharmacie à la manière d’un riche casino.

La figure de la tisseuse est un personnage phare de Veuillez patienter… Dès l’Antiquité, des philosophes comme Platon en faisaient la métaphore d’une architecte idéale de la société. Pour être résistant, un tissu social bien tramé doit correspondre à une maille assez souple où chaque fil, c’est-à-dire chaque citoyen, a son importance. Mais qui ferait un bon tisserand ? Ici aucun cartel ne vient désigner l’autrice des œuvres. Mises sur un pied d’égalité, celles-ci font la force d’une proposition collective plus que la mise en valeur de telle ou telle artiste. La vitrine de l’ancienne pharmacie est donc visible à n’importe quelle heure de la journée jusqu’au 18 juin.

INFORMATIONS PRATIQUES :

L’exposition Veuillez patienter… est visible à l’ancienne pharmacie place Mendès-France, 44100 Saint-Herblain, du 8 avril au 18 juin 2022, à toute heure de la journée.

Plus d’informations ici : https://www.collectifbonus.fr/exposition-veuillez-patienter-aux-ateliers-du-grand-bellevue/

Benjamin Julienne
Benjamin Juliennehttps://www.unidivers.fr
Métal expérimental, littérature russe, art contemporain, Yu-Gi-Oh!, chant bulgare et septième art tourbillonnent dans ma tête. J’écris principalement pour faire connaître les lieux d’exposition indépendants de Nantes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Nantes
couvert
15 ° C
15 °
14.8 °
82 %
2.6kmh
100 %
mer
15 °
jeu
22 °
ven
22 °
sam
23 °
dim
20 °

Quel sera l’avenir de notre planète ? Celui de notre pays ? Et celui du… quartier Bellevue à Nantes ? Dans ce contexte incertain, quatre femmes, Elise Drevet, Naïma Rass, Pauline Rouet et Bettina Saroyan tissent avec humour et ironie leurs créations dans la vitrine de l’ancienne pharmacie de la place Mendès France. Une exposition intitulée Veuillez patienter… dont le vernissage a lieu ce vendredi 8 avril 2022 à 17 h.

Veuillez patienter Nantes
Détail sur les objets récupérés et les broderies d'Élise Drevet

La place Mendès France est un de ces lieux où le public des terrasses est essentiellement masculin, où les femmes se font discrètes. Alors, comment peuvent-elles en profiter ? Il était important que la question soit abordée pour cette première exposition dans la pharmacie désaffectée de la place. Réinvestie par le collectif Bonus, ce dernier a sélectionné de jeunes artistes pour s’emparer du lieu et le revivifier. Il faut préciser que le contexte est particulier : les bâtiments de la place seront bientôt détruits pour laisser place à de nouvelles architectures flambant neuves, aux loyers mirobolants. En d’autres termes, la gentrification. Aux côtés des vétustes bazar, banque et taxiphone, ce sont donc quatre anciennes cellules commerciales qui sont temporairement réinvesties en ateliers d’artistes, chacune proposant sa propre programmation culturelle.

Veuillez patienter Nantes
Dessin de Gébé pour le journal La Gueule ouverte lors des élections présidentielles de 1974

Dans ce temps suspendu aux promesses comme aux risques, tout le monde attend. Les résidents, les électeurs, et même les immeubles font preuve de patience ! C’est le jeu du hasard et des probabilités. À moins qu’elles ne soient biaisées par les médias comme l’annonce ce dessin de Gébé qui nous accueille dans l’exposition. Réalisé à l’occasion des élections présidentielles de 1974, son humour absurde nous rappelle à quel point nous échappent la privatisation des médias et la mainmise qui se resserre sur eux. Un sentiment d’impuissance nous saisit, et, sous les injonctions “Faites vos jeux !” et “Rien ne va plus” scandées à la vitrine, nous réduit à l’expectative des joueurs de roulette.

Veuillez patienter Nantes
Un des patchworks de Naïma Rass exposé pour Veuillez patienter...

Écran poreux entre l’atelier des artistes et l’espace public du quartier, la vitrine de la pharmacie désuète présente des œuvres qui dialoguent avec l’avenir incertain de Bellevue. En chacune d’elles se joue un moment de bascule comme autant de parties de jeu en cours. Ainsi dés, roulettes, pions, gants de croupier et autres symboles du hasard s’y succèdent de manière récurrente. Si la pratique du textile commune aux quatre jeunes femmes constitue le point de départ de l’exposition, leurs techniques se distinguent. Habituée au militantisme, Naïma Rass s'appuie sur ses formats (banderoles, slogans et patchworks) pour constituer un vocabulaire basé exclusivement sur la récupération de tissus usagés. En pleine effervescence de la fast fashion et du e-commerce, elle érige la figure du chiffonnier contre le gaspillage et le consumérisme à outrance.

Veuillez patienter Nantes
«D41s1» retranscription en langage leet de «Daisy», le titre de la dernière tapisserie de Bettina Saroyan

À rebours du gain de temps et du rendement, Bettina Saroyan privilégie la pratique manuelle du tissage plutôt que sa production mécanique. Ayant grandi dans un commerce de prêt-à-porter, l’artiste ramène la tradition de la tapisserie dans l’art contemporain en questionnant les pertes de savoir-faire, d’innocence et d’identité au profit du progrès technologique. Mêlant une imagerie médiévale digérée et recrachée par internet accompagnée du langage leet (une écriture codée développée par les programmeurs à la fin des années 80), elle ouvre un dialogue entre les anciennes techniques et notre monde virtuel.

Veuillez patienter Nantes
L'une des tapisseries colorées de Pauline Rouet visible depuis la vitrine de l'ancienne pharmacie

À la différence des tapisseries réalisées en haute lisse chez Bettina Saroyan, celles de Pauline Rouet sont réalisées en basse lisse, c’est-à-dire sur un métier à tisser non plus vertical mais horizontal. Ces dernières alors, friandes de symboles, multiplient les allers-retours, les jeux de mots et d’analogies dans une série de détournements à foison. Quant à Élise Drevet, elle envisage la broderie comme un piratage informatique où l’on vient coudre sur une trame déjà existante de nouvelles informations, des données étrangères. Elle réalise également une installation lumineuse autour d’objets chinés, semblables aux pions d’un jeu à inventer, éclairant la pharmacie à la manière d’un riche casino.

La figure de la tisseuse est un personnage phare de Veuillez patienter… Dès l’Antiquité, des philosophes comme Platon en faisaient la métaphore d’une architecte idéale de la société. Pour être résistant, un tissu social bien tramé doit correspondre à une maille assez souple où chaque fil, c’est-à-dire chaque citoyen, a son importance. Mais qui ferait un bon tisserand ? Ici aucun cartel ne vient désigner l’autrice des œuvres. Mises sur un pied d'égalité, celles-ci font la force d’une proposition collective plus que la mise en valeur de telle ou telle artiste. La vitrine de l’ancienne pharmacie est donc visible à n’importe quelle heure de la journée jusqu’au 18 juin.

INFORMATIONS PRATIQUES :

L’exposition Veuillez patienter… est visible à l’ancienne pharmacie place Mendès-France, 44100 Saint-Herblain, du 8 avril au 18 juin 2022, à toute heure de la journée.

Plus d’informations ici : https://www.collectifbonus.fr/exposition-veuillez-patienter-aux-ateliers-du-grand-bellevue/