À Nantes, Dakoo est un restaurant de street-food sud-coréenne développé par Yeongun et son mari Thibault Gentric, en novembre 2021. Dans cette échoppe originale installée 17 rue du bon secours, Nantais et Nantaises découvrent les spécialités culinaires du pays du matin calme, servies par une équipe chaleureuse qui vous accueille aux petits oignons. 

La devanture vitrée noire et la dizaine de places en terrasse rappellent les petites échoppes que l’on peut aisément retrouver dans les rues en Asie. Dakoo, c’est le concept de street-food coréenne développé par la sud-coréenne Yeongun, en France depuis six ans, et son mari breton Thibault à leur arrivée dans la ville des ducs, en 2021. Dakoo initie à la gastronomie coréenne et à la culture du pays. 

dakoo nantes
Thibault et Yeongun © Dakoo

La culture sud-coréenne provoque depuis ces dernières années un véritable raz-de-marée en France : les artistes de K-Pop, comme le groupe BTS, se produisent dans l’Hexagone et font salle comble, le cinéma coréen ravit les salles obscures et son talent n’est plus à prouver, à l’instar de l’oscarisé (quatre prix s’il vous plaît) Parasite de Bong Joon-ho (2019) pour n’en citer qu’un, et une déferlante de dramas coréens envahit les plateformes en ligne. Quel meilleur exemple que Squid Game de Hwang Dong-hyeok (2021) ?

Certes la culture sud-coréenne déchaîne les passions, mais qu’en est-il de la gastronomie ? Les propositions sont encore peu nombreuses, au regard des restaurants de burgers, libanais et japonais par exemple, mais la cuisine du pays du matin calme commence tout de même à faire une place dans nos cœurs. Passionnée de gastronomie et de la cuisine de son pays, Yeongun a conscience du succès que rencontre la culture de son pays de naissance et a voulu faire découvrir les saveurs de son pays avec un concept de street-food coréenne, plutôt novateur dans le paysage gastronomique nantais. Après trois ans de formation en restauration, la jeune femme s’est perfectionnée auprès d’un chef coréen avant de se lancer avec son mari dans l’aventure Dakoo. Les six saisons que Thibault a quant à lui passées dans les restaurants pendant ses études lui ont appris le métier, sa femme lui apprenant ensuite les ficelles de la cuisine coréenne. Leur rêve a finalement pu se réaliser grâce à une campagne de crowfunding Ulule qui a remporté un vif succès.

Est née Dakoo, alliance du mot « dak » qui signifie poulet en coréen et de « ku » le nom de famille de la copropriétaire, petite échoppe 17 rue du bon secours. Le lieu propose de découvrir les plats et les saveurs vendus dans les Pojangmacha, des stands de street-food que l’on retrouve dans tous les coins de rues de Séoul, Busan ou Daegu.

dakoo nantes
© Dakoo

De premier abord, les noms à la carte parlent difficilement à ceux et celles qui ne connaissent pas la cuisine coréenne, mais chaque plat est expliqué en quelques lignes afin de découvrir sa composition. Le plus qui fait la force du restaurant est sans doute le choix dans les plats végétariens, ce régime attirant de plus en plus de personnes.

Concept store oblige, vous trouverez à la carte « Dak », ou Dakgangjong Jongsik, un incontournable de la street-food coréenne à base de morceaux de filets de poulet frits tendres et caramélisés servis avec du riz blanc et une salade sauce sésame. Selon vos goûts, vous opterez pour la sauce pimentée ou sweet. Il est possible de commander les morceaux de filets de poulet en amuse-bouche seulement pour manger sur le pouce. En parlant de finger food, il sera difficile d’être déçu. Les Mandoo, raviolis frits caramélisés (poulet, tofu ou légumes), ouvrent l’appétit et incitent à poursuivre sa dégustation. 

Autre proposition, le Tteokbokki, un des plats les plus populaires en Corée du Sud. Ces bâtonnets épais de pâte de riz sont accompagnés de choux et de poireaux sautés et baignent avec gourmandise dans une sauce de piment rouge. En Corée du Sud, ils sont généralement servis dans des échoppes de rue ambulantes et se mangent sur le pouce, mais attention, que les palais sensibles au piment s’abstiennent. De même le kimchi, mélange savoureux de chou, radis blanc et poireaux avec du piment rouge, est une franche réussite et fera des ravages chez les amateurs et amatrices de piment. La préparation n’étant pas des plus simples pour obtenir un bon équilibre des saveurs (fermentation pendant une semaine minimum à température ambiante), cette dernière peut expliquer le montant légèrement élevé pour la quantité servie (3€). Petit conseil de dégustation, le kimchi se marie parfaitement avec le bibimbap si vous voulez relever un peu plus votre plat.

dakoo nantes
Korean Corn Dog © Dakoo

Mais la palme de l’originalité culinaire est, selon nous, attribuée au Korean corn dog, un beignet de saucisse de ketchup et de moutarde au miel. Ce gourmand amuse-bouche consiste en une saucisse de porc et/ou de la mozzarella enrobée de pâte à frire, plantée sur un bâtonnet. Dakoo propose de décliner la recette en trois versions : saucisse de porc, moitié saucisse-moitié mozzarella ou full mozza. La légèreté de la pâte à beignet, réalisée à base de farine de riz, contrebalance avec la mozzarella, mais pour ceux ou celles qui ont un petit appétit, la quantité généreuse en fromage peut se révéler un peu écœurante.

En plat de résistance, comme les Français le nomment, vous trouverez bien sûr le plat emblématique de la Corée, le Bibimbap. Des légumes cuits sont servis sur un lit de riz blanc à la façon d’un bon bun vietnamien, à la sauce gochujang, légèrement épicée. La clientèle carnée et végétarienne trouvera son bonheur puisque vous aurez le choix entre tofu frit, croustillant à l’extérieur et tendre à l’intérieur, ou les émincés de bœuf marinés. Comme le conseille l’équipe, pensez à bien mélanger les ingrédients pour que les saveurs se réunissent en bouche. On regrette seulement l’absence de l’œuf sur le plat qui complète traditionnellement la recette…

En dernière proposition, le plat de toutes les fêtes, Japchae. Initialement fait à base de vermicelles de patate douce, ce dernier est composé de vermicelles de pomme de terre, carottes, épinards, shiitakes, poivrons cuits, assaisonnés à la sauce soja. 

  • dakoo nantes
  • dakoo nantes
  • dakoo nantes

Avec ses trois formules, Dakoo souhaite s’adresser à tous les budgets : un finger food et une boisson (7€50), un plat et une boisson (13 €) et un plat, un finger food et une boisson (17€50). Côté boissons, bière, soju (alcool de riz coréen) et soda coréens accompagnent la liste des sodas plus classiques.

Le restaurant est petit en taille, entre 4 et 6 places à l’intérieur et une petite dizaine en terrasse, mais grand en qualité. La preuve étant la clientèle qui fait la queue pour prendre à emporter quand le restaurant est complet… Alors, si vous ne connaissez pas encore, Unidivers ne peut que vous inciter à aller goûter pour un dépaysement gustatif à la sauce coréenne

dakoo nantes

Dakoo, 17 rue du bon secours, Nantes

Ouvert du mardi au jeudi de 12H à 14h et 19h à 22h et du vendredi au samedi de 12H à 14h et 19h à 22h30

Instagram

Site Internet

Article précédentFaites-moi lire. L’émission littéraire des Champs libres, TVR et Unidivers
Article suivantThéâtre. La Comédie de Rennes propose une programmation étoffée

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici