Avec ce premier roman My Absolute Darling Gabriel Tallent, tout juste trentenaire, fait une entrée fracassante sur la scène de roman noir américain. My absolute darling est un roman sombre, parfois insoutenable, mais toujours porté par une langue travaillée et une fine observation de la complexité humaine.

TALLENT MY ABSOLUTE DARLING

Dans My Absolute Darling Gabriel Tallent campe Julia Alveston, alias Turtle, quatorze ans. Elle vit seule avec son père dans une maison délabrée et isolée proche de Mendocino (Californie). Martin Alveston est un homme cultivé, passionné d’armes à feu et prêt à tout pour survivre dans ce monde promis à la déchéance. À six ans, Turtle s’entraînait sur des cibles. À quatorze ans, elle doit apprendre la résistance physique, le contrôle de la peur. Martin n’hésite pas à la menacer, à la battre pour l’endurcir, pour obtenir ce côté impitoyable nécessaire à la survie.

Mais il aime sa fille, son absolute darling, sa croquette, au-delà de toute raison. Son amour est aussi physique dans cette relation incestueuse, vécue par Turtle comme la normalité.

Tu es dur envers moi, mais tu es bon envers moi, et j’ai besoin de cette dureté. J’ai besoin que tu sois dur avec moi parce que je ne vaux rien pour moi-même, et tu me pousses à faire ce que je veux, mais que je n’arrive pas à faire seule.

Son père a cette façon de la regarder qui lui fait croire qu’elle est la chose la plus importante au monde. Depuis la noyade de sa mère, cette enfant n’a plus que l’amour de son père.

TALLENT MY ABSOLUTE DARLING
Gabriel tallent

La force de l’auteur est de jouer avec l’ambivalence de ses personnages.
Martin, misogyne et violent, agissant parfois comme un sociopathe, reste pour l’auteur un être humain. L’amour pour sa fille prend des dimensions intolérables tant il veut la garder auprès de lui, pour lui.

Turtle côtoie peu d’autres personnes. Son papy, une enseignante, deux garçons lycéens. Chacun se doute de l’enfer où elle vit, mais la jeune fille, sauvage et indépendante, refuse de voir le mal. Personne ne peut comprendre ce qu’elle ressent.
Toutefois, insidieusement, son esprit mène un combat effroyable entre soumission, culpabilité et perception de la dimension humaine des autres. L’arrivée de Cayenne, une gamine de dix ans, ramenée par le père ouvre les yeux de Turtle. Pour sauver des innocents, la jeune fille a-t-elle encore la liberté de choix, la force de sauver son âme et d’affronter le père ?

Si vous ne craignez pas la douleur, l’angoisse oppressante d’une relation père-fille violente et passionnée, vous aimerez vous perdre dans l’esprit de Turtle, en plein combat entre la vie sauvage et l’espoir de liberté et de civilisation. Vous plongerez ainsi dans ce wilderness, ce territoire en dehors de tout contrôle de l’homme, ce coin sauvage où les armes à feu sont le prolongement du bras humain.

My absolute darling de Gabriel Tallent, Traduit par Laura Derajinski, Gallmeister, Paru le 1er mars 2018, 464 pages, Prix : 24,40 euros, ISBN : 978-2-35178-168-5

Gabriel Tallent est né en 1987 au Nouveau-Mexique et a grandi en Californie. Il a mis huit ans à rédiger My Absolute Darling, son premier roman qui vient de recevoir le Prix America du meilleur livre américain et fait partie des meilleures ventes aux États-Unis. Il vit aujourd’hui avec sa femme à Salt Lake CIty.

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom