« Mon livre n’est pas un exercice de sociologue, en tout cas. J’avais besoin de raconter ce qui m’était arrivé ». Par ces quelques mots, Mustapha Belhocine précise l’esprit de son œuvre : il n’étudie pas les précaires, il est un précaire. En effet, en se plongeant dans la lecture de cette récolte de nouvelles, publiée il y a deux mois, on appréhende mieux la condition d’un « petit soldat réfractaire de l’armée de réserve du capital ».

mustapha belhocine« Les aventures picaresques » dans le monde du travail de Mustapha Belhocine, sociologue de formation, constituent un portrait fidèle d’une vie précaire, dans laquelle les travailleurs sont seuls, et ont désormais du mal à se reconnaître et à se compter. Imprégnées d’amertume et de d’une ironie qui relève du paradoxe, les vicissitudes racontées dans Précaire !, montrent bien à quel point la nécessité de faire face aux besoins quotidiens a creusé un fossé entre l’individu et la participation à la vie publique.

« Malheureusement, militer et combattre n’est pas donné à tout le monde » considère Belhocine. « Dans mon cas  » continue-t-il « c’est l’écriture qui m’a aidé, par son coté cathartique. J’ai l’impression que les gens ne réagissent pas assez, qu’ils acceptent trop les rapports de domination. Moi, j’ai choisi de réagir, à un niveau personnel, on pourrait dire individuel, mais j’ai choisi de réagir et cela a un coût. »

D’ailleurs, il ne faut pas confondre la réaction, la capacité de répondre non, avec la haine. Belhocine réclame la justice, la dignité, non pas à travers l’argent, mais par l’émancipation d’une condition de vie pénible. Dans cette perspective, il est admirable et emblématique en même temps, quand il défie sa propre condition d’indigence, en dépensant les « dernières thunes que j’avais en prenant un petit dej’ dans une belle brasserie et en fumant un cigare en feuilletant le Diplo. » C’est sa manière de braver la pauvreté, c’est sa façon de dire : « La misère, je t’emmerde !».
Mustapha Belhocine vous attend le mercredi 21 avril à 18h30 à la Cour des Miracle, 18, Rue de Penhoët, à Rennes pour un voyage ironique et amer dans l’univers hallucinant de l’emploi précaire.

Précaire ! Mustapha Belhocine, éditions Agone, 2016, 160 p., 9, 50 €

Rencontre avec Mustapha Belhocine à Rennes

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom