Matilda Bruch
Matilda Bruch

Matilda Bruch vit à Rennes. Cette jeune artiste, chanteuse et musicienne, possède une voix à la fois délicate et puissante qu’elle met au service de compositions captivantes.

En 2018, Elle rencontre Bredrin Records. Une collaboration s’opère alors entre Rennes et Paris, aboutissant à un EP Please Care paru en août 2021. Le 21 avril 2023 Matilda Bruch joue Please Care en première partie de Max Roméo à Bonjour Minuit ainsi que deux morceaux de Dr Greendub MC invité à jouer avec elle. Ces deux morceaux forment l’EP “ Ode to nature ” qui vient de paraître.

Unidivers – Matilda, où êtes-vous née et avez-vous grandi ? 

Matilda Bruch – Je suis née à Sunderland au Royaume-Uni. J’ai déménagé de Sunderland à l’âge de quatre ans et j’ai vécu un peu moins d’un an à Versailles. Puis, de la grande section à la CE2, j’étais à Nantes ; de la CM1 à la Terminale, à La Baule. Ensuite, je suis venue à Rennes afin d’étudier six ans aux Beaux-Arts où j’ai obtenu ma Licence et mon Master en Design Graphique. J’ai poursuivi durant deux ans et terminé mes études à l’école LASSAAD à Bruxelles (théâtre physique).

Unidivers – Quels sont vos influences musicales ?

Matilda Bruch – Fat Freddy’s Drop. Mes influences musicales changent beaucoup en ce moment. Fat Freddy’s Drop m’inspire beaucoup pour l’énergie qu’ils dégagent sur scène, leur connexion avec leur publique et la mixité dans leur musique (funk, soul, reggae, dub, …).

Unidivers – Pourquoi l’Esaab ?

Matilda Bruch – En toute honnêteté, ma relation à la scolarité était – jusqu’à la terminale – houleuse… Avant les Beaux-Arts, j’étais dans une créativité sans idées précises, je voulais tenter l’EESAB pour m’inscrire dans une pratique. Les deux premières années à l’EESAB furent douloureuses… Cependant, cette formation m’a permis de découvrir le design graphique ; c’est seulement à partir de ce moment-là, à 20 ans, que j’ai commencé à apprécier d’étudier.

Unidivers – Quelles sont vos ambitions en matières artistiques ?

Matilda Bruch – Pour l’instant, je pratique essentiellement le graphisme, la musique et le septième art. Mais j’ai un intérêt prononcé pour l’écologie. Ainsi en matière de graphisme, ma pratique gravite notamment autour de l’avenir de l’océan – collaborer avec des scientifiques et vulgariser leurs travaux, – la photographie de paysage et sociale. En musique, j’écris mes paroles et je compose mes morceaux (à la fois les instruments utilisés dans chaque morceau ((piano et guitare)) ainsi que la voix) pour mes morceaux pop/folk. Concernant les morceaux dub sortis, j’écris les paroles et je chante. J’aime collaborer.  Concernant mes morceaux pop/folk je réalise des concerts solo (parfois dans la rue) ; cependant j’aimerais jouer avec d’autres musiciens dans un avenir proche. Dans le septième art, j’évoque des sujets qui sont importants pour moi tel que l’écologie. Bref, vous l’aurez compris : créer des ponts entre mes diverses pratiques est essentiel à mes yeux.

Unidivers – Que pensez-vous de la scène rennaise pour une musicienne de votre profil ? Une scène plutôt facile d’accès et porteuse ou c’est difficile ?…

Matilda Bruch – C’est à Rennes où tout a commencé pour moi. Un live radio sur C-live (écouter le podcast), jouer dans la rue, jouer à la fête de la musique… Je dirai donc que la scène rennaise est porteuse ! (rires) Pour ma part, tout se fait graduellement. Rennes reste l’endroit qui m’a ouvert les portes de la scène musicale. L’ouverture, la diversité et le caractère alternatif de cette ville est rentré en résonnance avec moi.

Unidivers – Comment avez-vous rencontrer Dr Greendub  ?

Matilda Bruch – Dr Greendub est un musicien beat maker DJ passionné par la musique jamaïcaine depuis son plus jeune âge. On le retrouve avec sa guitare dans un Reggae Band, derrière les platines d’un sound system ou, encore, à composer dans son studio avec une passion toujours renouvelée.

J’ai rencontré Dr Greendub grâce à Marcus de RadioActiv’. Marcus avait diffusé sur sa radio mon tout premier EP dub Please Care sorti avec le Label Bredrin Records. Je cherchais quelqu’un qui puisse m’accompagner lors de ma première partie de Max Romeo à Bonjour Minuit à Saint-Brieuc en avril dernier. Marcus m’avait alors donné le nom de Dr Greendub. Nous nous sommes rencontrés dans le cadre de ce concert. Et cette rencontre a eu tout de l’évidence.

Article précédentIlle-et-Vilaine. 1685 personnes ont déposé un dossier de surendettement en 2023
Article suivantBretagne. Babigou, Bisigou, Jibidi, des crèches en langue bretonne

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici