Le Frac Bretagne à Rennes présente une rétrospective du photographe britannique Martin Parr du 13 juin 2020 au 24 janvier 2021. Intitulée Parrathon, cette première rétrospective mondiale revisite la carrière de l’artiste du milieu des années 1970 à aujourd’hui, à travers 14 séries emblématiques, inédites en France pour certaines. Conçue par l’artiste et produite avec l’agence Magnum Photos en collaboration avec Fovearts, près de 500 images attendent le public au Frac Bretagne et à l’Orangerie du Parc du Thabor. Un bel été contemporain attend Rennes…

martin parr rennes

Photographe documentaire britannique – et non reporter, Martin Parr compte parmi les grands photographes du monde. Sans conteste, un des regards les plus espiègles de la photographie actuelle. Il est le « chroniqueur de notre temps » d’après Thomas Weski, spécialiste international de la photographie contemporaine et biographe officiel de l’artiste. Une ironie quand on sait qu’en 1994, « Martin Parr n’a été admis à l’Agence Magnum Photos qu’à deux ou trois voix près », souligne Étienne Bernard, directeur du Frac Bretagne

« Mon boulot est de faire des photos intéressantes de la vie ordinaire », Martin Parr, France Culture

Ses images vives et décalées, pleines de dérision et d’ironie, semblent, à première vue, exagérées, voire friser le grotesque : des motifs choisis curieux, des couleurs parfois criardes et les perspectives inhabituelles, parfois saugrenues. « Avec cette rétrospective, Martin Parr propose une relecture de sa pratique. On y découvre par exemple ses premières séries en noir et blanc qui n’ont pas été montrées depuis près de trente ans ».

martin parr rennes

À l’heure où l’exposition du Frac Bretagne ouvre ses portes, le photographe déclare sur une radio française amie : « Mon sujet c’est les gens […] Les gens ordinaires me fascinent ». Tous formats confondus, ses clichés réunissent ses obsessions, son goût du kitsch ou encore son attirance pour la surabondance, comme en témoigne sa série « Common sense » (1999). L’artiste photographie avec enthousiasme la multiplicité des hommes et des femmes et le quotidien de tout un chacun. Il s’amuse avec bienveillance de la comédie humaine. « J’aime et je hais l’Angleterre en même temps » précise-t-il sur France Culture. Son regard intuitif et critique matérialise une fresque de la société occidentale sans jugement de valeur ou moquerie. Slalomant entre le mauvais et le bon goût avec justesse, l’expressivité des modèles traduit la tendresse et l’honnêteté avec laquelle Martin Parr capture ses instants de vie. 

martin parr rennes

Tourisme de masse, loisirs de classes ou objets du quotidien glanés autour du monde, les sujets de ses images questionnent notre façon de vivre, notre relation à l’autre et ce que nous valorisons, ce qui forge notre goût et notre univers esthétique. Personne n’échappe à son objectif : les couples dans « Bored Couples » (1990-1993), la classe laborieuse du Yorkshire, les gens qui dansent dans « Everybody Dance Now » (1986 -2018), l’establishment britannique, les adeptes du selfie avec « Death by Selfie » (2015 -2019), etc. Lui-même se prête au jeu dans chaque pays et ville qu’il visite ! Dans une diversité de cadres, qui rappelle sans mal les photos de famille posées précautionneusement sur un meuble ou accrochées à un mur, la série « Self portraits » (1991 – 2016) interroge l’imagerie populaire des vacances. 

martin parr rennes
Martin Parr, Série « Common sence », 1999

Pénétrées de son goût très anglais pour le sous-entendu ironique, ses photographies se dégustent avec lenteur, se savourent. « Comme on dit, le diable se cache dans les détails. Il faut regarder à deux fois les photographies de Martin Parr et s’attarder sur les détails », suggère Étienne Bernard.

martin parr rennes

La rétrospective Parrathon constitue non seulement un événement à ne pas manquer à Rennes, mais également la réouverture du Frac Bretagne qui n’aurait pu accueillir un plus beau sujet eu égard au contexte que nous connaissons. Des couleurs qui résonnent avec l’été, des photographies délicieusement expressives pour une exposition qui donne le sourire. Le monde selon Martin Parr…c’est un tournant pour le Frac…

martin parr rennes

MARTIN PARR

Né en 1952 à Epsom (Royaume-Uni)

Martin Parr est le chroniqueur de notre temps. Face au flot toujours croissant d’images diffusées par les médias, ses photographies nous offrent l’opportunité de voir le monde à travers sa subjectivité.

Loisirs, consommation et communication sont les thèmes explorés depuis plusieurs années par le photographe britannique lors de ses voyages à travers le monde.

Ce faisant, il examine les caractéristiques nationales et les phénomènes internationaux pour mettre en valeur leur validité en tant que symboles et pour aider les générations futures à comprendre nos particularités culturelles.

Parr nous fait voir des choses qui nous semblent familières d’une manière complètement nouvelle. Il crée ainsi sa propre image de la société.

Martin Parr sensibilise notre subconscient – et une fois que nous avons vu ses photographies, nous continuons à découvrir ces images encore et encore dans notre vie quotidienne et à nous reconnaître en elles. L’humour de ces images nous permet de rire de nous-mêmes, en jouant sur l’identification et la distanciation.

Thomas Weski, biographe de l’artiste (extrait)

martin parr rennes

INFORMATIONS PRATIQUES

PARRATHON, une rétrospective de Martin Parr au FRAC BRETAGNE du 13 juin 2020 au 24 janvier 2021

Horaires d’ouverture du FRAC
Du mardi au dimanche de 12h à 19h
Tarifs
3 € tarif plein/2 € tarif réduit
Gratuit pour les moins de 26 ans
Gratuit tous les premiers dimanches de chaque mois

PARC DU THABOR, ORANGERIE, RENNES (35)

Horaires d’ouverture
Été : tous les jours de 7h30 à 20h30 Hiver : tous les jours de 7h30 à 18h30 Gratuit

martin parr
Autoportrait, Dubai, United Arab Emirates, 2007 © Martin Parr/Magnum Photos

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom