Elle était noire. Elle était belle. Elle subjuguait par son esprit. Guerrière, elle imposa la paix, neuf siècles avant notre ère, sur le fabuleux royaume de Saba, pays d’or et d’encens. Mais sa plus belle bataille fut celle de l’amour et de l’intelligence mêlés. Elle défia le roi Salomon par le jeu des énigmes. Vaincue, elle se donna à lui pour trois éblouissantes nuits. Trois nuits que le chant du Cantique des cantiques inscrira pour l’éternité dans la mémoire amoureuse de l’Occident. L’histoire nous dit que Makéda, reine de Saba, et Salomon, roi de Juda et d’Israël, eurent un fils, Ménélik, le premier d’une longue lignée de rois africains. À la suite de la Bible, des Évangiles et du Coran, la reine de Saba a fait rêver des générations de peintres, de poètes et d’écrivains. Aujourd’hui, s’appuyant sur les dernières fouilles archéologiques, Marek Halter part à son tour à sa rencontre. Il nous révèle une reine de Saba d’une modernité inattendue.

 

« J’ai enlevé ma robe : comment la revêtirais-je ?! J’ai lavé mes pieds : comment les salirais-je ?!

Mais mon amant avance la main par le trou, et mon ventre s’en émeut.

Moi, je me lève moi-même pour ouvrir à mon amant ! Et mes mains ruissellent de myrrhe, mes doigts de myrrhe fluide, sur les paumelles du verrou. J’ouvre moi-même à mon amant ! » (extrait du Cantique des cantiques – trad. pers.)

 Deux ans Le Kabbaliste de Prague, Marek Halter a publié La reine de Saba dont le titre et la couverture évoquent force et sensualité.

Dans ce roman historique, l’auteur emmène le lecteur à la découverte d’une femme d’exception qui vécut il y a bien longtemps – neuf siècles avant notre ère. Au pays de l’or, de l’encens et de la myrrhe : le royaume de Saba, situé en Afrique, plus bas que les sources du Nil. Cette jeune femme, Makéda, fut à la fois une reine de guerre et de paix, une reine amoureuse et sensuelle, forte et sage.

Le récit est organisé en quatre parties et fini par un épilogue. Chaque partie (en comptant également l’épilogue) évoque une époque de la vie de la reine de Saba. La biographie commence par sa fuite à l’âge de six ans avec son père Maryab pour Axoum suite à une rébellion ; elle finit lorsque son fils, Ménélik, a dix-sept ans. Tout du long, on découvre la force de caractère de ce personnage : courage, ambition, désir de vengeance. La reine Makéda a conscience qu’elle est belle et désirable mais souhaiterait que les hommes ne se cantonnent pas à ce seul aspect de sa personne. Car elle est aussi cultivée. Jusqu’à apprendre l’hébreu pour mieux connaître le roi Salomon.

Marek Halter expose un magnifique portrait de cette femme exceptionnelle, presque à la manière d’un peintre. Tout est mené avec un style parfaitement maîtrisé, avec des phrases longues ou courtes selon ce que l’auteur souhaite nous faire ressentir. Ses mots sont toujours aussi beaux qu’emplis d’émotions. Cela est moins palpable au début du livre, mais la fin est digne des plus belles poésies. L’écriture de Marek Halter s’ancre clairement dans un ressenti des émotions. C’est ainsi que je me suis trouvé émue et prise de nostalgie en refermant ce court livre de 330 pages.

Amateur de belle langue, d’histoire, de récits courts qui vont directement à l’essentiel, ce livre et cet auteur sont pour vous.

Marylin Millon

336 pages, Robert Laffont, 23 octobre 2008, 21€

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom