Marcel Proust n’aimait que la Normandie, rien que la Normandie. À Cabourg, il logeait dans le Grand hôtel pour regarder la mer immense. Mais c’est en Bretagne qu’on lui rend hommage par le travail artistique d’Eldo Videl-Perdriel (1947-2004), exposé aujourd’hui dans une galerie rennaise.

Des yeux, encore des yeux… Ils sont troublants et « obnibulants ». Ils vous observent, non du coin du l’œil, mais fixement dans un tête-à-tête lancinant. On est dans un univers proustien très XIXe siècle, où les personnages rejaillissent du passé pour hanter notre existence.

Artiste aujourd’hui décédée, Eldo Videl-Perdriel a trouvé dans le regard de Swan ou de la duchesse de Guermantes la force littéraire de Marcel Proust. Mais de grâce, ne voyez pas en elle une peintre de l’unique représentation proustienne. « On ferait certainement fausse route en cherchant dans son oeuvre une illustration de Proust, au sens le plus plat de l’expression » écrit Pierre Bazantay, vice-président chargé de la culture et de la vie étudiante à l’Université Rennes 2. « Venu de plus loin, ce travail a vu le jour dans une lecture serrée, très précise de l’œuvre, une lecture pictorialiste où transparaît à chaque instant une véritable fascination pour l’auteur de la Recherche. »

Si on recherche le temps perdu de l’art…on retrouvera avec Videl-Perdriel l’approche d’une oeuvre infiniment ouverte et proustienne. L’artiste est dans un univers où la Vie rime avec dimension spirituelle et littéraire. On est dans un lien fort entre littérature et peinture par-delà l’inspiration qui a horreur des pages blanches.

[stextbox id=”info”]

Galerie Eldo Videl-Perdriel, – rue Saint-Thomas, 35 000 Rennes. Horaires d’ouverture : Les jeudi, vendredi et samedi de 14 h 30 à 18 h 30. Site internet : eldovidel.perdriel.free.fr

[/stextbox]

 

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom