manon david club
Manon David © Maud Pelletier

Manon David Club sera à l‘Étage pour un concert pop jazz le 22 février 2024, dans le cadre du festival Travelling. Unidivers l’avait rencontré à l’occasion de la sortie de son premier EP, Wonder Jazz, en décembre 2023. Il entérine le lancement en solo de la chanteuse et bassiste rennaise qui a fait ses armes au sein du Groupe Obscur. Adieu costumes noirs et trip gothique tendance new wave, bonjour tissus inspirés 70s et brassage d’influences musicales pop, rock, jazz et chanson française.

Pour celles et ceux qui ont connu Manon David dans Le Groupe Obscur, la métamorphose est frappante. La fantaisie vestimentaire est toujours là, mais c’est une femme pleine de couleurs qui nous retrouve en terrasse pour une interview. Elle vient nous parler du premier EP de son projet Manon David Club : Wonder Jazz, à paraître le 1er décembre sur le label Midnight Special Records. On en profite pour retracer avec elle son parcours musical.

manon david club

« J’ai fait pas mal de choses au conservatoire depuis que je suis petite : guitare classique, saxophone. La basse arrive plus tard », raconte Manon David. Deux nouveaux amis bassistes qui ne la quitteront plus (et qui créeront le studio Soupape et Turbo, encore aux commandes de l’enregistrement de son EP) lui font découvrir son instrument de prédilection. Elle passe ensuite par le diplôme d’étude musicale (DEM) de musiques actuelles à Rennes

C’est au cours de ce cycle d’études, en 2012, qu’elle crée avec Johan Dargel Le Groupe Obscur. Auréolé d’une mise en scène ésotérique qui mêle aussi bien des références au surréalisme, au XIXe siècle, au metal et au rock gothique, le groupe rennais a son petit succès. Il passe par les Trans Musicales de Rennes en 2017 et ses sorties sont remarquées par la presse spécialisée. « Ça m’a apporté beaucoup, parce que jusque-là j’avais un rapport à la musique très confidentiel, solitaire. Je viens du classique, ça crée ce genre de relation à son instrument. Quand je suis arrivée à Rennes, dans le milieu des musiques actuelles, il y avait toujours cette idée du groupe, jouer ensemble, c’était nouveau pour moi. Le Groupe Obscur, c’était faire de la musique personnelle mais à plusieurs, la partager, la faire vivre sur scène », témoigne Manon.

Au tournant de 2021, Le Groupe Obscur s’éteint en silence, laissant derrière lui le mystère épais qui l’entourait. Mais Manon David continue encore et toujours de composer. Pendant les confinements, elle s’amuse avec un ami à s’envoyer des challenges : travailler des morceaux de n’importe quels styles pour apprendre à les interpréter. Celle qui avait écouté presque exclusivement de la new wave pendant toute son adolescence s’ouvre alors à de nouveaux horizons. « J’ai commencé à bosser du Marcus Miller à corps perdu, je me suis mise à écouter vraiment ses disques, ça m’a fait découvrir plein de choses », cite-t-elle à titre d’exemple. « Aujourd’hui, j’écoute surtout du jazz, du funk, de la pop, moins de new wave. J’avais soif d’autre chose, envie de quelque chose de plus festif aussi », continue-t-elle. 

Ce sont ces influences que Manon David intègre dans ses nouvelles compositions. « C’était ludique et en même temps excitant parce que c’étaient de nouvelles esthétiques pour moi », dévoile-t-elle. Au passage, son rapport à l’écriture de textes se transforme. Le Groupe Obscur utilisait sa propre langue, l’obscurien, pour raconter des histoires qui empruntaient à la fable ou à la mythologie. « Je créais beaucoup de langage, de mots, de codes. C’était complexe et il fallait aller toujours plus loin. Quand j’ai commencé mes propres chansons, j’avais envie de quelque chose de plus simple, de ne pas être dans un personnage », explique-t-elle. Aujourd’hui, le registre dans lequel elle s’inscrit est celui d’une chanson française prenant pour modèle William Sheller, Bernard Lavilliers et Alain Bashung. « Ce que j’aime dans la chanson française que j’écoute, c’est de pouvoir me projeter sans pour autant être complètement envahie par la projection du chanteur », confie Manon.

En 2021, Manon David sort un premier single, « Les Lumières au hasard », sur une compilation du label Midnight Special (sur lequel sont signés les derniers EP du Groupe Obscur). Invitée par le label à jouer au Point Éphémère à Paris en février 2022, Manon monte alors un trio pour la scène avec Vincent Audusseau aux claviers et Charly Saulay à la batterie. Le Manon David Club prenait forme et les prochaines compositions de Manon sont pensées pour trois instruments. « Je tenais à ce club. Même si j’avais très envie de faire un projet à moi, même si c’est mon initiative, il y a toujours des gens derrière : les musiciens, ceux qui enregistrent, ceux qui bossent sur le projet d’une manière ou d’une autre », affirme-t-elle.

Enregistré à partir d’octobre 2022, à paraître le 1er décembre 2023, le premier EP du Manon David Club s’intitule Wonder Jazz. Dans ses sept titres, on peut entendre la métamorphose musicale de Manon David, celle visible aussi à travers son changement de garde-robe et décrite à demi-mot dans « Manteau de nuit », le premier morceau qu’elle a écrit en solo. 

« On me dit des mots, souvent, sur le noir de mes vêtements […] mais je change, c’est étrange, de couleur lorsque j’ai peur. Ni le rouge ni l’orange ne me dérangent. Alors j’échange pour des motifs en losange un morceau de mon tailleur. » 

« Manteau de nuit », Manon David Club

Comme le titre l’indique, les accents jazz se font sentir, mais aussi des lignes de basse très funk, des parties plus rock, voire drum’n’bass quand elles s’accélèrent. Les morceaux sont composés à partir d’un synthétiseur Roland JD 800, instrument très typé années 80 et 90 (utilisé entre autres par des grands comme Jean-Michel Jarre, Genesis, Tangerine Dream, Robert Miles), leur donnant une couleur vintage très reconnaissable. Il se dégage de l’ensemble une identité protéiforme où le kitsch de la variété alterne avec la poésie de la chanson, où les cavalcades rock répondent aux soubresauts du jazz et du funk. En somme, une pop généreuse et libérée.

Manon David Club sera en concert au Sunset Sunside Jazz Club à Paris le 13 février 2024, puis le 22 février à l’Étage de Rennes dans le cadre du festival Travelling.

Wonder Jazz. Pochette brodée par Marine Chandellier. Graphisme : Cécile Hugon

Écouter Manon David Club

INFOS PRATIQUES :

Jeudi 22 février 2024, à L’Etage, Esplanade Charles de Gaulle, Rennes
22h, gratuit

Article précédentIlle-et-Vilaine. Professeure d’EPS à Janzé, Julie Pophillat portera la flamme olympique
Article suivantTinténiac. Le festival Les Hivernales les 16 et 17 février
Jean Gueguen
J'aime ma littérature télévisée, ma musique électronique, et ma culture festive !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici