Napoléon Marie de Nompère de Champagny - Loyat

Le château de Loyat dans le Morbihan a été la résidence du filleul de Napoléon Bonaparte. Il a mené une carrière politique bien remplie dans le département. Avocat, homme politique, auteur, député, Napoléon Marie de Nompère de Champagny (1806-1872) a aussi été maire de Loyat pendant 28 ans. C’est dans le petit cimetière de la commune qu’il repose pour l’éternité. A quelques semaines des Estivales du château de Loyat, la grande animation des 13 et 14 juillet où les habitants investissent les lieux, Unidivers vous raconte la vie de l’un de ses occupants.

 Napoléon Marie de Nompère de Champagny -Loyat
Napoléon Marie de Nompère de Champagny

Napoléon Marie de Nompère de Champagny est l’avant-dernier né d’une fratrie de onze enfants. Il vient au monde à Paris le 29 octobre 1806, au sein d’une famille noble rue de Grenelle dans un hôtel particulier affecté au ministère de l’intérieur (l’actuelle mairie du 7e  arrondissement). Son père Jean-Baptiste de Nompère de Champagny est duc de Cadore est tour à tour : officier de marine, député, conseiller d’état, ambassadeur et ministre de l’intérieur sous Napoléon 1er. Sa mère est Victoire Blandine, née Huë de Grosbois.

Son parrain n’est autre que l’empereur Napoléon Bonaparte et sa marraine est l’impératrice Joséphine.

Napoléon Marie de Nompère de Champagny - Loyat
parrain et marraine : Napoléon et Joséphine

Napoléon Marie comte de Champagny fréquente le collège Louis-Le-Grand, puis fait des études littéraires et juridiques. Il devient avocat en 1830, puis docteur en droit l’année suivante à Paris. Le 30 juillet 1836, dans sa trentième année, il épouse en l’église de la Madeleine à Paris, Adèle Marie de Corbineau. Elle est fille du baron Hector Corbineau colonel-major de la garde impériale, blessé à la bataille de Wagram. Sa mère est Bretonne, originaire de Rennes : Reine Rose de Kermarec de Traurout.

Le couple restera sans enfants. Il quitte Paris et se retire dans le Morbihan. Le château de Loyat devient son nouveau domicile. Napoléon Marie de Champagny fait supprimer les douves du château et crée une allée centrale longue de 800 m. C’est lui qui aménage des terrasses dans les jardins, à l’arrière du château et qui le nomme le château aux 100 fenêtres.

Il publie des travaux sur les sciences agricoles et fait partie des conseils d’agriculture, une mission qu’il remplira toute sa vie avec distinction. En 1844, il est élu maire de Loyat pour un long mandat de 28 ans, jusqu’en 1872. Il rédige, en droit administratif, un traité de police municipale sur l’autorité des maires en 4 volumes, puis une brochure sur les garanties à demander au suffrage universel en 1850.

En 1852, Napoléon Marie de Champagny a 46 ans, quand il devient député de la 3e circonscription du Morbihan, avec l’appui du gouvernement. Il réclame la répartition égalitaire des impôts fonciers en 1860. L’année suivante, il est membre du Conseil général du Morbihan et reçoit la légion d’honneur. En 1867, il en est le vice-président. Il conserve son poste de député pendant 18 ans, jusqu’en 1870. En parallèle, de 1867 à 1871, il est également Conseiller général du canton de la Trinité-Porhoët.

Napoléon Marie de Champagny décède à Broons-sur-Vilaine (35) dans sa 66ème année, le 31 janvier 1872 au manoir de la Balluère, la propriété de sa belle famille, chez le baron Corbineau. Son corps est ramené le 5 février à son domicile au château de Loyat. Le 8 février 1872, les obsèques de Napoléon Marie, comte de Champagny et fervent catholique, sont célébrées à l’église paroissiale de Loyat et son corps est déposé dans la chapelle Saint-Eloi. Le 24 mars, le conseil municipal autorise son inhumation et le 24 avril suivant, son cercueil est descendu dans le caveau de la chapelle Saint-Eloi, en présence de sa veuve et de sa famille, du conseil municipal, du clergé et de nombreux Loyatais.

La chapelle se situait à l’angle sud-ouest de l’ancien cimetière, près des anciennes halles. L’inscription sur la pierre tombale du comte de Champagny est gravée sur un marbre adhérent à la muraille de la chapelle. La veuve Adèle de Corbineau comtesse de Champagny tenait le projet de construire une autre chapelle et avait souhaité y reposer aux côtés de la dépouille de son époux. Hélas elle meurt à l’hôpital de Ploërmel dans un complet dénuement.

Napoléon Marie de Nompère de Champagny - Loyat
La chapelle Saint Eloi

 La chapelle Saint-Eloi qui datait de 1652 tombait en ruine. Elle est démolie en 1918. Le tombeau du comte de Champagny est déplacé au nouveau cimetière de Loyat, où il est visible.

INFOS PRATIQUES :

Cimetière : 10 rue Haute à Loyat (56)

Pour voir le tombeau de Napoléon Marie de Nompère de Champagny, filleul de Napoléon 1er et de l’impératrice Joséphine, prenez de suite la première allée à droite, en entrant par l’entrée principale du cimetière. La tombe se trouve au bout de l’allée, contre le mur transversal.

Quant à la chapelle Saint-Eloi, elle a été reconstruite au village de Trégadoret à Loyat.

Article précédentRennes. Découvrez l’atelier de création de Valentin Bougeard
Article suivantRennes. La Compagnie Cirkulez vous invite à l’Elaboratoire Tournebride
Martine Gatti
Martine Gatti est une jeune retraitée correspondante de presse locale dans le pays de Ploërmel depuis bien des années.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici