Cette 64e édition dédie sa rétrospective à Vincente Minneli. Comme l’expliquait Gilles Deleuze, Minnelli a fait de l’absorption dans la couleur une puissance proprement cinématographique. D’où chez lui le rôle du rêve : le rêve n’est que la forme absorbante de la couleur. Les spectateurs du festival comme les autres pourront s’en convaincre en regardant les oeuvres qu’Unidivers préfère (sachant que la filmographie du maître est inégale) :

 Tous en scène, Quinze jours ailleurs, Le chevalier des sables, Comme un torrent, La vie passionnée de Van Gogh, Celui par qui le scandale arrive.

Unidivers souhaite bonne chance aux Enfants de la nuit de Caroline Deruas qui a été tourné dans le Finistère et se trouve présenté le 10 août dans la section Léopards de Demain :

Printemps 1944. « Il y a des amours qui naissent comme une évidence. De leur histoire on ne peut pas dire qu’ils en ignoraient l’issue fatale, on peut seulement dire qu’elle était inévitable. » Issue d’une famille résistante, Henriette vit l’inconcevable : elle tombe amoureuse de Josef, un jeune soldat allemand. Marcel, son ami d’enfance, secrètement amoureux d’elle, découvre leur histoire et rejoint le maquis à la veille de la libération. Lorsqu’il rentrera, il ne sera plus seul et ils porteront le brassard FFI…

Programme du Festival

Animula blandula vagula : Âme de diaphane intimité, hôtesse et compagne de mon corps, tu verses vers des lieux délavés, escarpés et dénudés, où ne résonnent tes jeux d'esprit…

Laisser un commentaire