LIVRES À PARAÎTRE EN FÉVRIER

1 février 2019

Beaucoup d’amour dans les livres à paraître en février, qui est tout de même le mois de la Saint Valentin. Mais ne vous y méprenez pas, parmi notre sélection, ni romance ni guimauve !

sirène à paris mathias malzieu

Pour Mathias Malzieu, l’histoire d’amour impossible entre un homme et une sirène dans le Paris contemporain devient un conte fantastique dans Une Sirène à Paris (Albin Michel, 6 février 2019). Dans la veine de La Mécanique du cœur (Flammarion, 2007) l’auteur questionne l’engagement poétique et le pouvoir de l’imagination dans notre époque troublée.

sirène à paris mathias malzieu
Une adaptation cinématographique est d’ores et déjà en cours de préparation.

Autre grand conteur de la passion amoureuse dans une version plus réaliste, David Foenkinos nous parle de Deux sœurs (Gallimard, 21 février 2019). Mathilde, effondrée suite à l’abandon de son mari est accueillie dans le foyer de sa sœur. Dans ce huis clos familial, chacun y perd son équilibre. L’auteur illustre remarquablement la passion amoureuse et ses dérives.

Deux soeurs David Foenkinos

Avec Véronique Ovaldé, la solitude d’une mère après la disparition de son mari se transforme en une enquête mystérieuse sur le passé. Gloria quitte brusquement les rives de la Méditerranée avec ses deux filles pour rejoindre sa maison d’enfance en Alsace. Personne n’a peur des gens qui sourient (Flammarion, 6 février 2019), un roman tendu qui montre tout le courage d’une mère pour sauver ses enfants.

Personne n'a peur des gens qui sourient Véronique Ovaldé

Continuons avec l’esprit de l’enquête dans la littérature étrangère. Peter Heller et sa passion pour la nature nous entraînent sur les routes du Grand Ouest américain avec Céline Watkins, artiste et détective, et son taiseux de mari. Céline (Actes Sud, février 2019) est à la fois un grand roman familial et une aventure rythmée, drôle et profonde.

Céline Peter Heller

Le mois de février se place aussi sous le signe de l’Asie. Ne ratons pas le plaisir de retrouver Dai Sijie qui remporta un grand succès avec son premier roman, Balzac et la petite tailleuse chinoise (Gallimard, janvier 2000). Toujours dans la veine autobiographique, Dai Sijie nous conte avec L’évangile selon Yong Sheng (Gallimard, 7 février 2019) l’histoire de son grand-père, l’un des premiers pasteurs chrétiens en Chine. Fils de menuisier, Yong Sheng est placé en pension chez un pasteur américain. Marié de force, il fera ensuite des études de théologie à Nankin. Son bonheur bascule en 1949 avec l’avènement de la République populaire.

L'évangile selon Yong Sheng Dai Sijie

Restons en Asie pour terminer cette revue de littérature étrangère. Hoai Huong Nguyen propose un roman épistolaire vibrant où l’amour imprègne chaque haïku. Le Cri de l’aurore (Viviane Hamy, 7 février 2019) rend hommage au Vietnam sous une forme originale, des lettres poétiques de personnages face à l’éloignement et la mort, guidés vers la lumière par la force de l’amour.

Le Cri de l'aurore Hoai Huong Nguyen

Côté roman noir, Arnaldur Indridasson, une valeur sûre, revient avec un nouvel enquêteur. Konrad, policier à la retraite doit reprendre une enquête qui a toujours pesé sur sa conscience. Le recul d’un glacier ramène le cadavre d’un homme d’affaires disparu depuis trente ans. Ce que savait la nuit (Métailié, 7 février 2019) est dans la lignée de Simenon.  Avec la construction d’un environnement social et affectif soigné et captivant, Arnaldur Indridason, propose un beau roman noir aux rebondissements surprenants.

Ce que savait la nuit Arnaldur Indridason

La plume d’Éric Maravélias avait séduit de nombreux lecteurs avec son premier roman, La fausse soyeuse (Gallimard, 2014). Toujours dans l’ambiance aussi sombre du milieu des gangsters, Au nom du père (Gallimard, 14 février 2019) est une tragédie moderne impliquant mariage forcé pour association de cartels, jalousie, trahison, rancœurs. Vingt-cinq ans après que Dante, un truand notoire, a confié son fils à son meilleur ami, les trois personnages règlent leurs comptes.

Au Nom du père Éric Maravélias

En ce mois de février sort en version poche Une longue impatience (J’ai lu, 13 février 2019) de Gaëlle Josse, un superbe portrait de femme secrète et généreuse, un roman bouleversant sur l’amour maternel. On vous en parlait en octobre dernier dans une chronique à consulter ici.

Une longue impatience Gaëlle Josse


Antoine Bello
(Scherbius (et moi), Gallimard, mai 2018) et Wilfried N’Sondé (Un océan, deux mers, trois continents, Actes Sud, janvier 2018) ont confirmé leur talent en 2018 avec de nouveaux romans passionnants. Retrouvez leur précédent roman en poche : L’homme qui s’envola (Folio, février 2019) et Berlinoise (Babel, février 2019).

L'homme qui s'envola Antoine BelloBerlinoise Wilfried N'Sondé

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom