C’est à Rennes que Philippe de Fontaine, vice-président de la Banque européenne d’investissement (BEI) et Pierrick Massiot, président de la Région Bretagne, ont signé vendredi 28 septembre un premier contrat de financement de 100 millions d’euros en faveur du projet Bretagne à grande vitesse sur un total de 300 millions d’euros engagés par les deux institutions.

Par cette signature, l’engagement total de la BEI pour le projet Bretagne à Grande vitesse atteint un montant de 853 millions d’euros, confirmant ainsi sa position de premier investisseur public de ce projet d’envergure lié à la modernisation et à l’extension des réseaux transeuropéens (RTE). L’engagement de la BEI s’est d’abord concrétisé par la mise à disposition de 553 millions d’euros, pour 25 ans, au consortium dont Eiffage est le chef de file. Ce dernier assume la réalisation et la disponibilité de service de l’ouvrage dans le cadre d’un contrat de partenariat public-privé (PPP).

L’objectif de ce financement est de contribuer à la construction d’une ligne ferroviaire à grande vitesse de 182 km entre Le Mans et Rennes ainsi que la réalisation de 32 km de raccordements au réseau existant. La construction de la ligne à grande vitesse Bretagne – Pays de la Loire s’inscrit dans le prolongement vers Rennes et Nantes de la LGV Atlantique Paris – Le Mans mise en service en 1989.

Il s’agit d’améliorer de manière significative la desserte de la Bretagne et des Pays de la Loire et de renforcer leur accessibilité. Le gain de temps prévu est de 37 mn entre Paris et Rennes (pour un trajet passant à moins de 1h30) et bénéficiera à l’ensemble des villes bretonnes. Cette opération constitue un maillon clé pour atteindre à terme l’objectif des 3h00 entre Paris et la pointe bretonne.

  Dans le cadre de Bretagne à Grande vitesse, le projet plus global porté par la Région Bretagne autour de la LGV, les lignes Rennes-Brest et Rennes-Quimper sont également modernisées afin de permettre une desserte ferroviaire plus dense et plus rapide jusqu’à la pointe finistérienne. La livraison de l’ouvrage est prévue en septembre 2016 pour une ouverture commerciale de la nouvelle ligne LGV prévue en mai 2017.

[stextbox id= »info » color= »f82c06″]

 

Apropos de la BEI :

La Banque européenne d’investissement (BEI), dont les actionnaires sont les États membres de l’Union européenne (UE), est l’institution de financement à long terme de l’UE. La BEI met à disposition des financements à long terme destinés à appuyer des investissements de qualité afin de contribuer à la réalisation des grands objectifs de l’UE.

En France, en 2011, sur un total de près de 5 milliards d’euros d’investissements dans les secteurs privé et public, la part dévolue aux collectivités locales s’est élevée à 1,7 milliards d’euros dans des secteurs clefs tels que le transport, l’aménagement urbain et l’efficacité énergétique, ce qui représente 35% des investissements de la BEI.

 

[/stextbox]

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom