Qu’est-ce qu’ont en commun Mario Dragui, nouveau directeur de la Banque centrale européenne, Lucas Papademos, nouveau Premier ministre grec et Mario Monti, nouveau Président du Conseil italien ? Tous trois, de près ou de loin, font partie en Europe de ce qu’on appelle aux États unis « le gouvernement Sachs ». Goldman Sachs est la toute puissante banque d’affaires américaine qui conditionnerait les marchés et influencerait les gouvernements mondiaux.
S’ajoute à ces noms l’allemand Paul Achleitner, conseiller du directeur général du Fonds européen de Stabilité financière, Klaus Regling. Le président de l’assureur allemande Allianz a oeuvré pendant treize ans pour Sachs. Côté français, Philippe de Vallerin épaule le directeur du Trésor Ramon Fernandez dans la préparation technique des sommets et des négociations européennes. De 1997 à 2003, on le retrouve à la tête de la division obligataire de la succursale parisienne de la banque américaine qu’il aurait quittée du fait d’un désaccord sur les orientations stratégiques.
À quelle réflexion cette convergence opérée par nos confrères d’Euronews invite-t-elle ? Que et comment penser aujourd’hui ? Et ce, sans tomber dans la théorie du complot qui devient omniprésente à tous les étages de la société et du monde à tel point qu’elle semble en devenir une pierre angulaire.

 

 

Animula blandula vagula : Âme de diaphane intimité, hôtesse et compagne de mon corps, tu verses vers des lieux délavés, escarpés et dénudés, où ne résonnent tes jeux d'esprit…

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom