Le Musée de Bretagne présentera une grande exposition sur la pêche à Terre-Neuve. On partira à l’aventure sur les bancs du Grand Nord. Surprise de taille, on ne sera pas tout seul. Sachons-le, les Rennais furent nombreux à partir à bord des terre-neuvas (terres-neuves) vers les mers glacées.

 

De part et d’autre du Couesnon, la pêche à terre-neuve fut une activité à part entière de nos marins bretons et normands. De Granville, comme de Saint-Malo et même de Rennes, combien étaient-ils à partir sur les bancs ? Des milliers sans doute…

Pour revenir sur cette histoire maritime, le Musée de Bretagne, situé au sein des Champs Libres, prépare actuellement une grande exposition sur cette pêche du bout du monde, en partenariat avec les musées de Saint-Malo, Saint-Brieuc et Granville. « L’événement culturel mettra en relief l’aventure humaine et les évolutions de cette pratique depuis les côtes normandes et bretonnes, le littoral de Terre-Neuve et celui de Sant-Pierre et Miquelon, » convient Patrick Bailbé, adjoint au maire, chargé des Affaires culturelles.

C’était bien pire que les mines

Le sujet sera d’importance pour la mémoire et l’histoire dans l’Ouest. « Cette activité de pêche a duré cinq siècles. Elle a mobilisé des hommes de tout âge quelquefois venant de nos côtes, mais aussi de Rennes. Elle a été une grande occasion de trouver du travail et d’échapper à la famine. » Ce ne fut pas sans casse pour ces ouvriers de la mer. La mortalité au travail sur les bancs de pêche dans le golfe du Saint-Laurent a été ainsi plus importante que dans les mines du nord de la France entre 1880 et 1914.

Sous la maîtrise d’ouvrage de Rennes métropole, l’exposition sera en fait déclinée en deux thématiques singulières. L’une sera présentée dans les espaces du Musée de Bretagne d’octobre 2013 à mars 2014 puis dans le Musée de Saint-Malo (chapelle Saint-Sauveur) de juin à octobre 2014. L’autre sera programmée au Musée de Saint-Brieuc d’octobre 2013 à mars 2014 puis au Musée du Vieux Granville de mai à septembre 2014.

Rennes métropole prendra en charge l’intégralité des dépenses relatives à la préparation et à la mise en œuvre des deux expos pour un montant total de 550 000 euros toutes charges comprises. Rennes métropole versera 190 000 euros, Saint-Brieuc 40 000 euros, Saint-Malo 40 000 euros et Granville 30 000 euros. Le reste sera financé par des subventions des conseils régionaux, des conseils généraux et des Drac de Basse-Normandie et de Bretagne.

Laisser une réponse

SVP rédigez votre commentaire
Merci d'inscrire votre nom